sam. Juil 13th, 2024

Le commentaire du match 7, décidé en faveur de l’Olimpia Milano, est analysé par l’entraîneur de Virtus Bologna. Sergio Scariolo dans la salle de presse : « Félicitations à Olimpia, comme dans toute la série, l’équipe locale a eu plus d’énergie que l’autre et le facteur terrain a été décisif. Mais je suis très fier de l’effort fourni par mes joueurs, et pas seulement dans ce match, en particulier les vétérans qui étaient vraiment en panne d’essence.

Tout au long de la saison, l’équipe a fait preuve d’une grande cohésion, d’une grande fierté compétitive, d’une compacité permettant de surmonter les moments difficiles et les nombreuses blessures. Nous avons fait un grand parcours en playoffs, et le sentiment est que nous nous sommes tous donnés à 100 pour cent : cela vous rend amer par rapport au résultat, mais vous ne pouvez pas être déçu ou en colère. Je remercie donc tout le monde, le personnel et les joueurs, parce que nous avons réussi à aller jusqu’au bout sans jamais baisser les bras.

L’écart de 12 points dans le premier quart-temps était le dernier, on peut le dire. Nous avons joué un excellent basket-ball, d’un très haut niveau, peut-être sans suivre les tendances dominantes du pick and roll et des tirs à trois points, mais en essayant de varier nos choix et quand nous étions en bonne santé, nous étions également bons en défense. Je suis donc très heureux de la qualité de notre jeu, je regrette les tirs bien construits qui ne nous ont pas permis de créer une petite série, ou les dernières minutes de la saison régulière, mais il s’agit de penser aux choses que nous avons bien faites.

Trois finales, un bon parcours en Euroleague, je ne peux pas avoir de regrets. Qu’est-ce qui a manqué en attaque ? Nous n’avons jamais réussi à marquer de panier alors que nous avions beaucoup de tirs ouverts. Derrière le ballon, nous nous sommes bien comportés, mais en commettant autant d’erreurs, nous nous sommes mis un lourd fardeau sur les épaules, une baisse de confiance qui ne nous quitte plus. Et nous n’avons pas transformé les tirs que nous avons faits en paniers.

L’absence d’un joueur clé dans la région ? Ce n’est pas non plus un regret : c’est quelque chose dont on a parlé. Mais nous devons être fiers d’être allés jusqu’au bout sans avoir ajouté de renforts, en jouant le septième match d’une belle série contre une équipe qui le méritait. On connaît très bien le gabarit de nos adversaires, mais on ne s’est pas résigné, on s’est battu, on a fait tous les efforts possibles, on a manqué de paniers.

C’est aussi une fierté, d’avoir affronté une grande équipe qui a fait une opération importante en insérant Napier : grande équipe, joueur et entraîneur, c’est une fierté d’être arrivé au bout en les regardant dans les yeux. Nous avons fait un grand match éliminatoire quand nous avons pu avoir l’effectif complet et une condition acceptable de tout le monde.

Il faut serrer la main de l’adversaire quand il montre qu’il a quelque chose de plus que vous. Nous avons pressé tout le potentiel de notre orange, du bon jus et du bon basket en sont sortis, ceux qui comprennent le sport savent ce que nous avons fait. Nous avons fait de notre mieux, maintenant nous allons essayer de guérir la blessure parce que nous avons montré que nous pouvions aussi gagner. L’avenir ? Nous en parlerons mardi, tout le monde sait ce qu’il en est, si nous nous basons sur la réalité et non sur des fantasmes, les choses se passeront bien.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *