jeu. Juin 20th, 2024

Il ne reste plus que vingt-quatre heures avant l’un des événements les plus importants de l’année dans notre province : la Grande Mariane de CarmonaCarmona, une ville qui va vivre une journée historique. Les rues et les églises sont imprégnées de l’atmosphère d’un événement exceptionnel qui ne se reproduira probablement pas à moyen terme. Et les cofrades le savent : les prévisions hôtelières débordent et tous les logements sont complets, y compris les chambres dans les couvents.

Des milliers de personnes provenant de différentes parties de la région débarqueront au « lucero de Europa » : Jerez, Málaga, Cadix, Huelva… Personne ne veut manquer l’un des événements les plus importants de l’année. Les semaines saintes les plus riches d’Andalousie, parce que cinq cents ans d’histoire seront condensés en l’espace d’une heure – la durée estimée de la procession sur le parcours officiel. Parce que, bien que les images du Christ ne participent pas, une bonne partie du patrimoine local est assumée par les images participantes.



Cette Magna devrait susciter un intérêt et une attention particulière dans les confréries sévillanes, qui auront l’occasion de remonter des décennies, voire des siècles en arrière. Car samedi prochain, à Carmona nous entrerons dans une capsule temporelle et profiterons de quelques joyaux de notre patrimoine. qui, en leur temps, ont parcouru les rues de Séville.

Par exemple, la Virgen de la Soledad occupera, à elle seule, les superbe paso du dix-neuvième siècle qui, en son temps et pendant plusieurs décennies, abrita le Nazaréen de l’O. Ces plates-formes processionnelles ont été réalisées en 1846, bien qu’elles aient été agrandies et transformées à la fin du XIXe siècle. Bien que son design ait été – et reste – extrêmement élégant, le paso était en mauvais état, ce qui a conduit à sa vente en 1977 à la confrérie qui le possède encore aujourd’hui. Les frères et sœurs aînés de l’O racontent même que plusieurs costaleros sont allés lui dire au revoir pour la dernière fois le jour où il a été transporté à Carmona. On sait qu’auparavant, l’image de Nuestro Padre Jesús Nazareno était portée en procession sur la canastilla fabriquée par Miguel Franco en 1685, à laquelle on avait ajouté six cartouches avec des reliefs de Pedro Roldán, qui sont conservés aujourd’hui dans la confrérie de Carmona susmentionnée, puisqu’ils ont été transférés à la procession. créé en 1846et quatre anges passionnés aujourd’hui disparus.

Dans le domaine de la broderie, nous nous intéresserons plus particulièrement à la Vierge de la Patience, une dévotion que l’on ne trouve que dans cette ville sévillane et à Oropesa del Mar. L’image, réalisée par Francisco Buiza, qui a remplacé l’image originale de Montes de Oca, est portée en procession, vêtue d’une robe de bure. extraordinaire daté de 1902, conçu par José Muñiz et exécuté par Josefa Antúnez. Il appartenait à la Vierge de la Presentación del Calvario, mais il a ensuite été transmis à la confrérie de Jesús Nazareno de Lora del Río pour rejoindre la confrérie de Santiago. Le même sort a été réservé aux merveilleuses toiles de fond, œuvre de Rodríguez Ojeda en 1899, également pour la confrérie de la Madrugada. Bien que l’ensemble ait été rétréci par la confrérie de Loreña pour l’adapter à l’espace de la porte, sa conception originale a été conservée intacte. Une véritable barbarie.

Nous pouvons également jeter un coup d’œil au manteau de la Virgen de los Dolores de San Bartolomé, de la confrérie de Nuestro Padre. La pièce est l’œuvre d’Emilia Salvador, datée de 1891, et qui Elle faisait partie du trousseau de l’Esperanza de Triana. Il existe déjà des témoignages graphiques de la Vierge portant ce manteau à San Jacinto, entre 1892 et 1898, bien qu’elle ne l’ait pas porté pour la première fois dans son cortège processionnel. Il a été vendu en 1919 à la confrérie Carmona, qui a récemment confié à CYRTA la restauration de cette œuvre exquise, que nous pourrons apprécier in situ. En outre, la Virgen de los Dolores portera, en guise de saya, la tunique de Notre Père, datée de 1733 et signée par Vicente Torres.

Enfin, nous tenons à mentionner les toiles de fond uniques et l’ambiance de l’exposition.La Vierge des Angustias, patronne de la confrérie de la Quinta Angustia. Cet ensemble a été conçu par José del Olmo Hurtado et brodé par les Religieuses Adoratrices entre 1928 et 1929. La technique utilisée est celle du fil d’or sur filet et le plafond comporte des applications de métal doré.

Ce ne sont là que quelques-unes des attractions qui vous décideront, si vous avez encore des doutes, à venir à Carmona ce samedi. Cela en vaut la peine.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *