sam. Mai 25th, 2024

Il y a des traditions qui s’étaient perdues dans la mémoire des siècles et qui reviennent en force. Il y a une trentaine d’années, Séville a ressuscité les larmes de saint Pierre, qui annoncent la fête de saint Pierre et de saint Paul. Une fois de plus, comme le veut la tradition, dans la nuit du 28 au 29 juin, les six clairons de la Banda de Ntra. Sra. del Sol ont retenti depuis la Giralda, jouant les « Lágrimas de San Pedro » (Larmes de Saint Pierre), une composition créée par la fanfare de Notre Dame du Soleil. au XVe siècle.

Cet hommage particulier aux saints a été sauvé. en 1986 après des années d’inaudibilité et les sons font référence au repentir de saint Pierre après avoir renié Jésus dans la nuit de Pâques. Les clairons jouent la mélodie trois fois sur chaque face de la Giralda, représentant les trois fois où l’apôtre Pierre a renié le Seigneur.



Une fois à l’intérieur de la cathédrale, les musiciens, casques à la main, se dirigent vers la chapelle royale pour rendre hommage à la Virgen de los Reyes avant de monter sur la Giralda. Les clairons retentissent derrière les cloches de la Giralda et jouent trois fois la même mélodie à chaque point cardinal, rappelant les fois où Pierre a renié Jésus. Il s’agit des lamentations de Pierre après avoir renié Jésus, transformées en sonnerie de clairon. Tout a une explication historique. Cette fois-ci, les sonneries de clairon datent du XVe siècle, lorsque l’infant Don Fernando revenait de la conquête d’Antequera. Ils ont fait des toques de regocijos, repiques et luminarias dans la nuit de San Pedro.

La fête était si importante qu’en plus de la musique de la Giralda, il y avait des feux d’artifice. Cette tradition a été interrompue de 1839 à 1865 et a repris ensuite sans interruption jusqu’en 1961. En 1986, cette tradition a été reprise par la Fanfare du Soleil.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *