jeu. Avr 18th, 2024

Les étudiants de Laboratoire de recherche sociale qualitative duUniversité catholique de Milan  se sont transformés en chercheurs et, sous la direction du professeur Cristina  Pasqualini  – et avec le soutien de la publication en ligne République des internes – ont préparé les grandes lignes de et mené des entretiens approfondis sur divers aspects de l’expérience de stage. Une étude approfondie a été menée sur plus de 100
personnes âgées de 21 à 28 ans ayant récemment effectué un stage, dans le but de comprendre l’expérience du stage à travers leurs yeux. L’échantillon était composé de personnes ayant récemment effectué un stage dans le cadre de leur cursus (69 au total, dont 48 filles) et hors cursus (34, dont 14 filles). Environ 80 % de l’échantillon avait entre 22 et 25 ans ; en raison également de leur proximité territoriale avec les étudiants catholiques, les participants à l’étude résidaient presque tous (dans près de 90 % des cas) dans des régions du nord de l’Italie. L’objectif de la recherche était d’analyser l’importance de l’expérience de stage dans la trajectoire de formation et de travail des jeunes adultes », explique Pasqualini, « et de mettre en évidence les principaux aspects critiques des expériences de stage, qu’elles soient scolaires ou extrascolaires, ainsi que les compétences que les jeunes adultes doivent posséder ». dures et douces acquis ». « Il est très important de recueillir la voix directe des personnes effectuant des stages, de comprendre de leur point de vue quels sont les aspects les plus pertinents et d’être en mesure d’élaborer des politiques et des propositions conformes aux besoins réels », ajoute-t-il. Eleonora Voltolina fondatrice de la République des stagiaires – « Nous avons été très heureux d’avoir pu proposer aux étudiants de participer au cadrage du sujet de recherche qui a ensuite été soumis aux personnes interrogées. Le travail a été réalisé à travers 103 entretiens individuels semi-directifs que les étudiants ont menés entre décembre 2022 et février 2023 et 24 focus groups menés entre mars et avril 2023. Les tout premiers résultats montrent que le stage est vécu de manière globalement positive par les jeunes. La note moyenne attribuée à ce type d’expérience, du point de vue du sentiment d’être valorisé en tant que personne pendant le stage, est de 7,5 sur 10. En revanche, le sentiment d’être exploité pendant le stage est beaucoup plus rare (note moyenne d’un peu plus de 3 sur 10). La motivation pour effectuer un stage est principalement liée au désir d’acquérir de l’expérience avant d’entrer dans le monde du travail et d’accroître ses compétences, mais il s’agit aussi souvent d’une étape obligatoire vers l’obtention d’un diplôme, puisque de nombreuses facultés prévoient désormais un stage obligatoire pour l’acquisition de crédits. Les jeunes indiquent qu’ils recherchent des possibilités de stage principalement par leurs propres moyens, par le biais de LinkedIn, Almalaurea,  en consultant les pages de leur université, mais aussi en activant leur propre réseau de connaissances, c’est-à-dire par le biais d’amis et de parents. Une fois le stage effectué, les principaux aspects positifs soulignés sont d’avoir eu l’occasion d’acquérir de nouvelles compétences, de se développer sur le plan personnel et d’élargir son réseau de contacts ; d’avoir pu utiliser des langues étrangères et d’avoir approché le monde du travail. Il est également très important pour les jeunes de trouver un environnement serein, un tuteur accueillant et la disponibilité des collègues. Le principal point critique qui ressort de la recherche est la très faible connaissance de ce que l’on va faire pendant le stage et du cadre réglementaire. Seule la moitié des jeunes interrogés connaissaient, avant de commencer le stage, le contenu du projet individuel de formation, c’est-à-dire les objectifs de formation du stage et le détail des tâches qui leur seraient enseignées et confiées pendant le stage. Quant aux droits et devoirs au sein du stage, ils constituent un trou encore plus noir. Il apparaît que la quasi-totalité des personnes interrogées n’a pas lu la réglementation relative aux stages et que personne n’a cherché à s’informer sur le sujet, si bien que certains ont fini par considérer le stage comme un contrat de travail. Les critiques formulées directement par les jeunes vont du manque de présence des tuteurs à la quantité de travail souvent excessive. Les jeunes évoquent un niveau de stress élevé et la sempiternelle question de la viabilité financière. En effet, la quasi-totalité des jeunes interrogés sont soutenus par leur famille, ne connaissent pas leurs dépenses et ne peuvent parfois pas quantifier ce dont ils auraient besoin pour les couvrir. Le montant minimum que les jeunes ayant une expérience de stage extrascolaire derrière eux estiment devoir être garanti pour un stage est de 450 euros par mois. Il convient de préciser que si, pour les stages extrascolaires, l’indemnité est obligatoire depuis quelques années et que le minimum est fixé région par région – en Lombardie, il s’élève à 300 euros si vous effectuez un stage dans l’administration publique et à 500 euros si vous le faites dans le secteur privé -, pour les stages curriculaires, c’est-à-dire ceux effectués pendant les études, en revanche, l’indemnité est encore gratuite et facultative. Les éléments qui déterminent le plus la qualité d’un stage sont, dans l’ordre, les suivants : le nom de l’entreprise, les relations établies pendant le stage, tant avec les autres employés qu’avec le tuteur et les autres stagiaires, et les compétences non techniques que l’on acquiert. . Ces thèmes se reflètent également dans l’évaluation de l’expérience de stage : 44,6 % des participants l’ont jugée très utile et 76 % se sont sentis très, assez ou au moins suffisamment « accompagnés » tout au long du parcours. Moins bons sont les résultats des dichotomies « valorisé vs. exploité » (où un quart des participants se placent, à des degrés divers, du côté de ceux qui se sentent exploités) et « travail créatif vs. travail répétitif/mécanique », où pas moins de 28% s’identifient davantage au second adjectif. Au niveau des compétences non techniquesles jeunes interrogés déclarent avoir vu leur capacité à travailler de manière autonome (sur une échelle de 1 à 10, passant d’une moyenne initiale de 6,5 avant l’expérience à une moyenne élevée de 8 après l’expérience) et en équipe (passant d’un peu plus de 7
à 8,25) ainsi que leur capacité à prendre des décisions (de 6,3 à 7,8), à résoudre des problèmes (de 6,8 à 8
) et la résistance aux situations stressantes (de 6,8 à 7,8).

Les dix meilleures entreprises récompensées 
Le journal en ligne La République des internes a reçu le AwaRdS 2023: des prix pour les meilleurs
remboursement de frais offert aux stagiaires, meilleur taux de recrutement post-stage, meilleur taux de recrutement post-stage, meilleur taux de recrutement post-stage, meilleur taux de recrutement post-stage, meilleur taux de recrutement post-stage. performance le recrutement direct de jeunes (sans passer par la période d’apprentissage dans ce cas) et, en outre, la mise en place d’un programme de formation continue. AwaRdS prix spécial pour les entreprises qui ont utilisé le contrat d’apprentissage de la manière la plus intensive. Le prix du meilleur remboursement de frais a été décerné à Cefriel et Arval : la première est une entreprise dans laquelle l’École polytechnique de Milan a une participation, spécialisée dans les projets d’innovation numérique, qui l’avait déjà remporté l’année dernière ; la seconde est une entreprise opérant dans le domaine de la location à long terme et des services de mobilité, qui a modifié sa politique en 2022 en augmentant l’allocation mensuelle de 720 à 1 000 euros. Les deux entreprises proposent un remboursement forfaitaire des frais de 1 000 euros par mois, sans faire de distinction entre les stages curriculaires (effectués pendant les études, comme dans le cas des étudiants universitaires) et les stages extrascolaires. L’AwaRdS 2023 pour le meilleur taux d’embauche post-stage à ceux qui atteignent un taux d’embauche post-stage de 90% – environ trois fois la moyenne nationale – en effectuant des contrats d’au moins 12 mois, est allé à Marsh, Mercer et Bip.  En particulier, Marsh, une société multinationale qui opère dans le domaine du courtage d’assurance et de la gestion des risques et qui emploie environ un millier de personnes en Italie, a activé 85
stages, dont 25 dans le cadre d’un programme d’études. Marsh a ensuite embauché plus de 90 % des stagiaires, presque tous avec des contrats d’apprentissage. Mercer, société de conseil spécialisée dans les solutions technologiques pour le développement et l’organisation du capital humain, qui emploie une centaine de personnes en Italie, a accueilli 15 stagiaires l’année dernière, puis a embauché 90% d’entre eux, presque tous en contrat à durée indéterminée. Bip, la plus grande société de conseil à matrice italienne, qui emploie plus de 3 000 salariés rien qu’en Italie, a activé 333 stages en 2022, dont 64 curriculaires, avec un taux d’embauche de plus de 90%, pratiquement tous en CDI. Bip a également remporté un deuxième prix, celui dédié à la meilleure entreprise de conseil. performance de recrutement direct de jeunes de moins de 30 ans sans passer par un stage : les entreprises lauréates sont, outre Bip, les suivantes Spindox, T4V et EY.   L’AwaRdS 2023 « Spécial Apprentissage » a été attribué aux entreprises qui ont le plus utilisé ce type de contrat.EY, Bene Assicurazioni et Booster Box.  Enfin une célébration, avec laAwaRdS Anniversaire spécial « Dix ans et des poussières » de l’Année européenne de l’éducation et de la formation tout au long de la vie Arval  dans le réseau des entreprises vertueuses de la République des stagiaires.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *