dim. Oct 1st, 2023

La voiture ne roule plus aussi vite qu’il y a quelques années, c’est un fait. L’ensemble du secteur souffre beaucoup et il est peu probable qu’il s’accélère à nouveau. L’ensemble du secteur souffre beaucoup et il est peu probable qu’il s’accélère à nouveau. covoiturage  aurait pu devenir une alternative intéressante, mais après le boom initial, principalement dû à la pandémie, il s’est ralenti. Les chiffres ne mentent pas : si, d’une part, le covoiturage est devenu une alternative intéressante, d’autre part, il s’est ralenti. le covoiturage se développe à nouveau dans nos villes,  d’autre part est bien loin des résultats surprenants de 2019, à tel point que l’on peut se demander s’il ne s’agit pas d’une question d’argent. le parc de véhicules disponibles a presque été divisé par deux, tout comme le nombre de locations. . En 2022, l’autopartage a dépassé les 5 600 000 locations, un chiffre positif par rapport à l’année précédente (+3,1%, après 2 années de baisse), mais encore loin des 13 millions de locations atteintes en 2019. En revanche, le nombre d’abonnés au service (près de 2,5 millions) et d’utilisateurs actifs (280 000 utilisateurs ont loué au moins une fois au cours des 6 derniers mois) reste sensiblement stable, démontrant que ce secteur, malgré tout, est désormais reconnu dans le panorama de la mobilité urbaine et dispose d’une base d’utilisateurs sensiblement consolidée.

La flotte active a effectivement diminué de moitié, passant de 6 500 voitures en 2018-2019 à environ 3 600. Environ 80 % de la flotte est concentrée dans les deux grandes métropoles italiennes, Rome et Milan, avec respectivement 1 100 et 1 600 voitures, avec une composante croissante de véhicules électriques. Dans ce contexte difficile et compliqué, certains parviennent toutefois à « survivre » avec dignité. Il s’agit, par exemple, de Zity  qui, grâce à son partenariat avec le Groupe Renault  qui lui a fourni plusieurs Dacia Spring  (les 100% électriques), ont dépassé le seuil des 500 000 locations en une seule année d’exploitation en Italie.  Nous sommes très satisfaits de notre première année d’activité en Italie », a déclaré le directeur général de Javier Mateos,  Directeur général Zity par Mobilize  -Depuis juin 2022, nous avons enregistré 70 000 utilisateurs et plus de 4 millions de kilomètres parcourus.

Lire aussi:  Le voyage. A Berlin avec l'Alfa Romeo Tonale Q4 Plug-in Hybrid

A l’heure de la transition écologique, un chiffre sur les émissions ne peut manquer : « En un an de fonctionnement, grâce à l’autopartage Zity, avec une flotte de 450 Dacia Springs et une moyenne de 1 300 locations par jour, il y a eu économisé plus de 500 tonnes de CO2  – déclaré Thiago Figueira  Directeur général Italie de Zity. A la question : quels sont vos objectifs pour les mois à venir, Figueira répond : « une expansion dans de nouvelles zones d’intérêt (après Milan, Florence, Turin et probablement Rome), un nouveau « paquet sécurité » avec le Safe Driving Pilot sur 250 Dacia Zity et, surtout, l’arrivée d’un deuxième véhicule Renault : le Duo !

Les chiffres de Zity dans la région de Milan.  Au cours de sa première année d’activité, le service d’autopartage de Zity a enregistré plus de 70 000 inscriptions et 1 300 locations par jour, réparties sur une flotte entièrement électrique de 450 unités. 250 000 locations au total d’ici 2022, près de 500 000 d’ici juin 2022. En février, l’entreprise a atteint un nombre record de locations quotidiennes, avec plus de 2 900 locations en une seule journée. D’autres mois, des pics de 2 500 ont été atteints. Le coût moyen d’un trajet est de 8,5 euros, un tarif compétitif et performant même pour les trajets les plus courts, avec une durée standard de 35 minutes par trajet. La zone de service dans laquelle un utilisateur peut commencer et terminer sa location est de 129 kilomètres carrés, bien que les utilisateurs puissent aller plus loin grâce au mode Stand By, qui leur permet de faire autant d’arrêts que nécessaire et de revenir à la zone de service pour terminer la location. Quinze pour cent des utilisateurs sont de jeunes universitaires milanais, un chiffre important si l’on considère que les étudiants représentent une proportion plus faible de la population que les travailleurs.

Lire aussi:  Observatoire de Domina. Seuls 4 % des retraités peuvent s'offrir les services d'une personne soignante.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *