mer. Mai 29th, 2024

Quand le ; suspension de la procession du Corpus Christi   de 2023 pour cause de pluie, tout le monde se demandait à quand remontait la dernière fois que les conditions météorologiques avaient laissé la procession eucharistique à l’intérieur de la cathédrale. La réponse est, comme souvent, sur twitter. Plus précisément dans le Actualités sévillanes et dans le compte rendu de Rafael Jiménez Sampedro. Il y indique que la dernière occasion remonte à 124 ans, en 1899. À cette occasion, la procession a été déplacée du 1er juin au dimanche 4 juin. Jiménez Sampedro indique que les six fois où le départ a été suspendu à cause de la pluie, la procession a eu lieu un autre jour. Outre celle de 1899, sont le 30 mai 1684, en 1693la même chose se produisit, en déplaçant le dimanche après l’octave, qui tombait le 31 mai. Il a également plu le 1708, 1712 y 1796.



Quoi qu’il en soit, à toutes ces occasions, la procession a été déplacée au dimanche. Cette fois-ci, les enfants carrancais ne seront pas les premiers à marcher sur le chemin de pèlerinage de la procession. La pluie bénite, si nécessaire pour atténuer les désastres de la sécheresse, a donné un 8 juin qui pourrait parfaitement être un 8 novembre. Cette fois-ci, le proverbe ne s’est pas réalisé. La Fête-Dieu de 2023 n’a pas brillé plus que le soleil, même si l’eau qui est tombée est une bonne nouvelle pour atténuer la sécheresse.

L’odeur de la terre mouillée a remplacé l’odeur âcre du romarin et du carex et les glissades dues au mélange de cire et de feuilles ont été cette fois-ci dues à l’eau. Une pluie incessante qui a laissé beaucoup de Sévillans chez eux. Les quelques personnes qui se sont promenées dans les rues du centre en milieu de matinée cherchaient les vitrines décorées et commentaient l’absence logique de nombreux autels. Dans les Salvador La décoration des poteaux des auvents et des banderoles ne donnait l’impression que d’être le jour de la Fête-Dieu. Seuls deux groupes d’étrangers autour des guides étaient sous la surveillance de Martínez Montañés vers midi.

Dans les bars du centre, où les autres jours de Fête-Dieu, trouver un endroit pour boire une bière aurait été une odyssée, il était facile de trouver une place au bar ou une table pour prendre l’apéritif typique des jours fériés. Les quelques Sévillans qui se sont aventurés dehors, bien équipés de parapluies et de mackintosh, ont profité des trêves minimes entre la ville et la campagne. les pluies diluviennes tentent de photographier les vitrines des magasins et les quelques balcons qui n’avaient pas encore revêtu tentures et châles.

Les touristes tentent d’immortaliser le tout avec leur téléphone portable. Quelqu’un parle à un parent en essayant de lui expliquer qu’en Espagne, on met des œuvres d’art religieuses dans les vitrines des magasins et on les remplit de fleurs. Certains d’entre eux connaissent mieux la raison de cette coutume, car il existe des hôtels qui s’inscrivent dans cette tradition. Par exemple, à l’hôtel Querencia, il y a un autel à l’entrée ou une tenture avec une reconstitution de la bannière de San Fernando au Nobu sur le toit de l’hôtel. Plaza de San Francisco.

La pluie, qui n’a pas cessé depuis trois heures du matin, a laissé des traces sur les tentures qui n’ont pas encore été enlevées des balcons et sur les pains de la vitrine décorée par la Confrérie.;  du Cristo de Burgos,   qui a remporté le premier prix du concours. C’est l’une des rares qui subsistent dans la région et c’est là que se rassemblent le plus grand nombre de personnes. C’est là et dans lequel le confrérie de San Bernardo a monté au siège de la fondation Cajasol, sur la place de San Francisco, le premier prix d’autel du concours organisé par la mairie.

À midi, il ne reste plus rien de l’autel de la confrérie de San Juan de Pedrera dans l’Arquillo de la mairie. Une camionnette est la seule trace qui reste de l’autel. Dans la rue Sierpes, sur la façade du Mercantil, une structure recouverte de plastique attend d’être ramassée, ce qui s’est produit avec celle que la confrérie de Valme de Dos Hermanas avait prévu d’ériger dans l’Arquillo de l’Hôtel de Ville. Avenida de la Constitución.

Un jour différent et étrange pour un Corpus Christi qui, bien que la procession n’ait pas eu lieu, a apporté la pluie souhaitée, pour laquelle de nombreuses rogations ont eu lieu dans toute la province. Mais tout n’est pas perdu. Il reste encore le dimanche ; Corpus chico de Triana   et celui de la Magdalena, pour ceux qui attendent toujours avec impatience la procession du Corpus Christi où l’adoration du Saint-Sacrement ne manquera certainement pas, avec tout le faste que Séville a toujours donné à ses festivités.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *