mar. Mai 28th, 2024

Les cortège de la Fête-Dieu est célébrée à Séville ce jeudi, 8 juincomme le veut la tradition. Il existe des preuves que la procession du Corpus Christi dans la cathédrale de Séville est célébrée, au moins, depuis 1389comme l’attestent les chroniques d’Ortiz de Zúñiga. De nos jours, le est composée de 3 500 à 4 000 personnes, il s’agit principalement représentations des différentes confréries de la ville qui viennent avec leurs bannières corporatives et un grand groupe de frères et sœurs.

La procession les enfants carrancains ouvrent la procession du Sacramental du Tabernacle, suivis par neuf étapes: celui de sainte Angèle de la Croix, des saintes Justa et Rufina, de saint Isidore, de saint Léandre, de saint Ferdinand, de l’Immaculée Conception, de l’Enfant Jésus, du petit ostensoir avec la relique de la Sainte Épine et, enfin, le paso avec le grand ostensoir d’Arfe portant le Saint-Sacrement. Parmi ces objets, on peut citer des représentations des confréries et associations de la ville et des autorités militaires et civiles..



Les Garde sculptée par Arfe avec Jésus dans le Saint Sacrement est escortée par les Archevêque de SévilleMonseigneur José Ángel Saiz ; le archevêque émériteMonseigneur Juan José Asenjo ; et le évêques auxiliairesRamón Valdivia et Teodoro León. Ils ont été suivis par les premières autoritésles corporations municipales et provinciales sous la masse, cette année en fonction, et une Compagnie des honneurs de l’armée qui défile devant le Saint-Sacrement avant d’entrer dans la cathédrale.

Début de la procession

Début de la procession avec le script de l’Archicofradía Sacramental del Sagrario de la Catedral. Il est précédé par les enfants Carrancan.

Dans le cortège, il y aura des représentations de la confréries de la gloireclassées par ordre d’ancienneté : Divina Pastora (Capuchinos), San Hermenegildo, Nuestra Señora de Guadalupe, Asociación de la Medalla Milagrosa, Carmen del Santo Ángel, Guadalupe de San Buenaventura, San Carlos Borromeo, Sacristanes de San Isidoro, Rosario del Barrio León, Rocío de la Macarena, Rocío de Sevilla-Sur, Rocío del Cerro del Águila, Inmaculado Corazón de María (Torreblanca), Montemayor, Virgen de la Sierra de la Parroquia de San Roque, Carmen de la Parroquia del Corpus Christi, Santa Lucía (ONCE), San Cristóbal, Nuestra Señora del Mar, Nuestra Señora de Araceli, Nuestra Señora del Prado (El Salvador), Sagrado Corazón de Nervión, Rocío del Salvador, Santa Lucía de Santa Catalina, Virgen de la Cabeza de San Juan de la Palma, Virgen del Carmen de la Capilla del Altozano, Virgen del Carmen de San Gil, San Cosme y San Damián, Virgen de Valvanera, Divina Pastora de Santa Ana, Rocío de Triana, Pura y Limpia del Postigo, Rosario de los Humeros, Amparo de la Magdalena, Divina Pastora de San Antonio, Nieves de Santa María la Blanca, Mercedes de la Puerta Real, Rosario y Virgen del Carmen de Santa Catalina, Divina Pastora y Santa Marina, Madre de Dios del Rosario de Santa Ana, Carmen de Calatrava, Virgen de la Luz de San Esteban, Salud de San Isidoro, Consolación de los Terceros, Maestros Carpinteros del Salvador, Rosario de San Julián, Ánimas Benditas de San Onofre, Pilar de San Pedro et Ntra. Señora de los Reyes (tailleurs) de San Ildefonso.

Première étape : Sainte Angèle de la Croix.

Iconographie : L’image représente la fondatrice des Sœurs de la Croix, canonisée par Jean-Paul II en mai 2003.Auteur de l’image : Réalisée par le sculpteur José Antonio Navarro Arteaga, elle a fait partie du cortège pour la première fois en 2010.Façon de porter le paso : Douze costaleros du paso de la Virgen de la Amargura. Contremaître : Alejandro Ollero Tassara. Musique : Ne porte pas.Curiosités : Le paso avec ce saint sévillan a été inclus à la demande expresse du cardinal Amigo Vallejo, récemment décédé. Depuis la première année, l’Amargura l’a amélioré avec de nouveaux accessoires, comme les cruches en argent.

Confréries pénitentielles

Voici les représentations de confréries de pénitence qui ne sont pas sacramentelles.. Cette section est divisée en deux parties. La première partie est composée des corporations suivantes, regroupées en fonction des jours de départ et de l’ordre dans lequel elles partent : Passion et Mort, Pino Montano, Dulce Nombre de Bellavista, Divino Perdón de Parque Alcosa, Cristo de la Corona, Jesús Despojado, el Amor, Vera Cruz, Penas de San Vicente, las Aguas, los Javieres, San Esteban, los Estudiantes, Dulce Nombre, Carmen Doloroso, Baratillo, Cristo de Burgos, los Panaderos, los Negritos, las Cigarreras, Montesión, Quinta Angustia, el Valle et el Silencio.

Deuxième paso : Santa Justa et Rufina.

Iconographie : Les deux saints de Triana. Entre eux se trouve une miniature de la Giralda.Auteur des images : Elles sont attribuées au sculpteur Pedro Duque Cornejo (XVIIIe siècle).Façon de porter le paso : Costaleros de la Confrérie de l’O.Contremaître : Famille Ariza.Musique : Ne porte pas.Curiosités : Chaque année, une corporation du quartier de Triana se charge de ce paso. Cette année, il s’agit de la Hermandad de la O. Il s’agit de l’un des plus anciens chars de la procession du Corpus Christi à Séville. Il existe déjà des références bibliographiques sur son départ au XVIIe siècle, accompagnant sa corporation, comme c’était la coutume à l’époque.

Deuxième section des confréries pénitentielles

Ensuite suivent les représentations de la seconde moitié des confréries pénitentielles. qui n’ont pas le caractère de sacramentaux. Elles suivent par jour et par ordre : Calvario, Carretería, Soledad de San Buenaventura, Montserrat, Sagrada Mortaja et la Servitas.

Après ce paso, il y a les représentations de l’Apostolat de la prière, de la Congrégation de la lumière et de la Chandeleur et de l’Adoration nocturne..

Confréries sacramentelles

Par la suite, la première partie des représentations correspondant aux confréries sacramentelles. Dans le cas des confréries, le critère de l’appartenance à une confrérie sacramentelle a été retenu. ancienneté. La procession est la suivante : Milagrosa, Sol, Padre Pío, Polígono de San Pablo, Sacramental Torreblanca, Sacramental del Corpus Christi, Inmaculado Corazón de María (Heliópolis), Museo, Resurrección, Desamparados de Alcosa, Anunciación de Juan XXIII, Juncal et Estrella.

Troisième étape : San Isidoro

Iconographie : Le saint apparaît habillé en évêque et portant ses étymologies.Auteur de l’image : Attribué à Pedro Duque Cornejo (18e siècle).Façon de porter le paso : Il est porté par les costaleros du paso de la Virgen de Loreto, depuis San Isidoro.Contremaître : Manuel López Garrido.Musique : Ne porte pas.Curiosités : La Hermandad de las Tres Caídas de San Isidoro est chargée de réaliser ce paso et sa décoration chaque année par désignation du Cabildo Catedral.

Deuxième section des confréries sacramentelles.

Après ce passage les représentations des confréries sacramentelles se poursuivent. Elles se déroulent dans l’ordre suivant : Buen Fin, Nuestra Señora de las Flores y San Eugenio, Blanca Paloma, Divino Redentor, Virgen del Reposo, Nuestra Señora de la Candelaria, San Leandro, Santa Teresa, San José Obrero, San Benito, Sagrada Familia, Los Remedios, Sagrada Cena, Ntra. Sra. de Valme de Bellavista, Dolores del Cerro del Águila, Santa Genoveva, San Gonzalo, La Sed, La Paz, Sagrado Decreto (Trinidad), Los Gitanos, La O, Santo Entierro.

Quatrième étape : San Leandro

Iconographie : Le saint apparaît habillé en évêque et portant ses attributs.Auteur de l’image : Attribué à Pedro Duque Cornejo (18e siècle).Façon de porter le paso : Costaleros du paso de palio d’Esperanza Macarena.Contremaître : José María Rojas-MarcosMusique : Pas d’accompagnement.Curiosités : L’image est similaire à celle de San Isidoro. Elle est également faite de matériaux différents. Chaque année, la Hermandad de la Macarena (Confrérie de la Macarena) se charge de sa décoration.

Section avec l’armée

Après la procession de San Leandro suivront les confréries sacramentelles, elles aussi classées par ordre d’ancienneté : San Gil, San Roque, San Isidoro, Alegría, la Candelaria, Santa Cruz, la Redención, Santa Marta, Sagrada Lanzada, Todos los Santos, San Pedro, la Amargura, la Exaltación, San Ildefonso, Sacramental de la Magdalena, la Hiniesta, Soledad de San Lorenzo, San Bernardo, las Siete Palabras de San Vicente, la Esperanza de Triana et la Pasión.

À partir de ce point, les lieux suivants seront localisés. représentations des armées de terre, de mer et d’air, qui accompagnent traditionnellement le saint roi. Les armées de terre, de mer et d’air commandant de Séville et de Huelva porte le bannière de San Fernando.

Cinquième étape : San Fernando

Iconographie : Le saint roi tient l’épée et la balle dans ses mains et porte une couronne.Auteur de l’image : Oeuvre de Pedro Roldán (1671).Façon de porter le paso : Costaleros du paso de palio de la Virgen del Rocío.Contremaître : Francisco Reguera.Musique : Orchestre symphonique municipal de Séville.Curiosités : L’image, réalisée par Roldán, est vêtue d’un manteau d’hermine. Jusqu’à il y a quelques années, Saint Ferdinand, patron de Séville, était également porté en procession le soir du 30 mai, jour de sa fête.

Institutions de la ville

Après les confréries sacramentelles et les représentants des armées, il y a les représentations de diverses institutionsLes institutions suivantes ont été représentées : le chef supérieur de la police et le personnel de la préfecture de police, les représentants des chambres et des collèges officiels, les chefs des différentes branches, le Très Excellent Athénée, les Académies royales, le corps enseignant de l’Université de Séville et les organismes qui en dépendent, le corps consulaire, l’Audience provinciale, les procureurs et les magistrats, l’Ordre de Saint Clément et Saint Ferdinand, l’Ordre de Constantin, l’Ordre du Saint Sépulcre et l’Ordre de Malte. Viennent ensuite les membres du Conseil général des confréries, la Délégation diocésaine des laïcs, la Délégation diocésaine de l’Action catholique et la Caritas diocésaine..

Sixième étape : l’Immaculée Conception

Iconographie : Vierge aux mains jointes dans une attitude de prière. Il s’agit d’une sculpture entièrement polychrome.Auteur de l’image : Attribué à Alonso Martínez (18e siècle).Façon de porter le paso : Costaleros de Jesús Nazareno y de la Virgen de la Concepción, de la Archicofradía del Silencio.Contremaître : Fernando Fernández Goncer.Musique : Ne porte pas.Curiosités : L’archiconfrérie de Nuestro Padre Jesús Nazareno (El Silencio) est responsable de ce paso. Cette confrérie, dont la Dolorosa titulaire est la Vierge de la Conception, a célébré en 2015 le IVe centenaire du Voto Concepcióncionista.

Le Sacramental du Sagrario

Il est suivi par le confréries résidant dans les basiliques avec leurs insignes respectifs : Cachorro, María Auxiliadora de la Trinidad, Gran Poder et Macarena. Elles sont suivies par les Asociación de la Virgen de los Reyes y San Fernando et l’Archicofradía Sacramental del Sagrario de la Catedral.. Certains frères portent l’habit du matin pour l’occasion. Tous portent de la cire rouge, en souvenir du sang du Christ et du privilège pontifical détenu par cette corporation, qui passe devant l’image de l’Enfant Jésus, propriété de cette archiconfrérie.

Septième étape : l’Enfant Jésus

Iconographie : Sculpture réduite de l’Enfant Jésus sous le temple.Auteur de l’image : Juan Martínez Montañés (1606).Façon de porter le paso : Costaleros de la Hermandad Sacramental del Sagrario.Contremaîtres : José M. Díaz.Musique : Ne porte pas.Curiosités : L’image a été restaurée entre 2013 et 2014 par l’Institut andalou du patrimoine historique (IAPH). C’est l’une des images les plus frappantes de cette procession.

Institutions religieuses

Après cette étape viennent les représentations des institutions religieuses telles que celles de la Séminaire diocésain, Tiers-Ordres, Diacres et diverses communautés.bien que ces dernières années, elles aient été considérablement réduites, de sorte que les marches sont très proches les unes des autres.

Huitième marche : le petit ostensoir avec la Sainte Épine.

Iconographie : Cet ostensoir est composé de deux parties et est surmonté de la figure de foi. Dans la première section se trouve un ostensoir portant une relique de la Sainte Épine du Christ. La seconde section est présidée par une rose d’argent.Auteur de l’ostensoir : Œuvre de Francisco de Alfaro (XVIIIe siècle).Façon de porter le paso : Costaleros du paso del Cristo de la Coronación de Espinas, de la Hermandad del Valle.Contremaître : Juan León.Musique : Ne porte pas.Curiosités : La Confrérie de la Vallée se charge de son ornementation. Quatre enfants acolytes qui portent la Sainte Épine le Jeudi Saint sont les porteurs du char.

Chœur, Sièges, Maestranza et Cabildo.

Le passage du petit ostensoir est suivi par des représentations de la du Tribunal ecclésiastique, du clergé séculier, de la Curie diocésaine et de l’Université des curés. Derrière, le chorale chœur polyphonique de la cathédrale, dirigé par Herminio González Barrionuevo, maestro de capilla. Ce chœur interprétera diverses pièces du répertoire qu’il a préparé pour la fête. Sont également incluses les sixes. Il est suivi par la représentation du Royal Maestranza de la cavalerie, et des membres de la Chapitre Cathédrale.

Neuvième étape : l’ostensoir avec le Saint-Sacrement.

La dernière marche est celle qui porte le Ostensoir en argent avec le Saint-Sacrement. Contrairement aux autres pasos, qui sont portés par des porteurs, celui-ci est porté sur des roues.

Platero, sculpteur et auteur d’un des plus importants traités artistiques de son temps, qui est resté valable pendant plusieurs siècles. ; Juan de Arfe y Villafañe   a été, avant tout et surtout, un constructeur de gardiens. La plus réussie, comme il l’a lui-même déclaré, est celle qu’il a réalisée entre 1580 et 1587 pour les Cathédrale de Séville. En outre, ce Léonais d’origine allemande a réalisé d’autres travaux considérés comme de premier ordre, tels que ceux des cathédrales de Ávilaou celui de Valladolidsculptée d’après la Sevillana.

Avec un nom de famille qui dérive de la ville allemande de Harffd’où ils sont originaires, Jean d’Arfe a suivi la trajectoire de sa famille. Il était le fils d’Antonio de Arfe et le petit-fils d’Enrique de Arfe, l’ancien président de l’Union européenne. saga des orfèvres l’orfèvre le plus important d’Europe dès le début du XVIe siècle. Le chapitre de la cathédrale de Séville décide de confier à cet orfèvre de renom la réalisation d’un ostensoir pour la cathédrale de Séville. Procession du Corpus Christi. Arfe s’installa à Séville, où il resta huit ans. Le Cabildo n’a pas lésiné sur les moyens et a fourni le orfèvre une grande quantité d’argent américain pour la construction de ce grand ouvrage, qui devait être « le meilleur de tous en Espagne ».

Le résultat ne laisse aucune place au doute : plus de 300 kilos du précieux métal ont été utilisés pour un ensemble architectural composé de cinq bâtiments. corpset plus de trois mètres de long hauteur. A partir de son programme très complet iconographique a été commandée Francisco Pachecoillustre chanoine, oncle du peintre du même nom. Étant un pièce si complexe, Arfe a rédigé un petit guide, Descripción e la traça y ornamento de la custodia de plata de la Sancta Iglesia de Sevilla[Description, conception et ornementation de l’ostensoir en argent de la Sainte Église de Séville].qui en explique le contenu et la signification. Pendant son séjour à Séville, il a également écrit l’un de ses livres les plus célèbres De varia commensuración para la Esculptura y Architectura[De diverses commensurations pour la sculpture et l’architecture]. (1585), un ouvrage d’étude anatomique. Arfe y jette les bases dont partiront les grands artistes de l’école sévillane. L’influence de l’orfèvre sur ses contemporains a été importante, laissant un style de travail qui sera suivi par la suite.

Derrière l’ostensoir, l’archevêque, les évêques auxiliaires et les corporations municipales et provinciales.

La procession du Corpus Christi ne se termine pas avec le passage de l’ostensoir d’Arfe. Derrière l’ostensoir se trouve le présidence ecclésiastique de la procession.tenue par le archevêque de Séville, José Ángel Saiz. Le prélat était accompagné des archevêque émériteMonseigneur Juan José Asenjo ; le évêques auxiliairesRamón Valdivia et Teodoro León ; le préfet de la liturgie de la cathédrale, Luis Rueda, un diacre et un sous-diacre. Les personnes suivantes sont représentations du conseil municipal, la corporation municipale étant présidée par le maire.Antonio Muñoz, et le Conseil provincial, tous deux défilant sous la masse et en fonction cette année. Les commandants de la police locale, en grande tenue, précèdent les représentants de l’administration municipale. compagnie d’honneur de l’armée mixte qui clôt la procession, avec le drapeau, l’escadron et l’accompagnement musical. La compagnie défile devant l’ostensoir avant d’entrer dans l’église.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *