mer. Mai 29th, 2024

Le PIB italien devrait croître à la fois en 2023 (+1,2%) et en 2024 (+1,1%), bien qu’à un rythme plus lent qu’en 2022. C’est ce qu’indique l’Istat dans le rapport « The outlook for the Italian economy ». Il est prévu – souligne l’Istat – que la consommation des familles résidentes et des Isp (institutions sociales privées au service des familles) connaisse une augmentation en 2023 (+0,5%), en ligne avec la tendance de l’activité économique, qui se renforcera l’année suivante (+1,1%), « grâce à une nouvelle réduction de l’inflation associée à une reprise graduelle des salaires et à une amélioration du marché du travail ».

Au premier trimestre de cette année, après une légère baisse à la fin de 2022, la phase d’expansion de l’économie italienne s’est poursuivie (+0,6% la variation économique), portant la croissance acquise en 2023 à +0,9%. Dans la période de prévision de deux ans, explique l’Istat, l’augmentation du PIB serait soutenue principalement par la contribution de la demande intérieure nette des stocks (+1,0 point de pourcentage en 2023 et +0,9 point en 2024) et par la contribution plus contenue de la demande extérieure nette (+0,3 et +0,2 point). En 2023, la contribution des stocks serait marginalement négative (-0,1 point) puis nulle en 2024. La consommation des ménages et des institutions sociales privées devrait augmenter en raison d’une nouvelle réduction de l’inflation, d’une reprise progressive des salaires et d’une amélioration du marché du travail. Les investissements maintiendront des taux de croissance élevés par rapport aux autres composantes, avec une augmentation de 3,0 % en 2023 et de 2,0 % en 2024, en décélération par rapport aux deux années précédentes.

Au cours de la période de prévision de deux ans, l’emploi, mesuré en termes d’unités de travail (Ula), augmentera parallèlement au PIB (+1,2 % en 2023 et +1 % en 2024). L’amélioration de l’emploi s’accompagnera d’une baisse du taux de chômage à 7,9 % cette année et 7,7 % en 2024.

« Les signes pour les mois à venir suggèrent, malgré le démarrage particulièrement positif, un ralentissement de l’activité économique plus tard dans l’année », explique l’Istat, selon lequel il faut toutefois pondérer .
L’ISTAT l’indique dans le rapport « Prospects for the Italian economy in 2023-24 » en soulignant qu’après le premier trimestre la croissance acquise du PIB a été de 0,9% et pour l’ensemble de 2023 un +1,2% est attendu serait la décélération du commerce extérieur, l’incertitude sur la guerre en Ukraine mais aussi « le facteur de risque supplémentaire » qui pourrait venir des conséquences économiques, en particulier sur le secteur agricole, de l’inondation en Émilie-Romagne.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *