mer. Avr 24th, 2024

La Cour d’appel fédérale a publié les motivations concernant la plainte du Pallacanestro Varese :

« La Cour d’appel fédérale
Président : Carlo Sica
Composants : Gianriccardo Villoresi – Andrea Celebrano
Rapporteur : Carlo Sica

Par acte en date du 30 mars 2023, le Procureur fédéral a déféré au Tribunal fédéral M. Marco Vittorelli, à l’époque des faits Président et représentant légal de la société Pallacanestro Varese s.p.a, pour violation de l’article 59/1b du règlement de justice pour avoir soussigné et utilisé, en l’envoyant à ComTeC, la déclaration par laquelle le club attestait qu’il avait « rempli le paiement de toutes les obligations de toute nature envers ses membres au 30 avril 2022 », nécessaires et inévitables pour l’admission au championnat de Serie A s.s. Championnat 2022/2023 ; la société Pallacanestro Varese s.p.a., en vertu de l’article 61/1 du Règlement de Justice, pour répondre « des actes de fraude sportive et des délits sportifs commis par ses dirigeants et son personnel inscrit » et en vertu de l’article 1, paragraphe 2 du même Règlement, qui rend les sociétés responsables des violations commises par leur propre personnel inscrit.

La saisine a pour origine un rapport daté du 23.11.2022 de ComTeC, dans lequel il était indiqué qu’une sentence BAT FIBA (BAT 799/22) avait été reçue par le Secrétariat général de la FIP, par laquelle la société Pallacanestro Varese s.p.a. (désormais également la société, Varese, le plaignant) était condamnée à payer au joueur Milenko Tepic (désormais également le joueur) la somme totale de €. 80.000,00, plus les intérêts, les frais d’arbitrage et les honoraires d’avocat, pour n’avoir pas respecté les obligations qui lui incombaient suite à la stipulation, le 23 juillet 2021, d’une « Annexe de l’accord de résiliation anticipée du contrat », qui prévoyait la compétence du BAT pour résoudre les éventuels litiges.

En particulier, en ce qui concerne le fond de l’affaire, il ressort du BAT 799/22 qu’un contrat de prestation sportive a été conclu entre le club et le joueur pour les saisons de football 2019/2020 et 2020/2021, qui a ensuite été résilié d’un commun accord le 6 novembre 2019, et que l' »Annexe » a réglé les conséquences économiques de cette résiliation, en reconnaissant au joueur la somme de €. 70.000,00, à payer en sept mensualités, outre €. 20.000,00 en cas de retard dans le paiement même d’une seule mensualité. Il est également apparu que, dans la demande d’arbitrage, le joueur avait déclaré avoir régulièrement reçu le paiement de la première mensualité, qui n’a toutefois été suivie d’aucun autre paiement, malgré les demandes répétées adressées – par e-mail – au club, d’abord limitées à la somme de €. 60.000,00 et ensuite (à partir du 4 mars 2022) à celle de €. 80.000,00 (70.000,00 – 10.000,00 de la première mensualité payée + €. 20.000,00 pour le non-paiement des autres mensualités).

Le 14 mars 2022, le joueur a donc formulé la demande d’arbitrage en payant la somme prévue pour l’activation de la procédure.

Le BAT, le 6 avril 2022, a informé les parties de la nomination de l’arbitre et de la fixation de €. 4.000 pour chaque partie à titre de frais, invitant en même temps la société à soumettre ses contre-arguments pour le 26 avril 2022.

Le joueur a prévu le paiement du montant demandé le 12 avril, tandis que le club est resté inerte, obtenant en outre un délai supplémentaire également pour contre-argumenter jusqu’au 6 mai 2022.

Le 6 mai, le club a communiqué qu’il avait payé la somme de €. 4.000,00 (effectivement reçue par BAT le 10 mai 2022) et a demandé un report du délai pour ses demandes reconventionnelles, qui a alors été accordé jusqu’au 29 juin 2022.

Le 26 juillet 2022, BAT reconnaît que la société n’a pas présenté de demandes reconventionnelles et invite les parties à négocier directement pour vérifier la possibilité de résoudre le litige.

Le 4 août 2022, le joueur a annoncé que la possibilité envisagée par le BAT ne s’était pas concrétisée.

Le 2 septembre 2022, le BAT informe les parties que le club n’a pas soumis de contre-arguments ni communiqué quoi que ce soit concernant la possibilité de résoudre le litige, et déclare la phase d’enquête préliminaire terminée.

Par ordonnance déposée le 25 octobre 2022, communiquée à la société le 15 novembre 2022, le BAT a accepté les demandes du joueur dans leur intégralité, en soulignant (section 4.2 – 35) que la société n’avait pas participé à l’arbitrage, ne répondant pas aux demandes de l’arbitre de soumettre ses demandes reconventionnelles ou de régler le litige à l’amiable.

Sur cette base, le Procureur fédéral a contesté le délit de fraude sportive en raison de la présentation à la ComTeC, lors de la phase d’admission au Championnat 2022/2023, d’une déclaration, exigée par le point 1.9 du Manuel pour l’octroi de la licence professionnelle nationale, qui n’était pas véridique car elle omettait la dette envers le joueur Milenko Tepic.

Devant le Tribunal fédéral, le club a comparu pour contester l’absence de fondement de la saisine, centrée sur les déclarations (non crédibles et documentées) de M. Andrea Conti, à l’époque directeur général du club jusqu’en octobre 2021 et signataire de l' »annexe » au nom du club, et pour contester la demande du joueur dans son intégralité.

Le club a notamment déduit que l’accord (un accord initial de définition économique) de novembre 2019, cité par Conti, n’a jamais existé, à tel point qu’il n’en existe aucune trace documentaire ; il n’y avait d’ailleurs aucune raison de payer au joueur des sommes à titre d’indemnité, étant donné que la résiliation du 6 novembre 2019 était souhaitée par ce dernier afin de retourner jouer en Grèce (où il a signé un nouveau contrat le 14 novembre 2019) ; Conti avait le pouvoir de conclure des contrats jusqu’à concurrence de la somme de €. 30.000,00, avec l’inefficacité inhérente à l’égard du club de l’acte signé par lui ; personne au sein du club n’avait jamais eu connaissance (malgré la déclaration contraire de Conti) de l' »Annexe », d’ailleurs « au nom » du Président Vigorelli et du Directeur Bulgheroni mais signée uniquement par Conti ; la déclaration du joueur selon laquelle il avait reçu la première tranche de paiement prévue par l' »Annexe » n’est pas vraie (mais instrumentale pour l’imputer au club) également en raison d’un montant différent de celui qui avait été convenu (€. 10.600,00 au lieu de €. 10.000,00) et intervenu entre les personnes.

Il n’est pas non plus vrai que Conti, au moment de sa démission, ait remis l' »Annexe » au CFO Giorgio Pellegatta.

Il a également fait valoir que la déclaration du 30 mai 2022 était, par conséquent, véridique et qu’il n’y avait pas d’état d’esprit subjectif pertinent, et encore moins de volonté – comme nécessaire – de la part du président ; en tout état de cause, la MTD avait eu lieu bien après la déclaration de mai 2022 et, à partir de mai 2022, le joueur n’était plus membre du club.

Il conclut au rejet de la saisine et à l’acquittement des prévenus.

La Cour fédérale fixe une audience au 13 avril 2022, au cours de laquelle le représentant du parquet fédéral insiste sur le renvoi demandant l’imposition au président Vittorelli d’une interdiction de trois ans et la sanction de la relégation en Serie A2 pour la saison de football 2023/2024. Le représentant du parquet fédéral a insisté sur le renvoi demandant l’imposition au président Vittorelli d’une interdiction de trois ans et la sanction de relégation en Serie A2 pour la saison de football 2023/2024 ; alternativement, l’application de 16 points de pénalité dans le classement susceptible d’empêcher la participation du club aux éliminatoires ; tandis que le président Vittorelli et son avocat, insistant sur les arguments avancés dans les actes de défense, ont demandé l’acquittement des accusés.

La Cour fédérale a appliqué à M. Marco Vittorelli la sanction de disqualification pour trois ans, jusqu’au 13 avril 2026, et à la société Pallacanestro Varese s.p.a. la sanction d’une pénalité de 16 points dans le classement à purger au cours de l’année sportive 2022/2023.

Dans la motivation, déposée le 15 avril 2022, la Cour, après un examen analytique des événements précédant la saisine et relatifs à l’affaire en question (en particulier la procédure devant le BAT), rappelant l’importance documentaire qui prévaut, l’a divisée en paragraphes à partir de la « responsabilité de la société ».

A cet égard, le Tribunal a estimé qu’il n’était pas pertinent qu’au moment de la déclaration du 30 mai 2022, une procédure d’arbitrage était en cours et que la sentence a été déposée et communiquée en octobre et novembre 2022, étant donné que la dette de la société était née et avait été reconnue à un moment beaucoup plus précoce (que ce soit de la signature de la convention de résiliation au paiement de la première tranche en juillet 2019, à l' »annexe » de juillet 2021, à la date du 28 février 2022 de non-paiement de la pénalité) et que, en tout état de cause, la société aurait dû mentionner l’existence de la procédure d’arbitrage dans la déclaration faite à la ComTeC. En effet, le respect du principe de diligence normale et le règlement fédéral (article 21, lettre F, point 23 du Règlement exécutif du secteur professionnel) conduisent à cette conclusion, qui impose expressément aux clubs de déposer la documentation attestant de l’existence éventuelle d’un litige non téméraire dans les communications périodiques à la ComTeC concernant le paiement des indemnités dues aux joueurs et aux entraîneurs.

Quant à la « position de M. Andrea Conti », le Tribunal a rappelé les déclarations faites par Conti pendant la phase d’enquête préliminaire, notant que la société n’avait jamais désavoué l’accord de juillet 2021 ni intenté aucune action en justice contre Conti ni contesté ou remis en cause l' »Annexe » ou même la procuration accordée à Conti concernant ses pouvoirs de signer des contrats. Il a ensuite rapporté la déclaration de M. Conti selon laquelle, au moment de sa démission, il avait remis l' »annexe » au directeur financier de Varese, M. Giorgio Pellegatta, qui ne s’était pas présenté aux auditions devant le ministère public et dont la société n’avait pas communiqué l’adresse électronique ni le numéro de téléphone au ministère public, bien qu’elle ait été invitée à le faire.

En ce qui concerne la « procuration spéciale délivrée à M. Conti », le Tribunal a jugé non fondée l’objection soulevée par la défense des défendeurs quant à l’absence de pouvoir de la part de M. Conti de signer un contrat d’une valeur de 90.000,00 €, avec l’inefficacité qui en découle conformément à l’article 1398 du Code civil italien, puisque cette disposition du code régit un cas différent de celui à l’examen.

En ce qui concerne le « paiement du premier acompte », le Tribunal a observé que l’objection de la défense centrée sur le fait que le paiement avait eu lieu (non pas entre le club et le joueur, mais) entre l’actionnaire majoritaire de Varese et une société en vertu d’un accord portant apparemment sur des services de scouting n’était pas pertinente, sinon il n’était pas compréhensible que le joueur ait prétendu avoir reçu le paiement du premier acompte de l' »annexe », allant ainsi à l’encontre de ses propres intérêts.

En ce qui concerne l' »enregistrement de Tepic », la Cour a estimé que l’objection de la société n’était pas fondée, puisqu’il était clair que l’obligation était née alors que le joueur était enregistré.

Quant à la « quantification de la sanction », la Cour a considéré congruente la sanction demandée pour le Président Vittorelli, répondant en outre à l’édit minimum pour la violation contestée ; tandis qu’elle n’a pas accepté la demande principale du Bureau du Procureur fédéral, considérant congruente et équilibrée la demande subordonnée de 16 points de pénalité dans le tableau de la ligue dans la saison de football 2022/2023, appropriée pour atteindre l’exclusion du club de la participation aux éliminatoires.

Pallacanestro Varese s.r.l. (ainsi modifiée et, désormais, également la société Varese, l’actuel plaignant) et M. Marco Vittorelli ont déposé une plainte conjointe contre cette décision, en soulignant, tout d’abord, que la saisine concernait exclusivement, en ce qui concerne les personnes, M. Vittorelli et, en ce qui concerne les faits, la déclaration faite à la ComTeC le 30 mai 2022.

Les requérants se plaignent, en premier lieu, que l’objection visée dans la saisine n’est pas fondée au regard de la règle (qualifiée de « très claire dans sa teneur littérale comme dans sa logique téléologique ») contenue dans le paragraphe 9 du Manuel pour l’octroi de la licence professionnelle nationale art.s. 2022/2023, qui, en ce qui concerne les sentences arbitrales, prévoit la prise en compte, en tant que créances, de celles constatées par des sentences exécutoires au 30 juin 2022, alors que la sentence en l’espèce a été rendue le 25 octobre 2022 et que Varese l’a immédiatement exécutée. Le raisonnement du Tribunal concernant l’obligation de déclarer la sentence pendante ne pourrait pas non plus être suivi, une telle obligation étant prévue par une autre source réglementaire sans rapport avec celle relative à la délivrance des licences nationales pour la participation aux championnats.

Ils objectent ensuite que, de toute façon (raisonnement par l’absurde), la somme due à Tepic n’aurait pas entraîné la violation des paramètres économico-financiers requis par le Manuel (selon le rapport du Dr. Giulio Broggini joint à la plainte), démontrant ainsi que le délit de fraude sportive n’existe pas puisque, dans le cas présent, il n’y aurait pas eu d’avantage illicite.

Les plaignants ont ensuite contesté, à divers égards, la dette sous-jacente parce que : a) dérivée exclusivement des déclarations de Tepic et Conti ; b) consécutive à un supposé accord antérieur de 2019, dont l’existence n’est pas prouvée, prétendument (mais douteusement) signé par Conti et non produit par le joueur au BAT ; c) l' »Annexe » serait en tout état de cause signée par une personne n’ayant pas la capacité juridique requise et, par conséquent, par un faux procurateur, avec pour conséquence l’inefficacité et l’inopposabilité à l’entreprise d) il n’y aurait pas de reconnaissance de la dette envers le joueur liée au paiement du premier versement de juillet 2021, étant donné que ce paiement ne concernait pas les parties de l' »Annexe » et qu’il a été instrumentalement invoqué par le joueur pour tenter de démontrer la reconnaissance de l' »Annexe » par le club.

En ce qui concerne la sanction, les plaignants se plaignent du caractère atypique de la sanction telle que définie par le Tribunal, considérée par ce dernier comme aggravée par « l’atteinte à l’image du mouvement national du basket-ball », où elle n’est pas proportionnée en termes absolus et aussi en référence à celle imposée au Président Vigorelli, qui a été maintenue au niveau minimum de l’édit (alors que celle imposée au club a été 16 fois supérieure au niveau minimum de l’édit). En ce qui concerne les différentes motivations relatives à la gravité (en soi) de la violation, le Tribunal n’a pas considéré que, de cette prétendue violation, la société n’aurait tiré aucun avantage en maintenant les conditions économiques et financières requises pour l’inscription au Championnat. Enfin, les plaignants ont invoqué l’absence absolue de précédents disciplinaires.

Ils demandent donc, sous réserve de la suspension de l’exécution de la mesure contestée, l’acquittement avec révocation des sanctions imposées ; la réduction des sanctions imposées, en particulier celle qui concerne le club.

Ce Tribunal a fixé l’audience de discussion de la plainte au 26 avril 2023, absorbant ainsi la demande de suspension, sur laquelle les plaignants n’ont dès lors rien soulevé.

A l’audience du 26 avril, M. Marco Vigorelli a comparu pour les plaignants et, au nom du nouveau propriétaire, M. Luis Scola, ainsi que les avocats Angelo Capellini, Daniele Bianchi, Giampiero Falasca et Sergio Terzaghi ; pour le Ministère public fédéral, M. Marta degli Esposti.

Le premier s’est référé, avec d’amples discussions et dissertations, à la plainte ; le représentant du parquet fédéral, après avoir contredit tous les arguments des plaignants, a insisté sur les conclusions tirées en première instance.

La Cour, après s’être retirée en Chambre du Conseil, a tout d’abord examiné le courriel reçu par le FIP le 23 avril 2023 de M. Giorgio Pellegatta dans lequel celui-ci, se plaignant de n’avoir jamais reçu de convocation du Parquet fédéral, s’est déclaré disponible pour être entendu.

La Cour a estimé que l’audition de M. Pellegatta n’était pas pertinente dans la mesure où elle portait sur la question de savoir s’il avait ou non connaissance de l' »annexe » ; une circonstance qui n’est pas pertinente pour ce qui est discuté ci-dessous.

Cela dit, la Cour estime que la plainte n’est pas fondée, sauf en partie en ce qui concerne la sanction contre la société, pour les raisons exposées ci-dessous.

Il convient tout d’abord de noter que toutes les questions relatives à la dette sous-jacente sont irrecevables et, en tout état de cause, non fondées dans la présente procédure en raison de la sentence arbitrale rendue entre les parties. Par conséquent, l’obligation du club d’exécuter l' »Annexe » du 21 juillet 2021 doit être considérée comme acquise, indépendamment de tout autre accord antérieur (existant ou non), le club étant tenu de payer au joueur la somme de €. 80.000,00.

Par conséquent, tous les motifs soulevés dans le troisième point de la plainte doivent être déclarés irrecevables et, en tout cas, non fondés parce qu’ils sont couverts par la sentence arbitrale.

Néanmoins, le Tribunal ne peut s’empêcher de relever qu’il n’est pas cohérent avec les conclusions de la procédure arbitrale que la société n’ait pas eu connaissance de la procédure elle-même et de l' »annexe » ou, en tout état de cause, qu’elle n’ait pas pu en avoir connaissance.

En effet, le 4 novembre 2021 (donc après la démission de Conti) puis le 6 décembre 2021, le joueur a envoyé des courriels à la société dans lesquels il représentait qu’en l’absence des paiements dus, il ne pourrait qu’activer la procédure arbitrale. Il apparaît pour le moins curieux que le club n’ait ni répondu, ni pris les mesures diligentes pour vérifier la prétention du joueur. Ce dernier, le 4 mars 2022, a écrit à nouveau au club pour lui réclamer la somme totale de 80.000,00 €, l’avertissant à nouveau qu’en l’absence de paiement pour le 10 mars, il déclencherait la procédure d’arbitrage. Une fois de plus, la société n’a pas tenu compte de la demande, n’a pas répondu et n’a pas payé. Ainsi, le 14 mars 2022, le joueur a déclenché la procédure d’arbitrage et l’arbitre, le 5 avril, a informé les parties, demandant le paiement d’une avance sur frais pour chacune d’entre elles. Dans cette lettre, l’arbitre donnait au club jusqu’au 26 avril pour contrer les demandes du joueur. Malgré cela, l’arbitre a accordé un nouveau délai jusqu’au 6 mai au club, l’avertissant que s’il ne le faisait pas, il poursuivrait l’arbitrage et rendrait la sentence. Et c’est précisément le 6 mai que la société a notifié à BAT le paiement de l’avance à son encontre, en demandant toutefois un report au 22 mai 2022 du délai pour ses contre-déductions. L’arbitre, après avoir soumis la demande du club au joueur, a accordé le 23 juin un nouveau délai au club jusqu’au 29 juin. Mais le club est resté inerte et n’a pas participé à la procédure arbitrale, ne contestant jamais la demande du joueur. En réorganisant ainsi le développement des faits, le comportement de la société conduit, sur un plan logique et circonstanciel, à la conclusion qu’elle était pleinement consciente du bien-fondé de la réclamation du joueur (à tel point qu’elle ne l’a jamais contestée sur le fond dans la procédure d’arbitrage) ; elle avait connaissance de l' »Annexe » (au point d’avoir accepté, essentiellement « dans l’ombre », la compétence de BAT par le paiement de l’avance sur les frais, reconnaissant ainsi l’imputabilité juridique de l' »Annexe » à cette société) ; elle avait connaissance d’une dette (il est répété qu’elle n’a jamais été contestée dans sa propre procédure) remontant à juillet 2021, bien qu’avec un paiement différé. A cela s’ajoute, toujours d’un point de vue logique et circonstanciel, le comportement constamment dilatoire de la société, visant à ne pas déclarer la dette au 30 mai 2022 et à empêcher le prononcé de la sentence au 30 juin. Il résulte de ce qui précède, et de ce qui sera dit ci-après, que la déclaration faisant l’objet de la procédure disciplinaire visant à obtenir l’admission au championnat de Serie A 2022/2023 était fausse, avec la fraude sportive inhérente et évidente.

Sur ce point, le club, dans son troisième motif de plainte, fait valoir que, même en tenant compte de la dette envers Tepic, en tout état de cause, les paramètres économico-financiers prévus par le Manuel des licences auraient été respectés. Il n’y aurait donc pas d’avantage illicite – même si cette dette était admise.

Le moyen n’est pas pertinent, étant donné qu’une condition d’admission concernait le ratio recettes/dettes (point 6) ; une autre condition, différente et autonome, concernait le paiement de toutes les obligations à l’égard des joueurs (point 9).
C’est précisément l’absence de cette dernière condition qui a fait l’objet de la saisine.

Dans son premier grief, la société fait valoir que le point 9 du Manuel prévoit que les dettes échues sont celles établies par des sentences exécutoires au 30 juin 2022, formulation qui ne permet pas d’autre interprétation. En l’espèce, il n’est pas contesté que la sentence BAT a été rendue le 25 octobre 2022.

Le moyen n’est pas convaincant.

La disposition invoquée ne peut pas ne pas se référer à une procédure arbitrale ayant pour objet une res litigiosa (ce n’est pas par hasard que la règle parle de sentences ayant pour objet des « litiges », c’est-à-dire des opinions opposées et motivées par chacune des parties ou la question sur laquelle se disputent les parties à un litige juridique), et non au simple non-paiement de sommes incontestablement dues au membre sans aucune contestation de la part du club, ni avant la procédure arbitrale, ni dans le cadre de la procédure arbitrale proprement dite.

Un tel non-paiement a en soi le caractère d’une dette exigible et payable

D’ailleurs, si tel n’était pas le cas, il serait trop facile pour les entreprises non performantes de trouver un tel artifice pour ne pas honorer les dettes échues dans la forme et les délais dictés par les règles du Manuel.

Par conséquent, le club aurait dû payer la dette (comme déjà dit, jamais contestée ni avant ni pendant la procédure d’arbitrage) au joueur pour pouvoir faire la déclaration alors déposée mais vraie.

Enfin, en ce qui concerne le grief relatif à la sanction, les plaignants passent à côté de l’essentiel.

Le Tribunal n’a pas infligé de sanction atypique, mais – après avoir reconnu le délit de fraude sportive (qui a d’ailleurs été commis) – a sanctionné le club en le pénalisant de 16 points dans le classement de la saison de football en cours, afin de rendre effective et afflictive la sanction de l’exclusion du club des playoffs.

Pour déterminer la sanction, le Tribunal a appliqué la circonstance aggravante de l’atteinte à l’image du mouvement national de basket-ball, certainement constatée dans le cas en question où l’un des plus prestigieux clubs de Serie A, connu également à l’étranger pour sa participation aux Coupes d’Europe, a obtenu artificiellement, par une déclaration mensongère, la délivrance de la licence pour la saison de football 2022/2023, ainsi que la circonstance aggravante de la gravité du fait ressortant clairement de la reconstitution du comportement du club.

En ce qui concerne la détermination des sanctions à la suite de la présente procédure, il convient de confirmer la sanction imposée à M. Marco Vittorelli, qui correspond à l’édit minimum en l’absence de circonstances atténuantes, tandis que (la demande principale formulée par la Procura Federale ayant été déclarée irrecevable en raison de l’absence de plainte) la sanction contre le club doit être recalculée par rapport au classement de la Serie A au 26 avril 2023 afin d’éviter qu’elle n’entraîne une reformatio in pejus substantielle et 11 points de pénalité doivent être déterminés dans le classement à purger au cours de la saison de football actuelle.

P.Q.M.

Au vu de l’article 116, paragraphe 7, R.G., en acceptant partiellement la plainte de Pall. Varese, impose la pénalité de 11 points dans le classement à purger dans la saison de football en cours.

Confirme le reste.

Ordonne que la contribution de créance soit taxée au taux de 80%.

Vu l’article 116, paragraphe 8, R.G., compte tenu de la complexité des questions faisant l’objet de la plainte, fixe le délai de dépôt de la motivation à 10 (dix) jours ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *