jeu. Fév 22nd, 2024

Question : « Quels sont vos projets pour cet été ? » Réponse : « Nous serions volontiers partis à l’étranger, notamment parce qu’après ces dernières années marquées par Covid, nous aurions aimé découvrir un endroit nouveau et lointain, mais vu le coût des vols et des hôtels, nous avons tout de suite renoncé. Nous ne sommes pas à notre place. L’idée est de partir en voiture, nous nous arrêterons deux ou trois jours dans une ferme en Toscane, puis nous rejoindrons des parents qui nous accueilleront une semaine dans leur maison du centre de l’Italie, pas trop loin de la côte, pour que les enfants s’amusent : pour eux, une mer est aussi bonne qu’une autre, ils ne veulent pas d’une eau cristalline comme celle des Caraïbes !
Il suffit parfois d’une discussion entre amis lors d’un dîner pour se rendre compte d’un phénomène qui apparaît de manière disruptive (et inquiétante) à l’aube de l’été 2023 : les vacances de cette année sont devenues hors de prix pour des millions de familles italiennes.  Essayez de sonder votre cercle de connaissances : trouver un couple avec un, deux ou plusieurs enfants qui a réservé un « grand voyage » en juillet ou en août, peut-être vers une destination exotique, s’avérera probablement presque impossible.
En ces jours de grand exode pour le « long week-end du 2 juin » et, plus généralement, dans l’année du tourisme italien, qui bat des records, avec des présences étrangères de plus en plus nombreuses et une incidence croissante sur notre PIB, le mélange entre l’inflation galopante et la demande en forte hausse transforme toutefois les vacances d’été en un luxe que de moins en moins de familles peuvent s’offrir. Les difficultés économiques touchent évidemment les ménages les plus pauvres, déjà mis à l’épreuve par les factures et la hausse des prix des denrées alimentaires, mais maintenant, en raison de la hausse généralisée des prix, elles touchent également des familles que nous aurions autrefois définies comme « aisées », les classant dans ce que l’on appelle la « classe moyenne ».
Des enquêtes publiées récemment confirment les coûts exorbitants auxquels doivent faire face ceux qui souhaitent passer quelques jours de vacances loin de chez eux . Federconsumatori, par exemple, a analysé certains types de vacances. Pour une semaine à la mer dans les périodes les plus populaires – qui sont généralement concentrées en août, c’est-à-dire lorsque la « couverture » des centres d’été dans la ville se termine ou est rare – une famille composée de deux adultes et de deux enfants peut dépenser jusqu’à 5 684 euros. . Avec une augmentation estimée à 835 euros par rapport à l’été 2022 (4.849 euros au total) et même plus de 1.500 euros il y a deux ans (4.151 euros). Dans le calcul effectué par Federconsumatori, une formule « all inclusive » est considérée, c’est-à-dire incluant les frais de transport aller-retour en voiture, les frais d’hôtel, l’établissement de bains, quelques excursions et quelques dîners au restaurant. Si vous partez à la montagne, vous « économisez » un peu – si l’on peut dire – mais la tendance reste la même. Pour une semaine à quatre, le « budget » s’élève à 4 482 euros (354 euros de plus que l’année dernière et 653 euros de plus qu’en 2021). 
Parmi les postes de dépenses qui ont le plus augmenté figure celui des voyages en avion. Selon une analyse de Codacons, l’achat d’un vol à destination de l’étranger coûte en moyenne 46,6 % de plus que l’année dernière. En tenant compte de la semaine du 14 au 20 août, Federconsumatori a calculé des augmentations à deux chiffres pour les principaux itinéraires nationaux et internationaux. Celles-ci vont de 309 € par personne pour un vol aller-retour Rome-Olbia (+18 % par rapport à la même période en 2022) à 528 € pour un Milan-Malaga (+16 %). Il suffit de multiplier ce chiffre par trois ou quatre pour comprendre qu’alors, voyager en voiture pour les vacances, étant donné que le prix du carburant a légèrement baissé par rapport à l’été dernier (même s’il est partiellement compensé par l’augmentation des péages autoroutiers), devient souvent un choix obligatoire pour les familles.
Le « cher été » conditionne les choix, allonge les délais de décision, fait réviser à la baisse la barre des désirs des Italiens, mais ne semble pas entamer leur envie de partir…. La dernière enquête réalisée en mai par Skyscanner, la plateforme de l’industrie du voyage, montre que 88% des Italiens prévoient de voyager cet été. Cependant, plus de la moitié (52 %), entre l’indécision quant au moment de « décoller » et l’attente de la meilleure offre, n’ont pas encore réservé.  Jamais auparavant les évaluations n’avaient été faites en tenant compte du portefeuille, puisque 81 % des voyageurs italiens déclarent qu’ils seraient prêts à changer le jour et/ou la semaine de leurs vacances d’été pour économiser de l’argent. Skyscanner lui-même, afin de permettre aux personnes « flexibles » de trouver plus facilement les périodes où il est plus pratique de voyager, a lancé une nouvelle version estivale du système Savings Generator, une sorte de « générateur d’économies » qui fait une sélection et oriente les recherches vers les combinaisons de vols les moins chères.
Les vacances à la plage sont affectées par le « parasol de plage » (avec des augmentations allant de 15 à 30 pour cent) et plus généralement par les augmentations de prix des services et équipements de plage. L’étroitesse des budgets familiaux pousse à opter pour des vacances plus courtes et moins onéreuses, à tel point que les formules « demi-journée » sont revenues dans de nombreux établissements, pour ceux qui veulent profiter du confort du lido après 14 heures.  La chasse aux économies se généralise également avec l’utilisation d’applications permettant de partager le matériel de plage lorsqu’il n’est pas utilisé : du simple parasol au sup bike pour ceux qui aiment se tenir debout sur une planche dans les vagues. Toutes les astuces sont envisagées pour tenter de réduire l’impact de ce qui sera de toute façon une piqûre de rappel pour les familles qui partent en vacances cet été.

Lire aussi:  Toyota. La nouvelle Prius n'est plus laide. Et maintenant, elle va même avec le soleil

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *