lun. Mai 27th, 2024

Colin Gilbert, 37 ans, a les yeux ouverts sur les injustices du monde depuis son plus jeune âge. Il raconte qu’il n’avait que 15 ans lorsque, au cours d’un voyage qui l’a conduit à la frontière entre les États-Unis et le Mexique, il a été confronté pour la première fois à la souffrance des migrants fuyant la pauvreté. « Le monde était brisé », explique-t-il. Depuis, il s’efforce de le réparer. C’est dans cette optique qu’il a rejoint l’Économie de François, le réseau international de jeunes économistes et entrepreneurs appelé par le Saint-Père à étudier des solutions pour une société plus durable et plus solidaire. Une initiative qui, explique-t-il, lui a confirmé que « recoller les morceaux brisés de l’humanité est possible ». Colin est un éducateur. Élevé avec du pain et des planches à roulettes à Phoenix, en Arizona, il a étudié l’espagnol et la théologie avec les jésuites californiens à l’université Loyola Marymount. Avant d’obtenir son master en éducation et entrepreneuriat à l’université de Pennsylvanie, il a travaillé comme directeur de l’apprentissage par le service dans un collège missionnaire xavérien à Palm Desert.

J’ai toujours été convaincu », explique-t-il, « que l’éducation catalyse le changement ». Il vit aujourd’hui à Miami, en Floride, où il dirige une plateforme appelée Semer pour grandir (traduit : « semé pour grandir ») qui offre aux élèves un espace numérique pour vérifier leur santé émotionnelle. Un outil interactif qui permet aux enseignants et aux spécialistes, de l’autre côté de la barrière, d’étudier des solutions personnalisées pour améliorer le bien-être psychophysique et les performances des élèves. Sa formation comprend également une expérience professionnelle en Jordanie, à Amman, en tant que directeur d’une petite organisation non gouvernementale qui s’est développée pendant la crise des réfugiés syriens, et un master en gestion publique au campus de Princeton. Pratique et théorie. L’action et, à nouveau, l’étude. Colin est très fier d’avoir eu l’opportunité de fréquenter l’une des universités les plus prestigieuses des États-Unis mais, dit-il, « j’ai réalisé que l’économie enseignée dans ces cercles académiques est souvent exactement ce qui ne fonctionne pas à l’extérieur, basée sur des concepts et des modèles qui n’ont pas donné de bons résultats dans le monde réel ». Invité à participer à un groupe de réflexion informel sur la manière de réinventer l’économie en la rendant plus compatible avec la doctrine de l’Église catholique, il a élargi ses horizons.

C’est là que l’idée de participer à EoF a mûri. L’expérience au sein du réseau a été une immersion dans différents « villages » et dans les mondes des personnes qu’il a rencontrées. Des personnes très précieuses », dit-il, « avec lesquelles j’ai continué à dialoguer même en dehors du réseau ». Il qualifie d' »éclairantes » certaines des interventions des experts appelés à dialoguer avec les jeunes. « J’ai eu la confirmation, explique-t-il, que l’intuition d’essayer de réparer le système brisé par les iniquités causées par l’économie classique n’était pas fausse. C’est possible ». Une pièce après l’autre, comme dans un puzzle, peut être reconstituée. « Ce n’est qu’ainsi, ajoute-t-il, que nous pourrons résoudre les problèmes sociaux les plus graves de notre époque. Comme celui des réfugiés ou du changement climatique ». Colin, marqué par la perte prématurée d’un ami avec lequel il partageait des pensées et des projets, est convaincu que l’EoF a intercepté le besoin silencieux d’une alternative à l’économie mainstream. De plus en plus de personnes dans le monde remettent cela en question », affirme-t-il, « des personnes prêtes à répondre activement à l’urgence du changement. Mais il faut des dirigeants déterminés à le lancer. Le pape François est le seul à l’avoir fait ouvertement ». Colin, à sa manière, veut faire vivre cet appel : « J’ai la capacité d’examiner les problèmes en profondeur et de travailler avec les personnes concernées pour les résoudre. Je réarrange les morceaux du monde qui ont volé en éclats et je les recolle. « C’est ce que j’ai l’intention de faire de ma vie. Peut-être dans des domaines spécifiques comme le changement climatique ». L’une de ses idées est de développer une technologie qui encourage les comportements respectueux de l’environnement. Cela aussi, insiste-t-il, peut et doit être fait.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *