ven. Juin 14th, 2024

Quand il s’agit Triana à Rocío la fiesta explose. Le désordre s’installe et l’agitation prend des allures de pèlerinage sous un ciel couvert et des températures plutôt douces. C’est le samedi du Rocío. Le programme officiel du pèlerinage en est à son deuxième jour. La première a eu lieu vendredi après-midi, lorsque la cérémonie d’ouverture a commencé. présentation des affiliés devant la Blanca Palomades plus modernes aux plus anciens.

Dans cette première partie, elle l’a fait pour la première fois en tant que filiale de l’Union européenne. Montequintoavec sa marraine, la Castrense de Tablada. Les personnes suivantes ont également comparu devant la Blanca Paloma Confrérie de la Macarenala première de la capitale à atteindre les marais. Elle est arrivée aux dernières lueurs du jour. L’événement a été clôturé par le Mairena del AlcorLe village était déjà plein de pèlerins et de visiteurs la nuit.



De nombreuses autres corporations sévillanes ont passé la nuit sur les routes. Comme Triana, qui dormait (ou tentait de le faire) à côté de la Palais du Roiaprès avoir emprunté le chemin principal du Raya Real. Séville l’a fait dans la ChaosLe domaine de Guardiola avec sa singulière voûte de pins. Les deux confréries sont parties très tôt ce samedi, avant l’aube, pour arriver ponctuellement au village, à l’heure de la présentation.

De l’Ajolí

De la Pont d’Ajolí Jusqu’à l’esplanade du sanctuaire, les rocieros du vieux quartier, ceux du cordon vert, forment une sorte de tribu nomade prête à conquérir dans la joie tout ce qui se présente à elle. Avec les romarins qui couronnent les roseaux qui leur ont servi de point d’appui sur le sable. Le soleil les accompagne dès les premières heures du jour. Une lumière timide – qui sera gagnée par les nuages d’orage – qui ouvre la deuxième journée de présentations dans le village. Maintenant, dans l’ordre inverse du vendredi : du plus âgé au plus jeune.

La Plaza de Doñana devient le point de rencontre des pèlerins. De toutes origines et de toutes couleurs. Un mélange multiculturel, comme diraient les experts en sociologie post-moderne. Le premier à apparaître est Villamanriquequi est entrée dans le village à 7h30. Cette année, elle est accompagnée de sa filleule, Bollullos de la Mitaciónqui a trois quarts de siècle. Les charrettes des deux simpecados sont placées devant la célèbre venera (coquille pour tous les mortels) du sanctuaire, remplies de drapeaux, de bannières et d’autres insignes de l’Église catholique. Hermandad Matriz de Almonte. L’espace laissé libre est si étroit qu’il est difficile pour les deux chariots de s’approcher au plus près de la porte sacrée de ce marais.

Au milieu des sons des tambours et des cloches, ce samedi jouit d’une mélodie qui lui est propre, celle des orateur rociero qui annonce par haut-parleur le passage des confréries. Compte à rebours pour les pèlerins de Triana qui s’accumulent dans la rue Almonte. Les tambours entrent en scène, puis la cavalerie. « En avant, la confrérie de Triana. Nous demandons que la cavalerie ne s’arrête pas », prévient le président de la confrérie. orateur. Le conseiller de la présidence représente la matrice, Antonio Sanzprincipal responsable de la Plan Romero. Son homologue du Tourisme et de la Culture était également présent vendredi, Arturo Bernal.

Et Triana arrive

Deuxième avertissement à la cavalerie de Triana. « Ne vous arrêtez pas devant le sanctuaire ». Les cavaliers continuent de s’incliner légèrement devant la Blanca Paloma. Un nouveau plaidoyer du orateurqui termine en remerciant la cavalerie et les pèlerins pour leur collaboration dans le déroulement de l’événement. La stabilité est rompue. Au numéro 6, la foule commence à se rassembler. C’est la cohue. Il n’y a plus d’espace libre. Un bruit qui brise tout ordre. Triana arrive non pas une, mais quatre fois aux portes du sanctuaire. Une fois le chariot du simpecado et une autre fois trois de ses pèlerins. « Nous revoilà !

À l’intérieur du sanctuaire, aux pieds de la Vierge, il y a un doublet. L’ermitage se remplit de gens venus de Triana pour chanter le salve au Saint Patron d’Almonte. « Nous y revoilà. Un autre chemin parcouru. Une autre promesse tenue. Une fois de plus, la boule dans la gorge qui lie et délie Triana. La tempête de joie qui arrose les marais.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *