ven. Juil 12th, 2024

Le nouveau cap MG  commence à donner des résultats. Excellents. En trois ans, de retour sur le marché européen la marque britannique historique, rachetée en 2007 par le géant de l’automobile. SAIC Motor Corporation  (troisième constructeur chinois en volume) a en effet franchi des étapes impressionnantes. Après quelques incertitudes, il est (re)parti à l’assaut en 2019 avec de bons modèles, tous construits à l’Est, à commencer par la berline électrique MG4 . Les résultats sont visibles : de 952 unités vendues il y a quatre ans à 59 300 fin 2022. Et alors qu’au Royaume-Uni, la MG a atteint une part de marché de 4 %, le marché de l’automobile de l’Union européenne est en pleine expansion.n L’Italie a connu un excellent départ en 2023 : 7 828 voitures ont été immatriculées au cours des quatre premiers mois de l’année. soit une augmentation de 343,8%  par rapport à la même période en 2022. En avril, MG a atteint une part de 2,41%, impensable il y a trois ans, ce qui a permis à l’entreprise d’augmenter sa part de marché. SAIC Motors Italie  pour prendre la première place parmi les filiales européennes de MG.

Dans la catégorie des Voitures 100% électriques La marque s’est installée parmi les cinq premiers constructeurs, avec une part globale de 3,7 %, grâce à la berline MG4 et au SUV HS. Moins de six mois après son lancement, la voiture à hayon figure déjà dans le top 10 des voitures électriques en Italie et en deuxième position dans le segment C auquel elle appartient, avec 723 voitures immatriculées depuis le début de l’année. Andrea Bartolomeo Vice-président et directeur national de SAIC Motor Italy, commente les résultats : « Je ne peux qu’être extrêmement satisfait du déroulement des quatre premiers mois. Nos modèles, grâce à leur rapport qualité-prix, leur fiabilité et leur sécurité, ont gagné la confiance de nombreux clients. Outre nos propres efforts, nous devons également ces résultats à nos partenaires commerciaux : nous devons maintenant nous efforcer de faire encore mieux.

Parmi les défis de l’avenir, il y a celui – fascinant – du roadster Cyberster n’est pas tant d’apporter une contribution  » numérique  » à la cause (les dix modèles d’ici fin 2025 s’en chargeront, à commencer par un SUV Coupé et une citadine) que de faire revivre les valeurs historiques de la marque à l’ère de l’électrique. « Quand on nous dit que nous avons réussi à faire entrer la classe MG dans l’ère contemporaine, avec quelques touches d’avant-garde, nous sommes ravis : notre intention était de créer un roadster pour une nouvelle génération de passionnés et d’ouvrir un chapitre passionnant pour l’entreprise », explique le directeur général de la marque. Carl Gotham , Advanced Design Director de l’équipe multinationale du quartier londonien de Marylebone. Et ils s’amusent : ce que nous avons vu en avant-première (« Le modèle de production, prêt pour l’été 2024, sera presque identique à l’extérieur, moins à l’intérieur », souligne Gotham) est un beau roadster biplace, d’environ quatre mètres et demi de long et un peu moins de deux mètres de large, classique en bonne partie et avec des relents de MG B : avant allongé, nez bas, pare-brise fortement incliné, surfaces sinueuses, toit en toile, portes s’ouvrant verticalement. En revanche, on regretterait que MG n’ait pas le courage de conserver l’agencement du poste de conduite, clairement séparé de celui du passager : tableau de bord formé de trois visières en enfilade derrière le volant cloche et grand écran vertical sur le côté. La configuration finale sera discutée dans quelques mois, lorsque les spécifications techniques seront dévoilées : on parle d’un seul moteur à propulsion et de deux moteurs à transmission intégrale, avec des puissances respectives de 314 et 544 ch. La véritable attente, cependant, est de voir la réaction des amateurs européens de roadster (anciens et nouveaux) à la première voiture électrique à deux places.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *