mar. Fév 27th, 2024

Les La Semaine Sainte de Séville est un enfant de son temps. Cette affirmation n’en est pas moins vraie pour être récurrente ; en effet, en tant qu’entité vivante en constante adaptation, notre fête a répondu à une série de circonstances – c’est l’Ortega y Gasset des manifestations populaires – qui l’ont modulée au fur et à mesure qu’elle avançait en elle-même.

Il y a quelques jours, nous avons appris la nouvelle du changement musical au Cachorro. La Banda de la Puebla del Río va prendre le relais de la Presentación al Pueblo – un groupe qui, de son propre chef et qui, sans aucun doute, occupe une place de choix et de transcendance dans le genre cornet et tambour – qui changera complètement le registre du paso dans la rue en termes de son. Avec le recul, nous pouvons constater que ce type de situation n’est pas une nouveauté, même si les contextes sont différents. Il y a encore un demi-siècle, il n’existait pas de fanfares de clairons et de tambours ni de groupes musicaux à proprement parler, mais des fanfares militaires, qui étaient les plus sollicitées pour accompagner les pasos, ou des fanfares musicales elles-mêmes.



Ces fanfares martiales se produisaient presque tous les jours de la Semaine Sainte : Le génie, la police armée, le corps des chars, la santé militaire, l’artillerie, l’infanterie… Tous dans les nombreux chars mystérieux de notre Semaine Sainte, jusqu’à ce que l’arrivée de groupes comme le Maestro Patón ou le Sol ouvre progressivement l’éventail des possibilités. Plus tard, Tres Caídas (qui n’est dans l’Amargura que depuis trente ans), Cigarreras et l’éternelle Centuria ont fait leur apparition.

Lire aussi:  Martínez Ares attaque la Hermandad de la Macarena au sujet de l'exhumation de Queipo

Cependant, les fanfares militaires n’apparaissaient pas toujours derrière les chars mystérieux, mais diverses formations musicales faisaient partie des cortèges. Pouvez-vous imaginer le mystère de la Cène avec la fanfare de Tejera ? Cela s’est passé en 1930. Ou le mystère de la Lanzada avec les sons des Campanilleros ? Jusqu’en 1965 – hier – ce paso était accompagné par un groupe musical. En 1948, La Borriquita était accompagnée par la Banda Municipal de Dos Hermanas, tout comme La Paz en 1942. Redención a été accompagné par Tejera en 1960 et, Attention, la Banda de la Cruz Roja du Maestro Tejera a accompagné le mystère de San Gonzalo. (oui, le mystère) pendant plusieurs années dans les années 1950, jusqu’à ce que le paso de palio soit incorporé à la procession pénitentielle.

Que dire du Cristo de la Expiración del Museo qui, dans les années 40, était accompagné de cornets et de tambours (Ingenieros y Zapadores et Transmisiones). Et des groupes comme le Municipal de Tomares ou la Sociedad Filarmónica Hispalense ont fait de même après la crucifixion de Las Aguas ? Sans parler de l’essor qu’a connu la groupes musicaux à l’origine de nos chars mystérieuxun style authentiquement sévillan. Il y a encore trente ans, les apparitions d’Arahal, Santa Marta de la Algaba, La Trinidad, La Lanzada, le vieux Jesús Despojado, La Estrella de Dos Hermanas… étaient emblématiques. Elles ont peu à peu succombé au goût des cornetas. La plupart de ces informations sont fournies par notre ami José Manuel Castroviejo, qui fait tant de recherches sur notre musique.

Lire aussi:  Mort de Lolina, éternelle serveuse de la Virgen de los Reyes y del Dulce Nombre.

Quoi qu’il en soit, ce n’est pas superflu un regard sur le passé pour savoir d’où nous venons et, surtout, pour apprécier l’incalculable valeur musicale de notre Semaine Sainte. Ne serait-ce que par curiosité…

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *