jeu. Avr 18th, 2024

Une occasion irrésistible de se plonger dans la richesse dévotionnelle et artistique de la province de Séville. La ville d’Olivares a célébré, au cours des derniers jours, une vénération de la magna mariana à l’occasion de l’année jubilaire accordée par le Saint-Siège pour les quatre siècles écoulés depuis la consécration de l’église paroissiale par le pape Urbain VIII. Plusieurs images, léthargiques et douloureuses, sont restées en vénération aussi bien dans la collégiale que dans d’autres parties de la commune.

Au total, elles ont été exposées jusqu’à onze images différentes : Virgen de las Nieves, Virgen del Álamo, Inmaculada Concepción, Divina Pastora, Virgen del Rosario, Virgen de las Lágrimas, Virgen del Carmen, Virgen de la Carbonera, Virgen del Rocío, Virgen de la Antigua et Virgen de los Dolores.



En outre, plusieurs entreprises ont ouvert leurs locaux afin que les visiteurs puissent observer de près leur riche patrimoine. C’est le cas de la Notre-Dame des Douleurs dans sa solitudequi est portée en procession chaque nuit du Vendredi saint. Cette image bouleversante, anonyme du XVIIIe siècle bien que les attributions soient nombreuses, est accompagnée du Christ couché, une sculpture du XVe siècle. Lors de sa dernière procession pénitentielle, elle a présenté pour la première fois son toit à baldaquin, loué et célébré par les spécialistes de l’art comme l’une des œuvres textiles les plus remarquables de ces dernières années.

Une autre image qui a également participé à cette vénération est le Virgen de la Antigua, patronne de la confrérie de Vera-Cruz.. Le titre d’Antigua vient du premier comte d’Olivares, qui a donné ce nom à la ville. On sait que dès 1560, les Vera-Cruz ont construit un hôpital avec une chapelle dédiée à Santa María de la Antigua. La sculpture actuelle, qui a remplacé une sculpture primitive de style gothique, date du XIXe siècle et est attribuée à Gabriel de Astorga, qui a également sculpté l’Immaculée Conception de la Collégiale.

Parmi d’autres images, nous soulignons l’imposante Bergère divine qui est également vénérée dans l’église paroissiale principale de la ville, attribuée à Ruiz Gijón d’Utrera et datant du XVIIe siècle. Cette année sainte jubilaire a débuté en janvier dernier et se poursuivra tout au long de l’année avec diverses activités et services d’action de grâces.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *