mar. Fév 27th, 2024

La confrérie de la Carretería est une corporation figée dans le temps, au sens le plus historiciste du terme. Bien que son esthétique ait varié au fil des siècles (sa fondation remonte au milieu du XVIe siècle), une période a eu un impact particulier sur l’empreinte et l’esthétique de la confrérie : le XIXe siècle. Le nouveau panier mystère et la transformation des lignes de la broderie avec la signature Antúnez sont des exemples clairs de ce changement, qui s’est maintenu jusqu’à aujourd’hui.

Le tout est accompagné de musique, qui est également un « complément principal » qui renforce la mise en scène et l’identité dans la rue. Le groupe de musique de Julián Cerdán, qui accompagne chaque vendredi saint la Vierge douloureuse de l’ancienne rue Varflora, a partagé sur ses réseaux sociaux le répertoire interprété en 2023. Et si l’on additionne la date de composition de toutes les partitions interprétées, on peut remonter jusqu’à il y a plus de quatre-vingt-dix ans : 1934.



Pendant toute la durée de la station pénitentielle, la fanfare de Sanlúcar de Barrameda a joué 33 marches processionnelles, d’une durée moyenne de 5,2 minutes chacune, ce qui représente un total de trois heures de musique. Le compositeur le plus joué est Manuel López Farfán, dont la marche dédiée à cette image, Nuestra Señora del Mayor Dolor, a été jouée cinq fois. Les autres marches dédiées à cette image (La Espada Dolorosa, La Carretería o Montée au Calvairepar exemple).

Farfán est suivi d’une liste d’auteurs essentiels pour comprendre l’évolution de la musique processionnelle : Gámez Laserna, Font de Anta et Emilio Cebrián, avec deux auteurs chacun. C’est précisément ce dernier qui est à l’origine de certaines des compositions dédiées à des images non sévillanes : Le Christ du sang (à la figure crucifiée de Tolède de Torrijos) et Notre Père Jésus (au grand-père de Jaén). Cette liste particulière est complétée par L’impuissance y Le Christ de l’Expiration (de Beigbeder, originaire de Jerez) et Christ de Vera-Cruzpar Manuel Borrego.

Lire aussi:  Olivares célèbre une magna vénération avec les images mariales de la localité

Ce répertoire comprend des marches antérieures au XXe siècle, ce qui « vieillit » l’âge moyen des compositions. Parmi elles, Quinta Angustia (qui est probablement la même marche que Carreteríadont la partition n’a jamais été retrouvée et qui est la plus ancienne enregistrée dans notre Semaine Sainte), Ione ou le Marche funèbre de Chopin.

Enfin, à titre de curiosité, nous signalons quelques marches peu entendues derrière nos pasos de palio, telles que Impression du Jeudi Saint à Séville (l’une des dernières marches de Farfán, dédiée à Antonio Filpo Rojas, frère aîné de San Bernardo) ou Esperanza Macarenapar Quiles.

A répertoire exquis pour une soirée unique comme celle du Vendredi saint à Séville.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *