mar. Mai 28th, 2024

La flat tax dans un pays comme l’Italie risque d’accroître les inégalités. L’avertissement a été lancé par Bankitalia lors de l’audition de la commission des finances de la Chambre des députés. « Le modèle préfiguré par la délégation fiscale comme point d’arrivée – un système de taux unique accompagné d’une réduction de la charge fiscale – pourrait être irréaliste pour un pays doté d’un important système de protection sociale, en particulier à la lumière des contraintes des finances publiques », a déclaré la Bankitalia. le chef du service d’assistance et de conseil fiscal de la Banque d’Italie, Giacomo Ricotti.  soulignant que « les effets redistributifs devront toutefois être soigneusement évalués ». Dans l’attente de lal’introduction de la flat tax, «  l’extension des régimes de substitution pourrait réduire l’équité du système « .

Verdict positif sur la simplification du système fiscal. « La délégation de pouvoirs prévoit un grand nombre d’interventions sur de nombreux aspects du système fiscal, préfigurant une réforme en profondeur. De nombreuses mesures semblent extrêmement ponctuelles, car elles visent également à résoudre des incohérences systémiques, à moderniser des institutions obsolètes et à en aligner d’autres sur une jurisprudence bien établie ou sur des principes convenus au niveau international », a-t-il souligné. Mais si l’intention est tout à fait louable, le problème reste la couverture financière. La Banque d’Italie souligne la nécessité pour la délégation fiscale de trouver la couverture appropriée. Bon nombre des mesures envisagées entraîneront des pertes de recettes, mais pour l’instant, la couverture n’est prévue que pour le dépassement de l’Irap par le biais de la nouvelle surtaxe sur l’IRES. Pour M. Ricotti, « on ne sait pas quelles incitations fiscales feront l’objet d’une rationalisation, ni le montant des ressources qui seront récupérées ».

L’objectif principal de la délégation fiscale, selon Bankitalia, « devrait être de parvenir à une répartition différente du prélèvement global. Du point de vue de l’équité, cela signifierait réduire le prélèvement sur les contribuables en règle en récupérant des ressources par le biais de la lutte contre l’évasion ». Pour M. Ricotti, « afin de stimuler la croissance économique, la charge fiscale devrait être déplacée des facteurs productifs (travail et capital) vers les rentes et la consommation ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *