lun. Mar 4th, 2024

Elles sont une opportunité mais aussi un coût considérable. Pour les restaurants, et les entreprises liées au tourisme en général, l’adhésion aux plateformes numériques s’avère être une arme à double tranchant. Les entreprises sont dépendantes des applications avec des commissions qui dépassent 20% dans un tiers des cas. La commission moyenne pour les restaurants est de 18 %, alors qu’elle tombe à 16 % dans le secteur du tourisme. Seule une entreprise sur dix paie une commission fixe. Dans le secteur de la restauration, 68% des contrats conclus par les entreprises avec les plateformes (37% dans le tourisme) incluent des clauses de dépendance pour la collecte des paiements, et sept fois sur dix les conditions contractuelles résultent de l’imposition de clauses unilatérales. Tout aussi unilatérales sont les demandes de modifications contractuelles par les plateformes (32% dans le tourisme et 20% dans la restauration). Par ailleurs, une entreprise sur quatre dans le secteur de la restauration n’a pas accès aux informations sur ses clients, une sur huit dans le tourisme, ce qui peut avoir des répercussions sur les stratégies de marché.

C’est ce qui ressort de la note d’orientation « L’économie des plateformes numériques » présentée aujourd’hui par l’Inapp (Institut national d’analyse des politiques publiques).  lors d’un séminaire. Le document s’appuie sur l’enquête de l’Inapp sur les plateformes numériques, qui a analysé pour la première fois les 2022 un échantillon d’environ 40 000 entreprises qui comprend également des entreprises de moins de trois salariés, représentatives des 299 000 entreprises opérant en Italie dans les secteurs de la restauration, du tourisme et des transports terrestres.

Lire aussi:  Marché. Rouler sans se ruiner : voici ce que vous pouvez acheter pour moins de 20 000 euros

« Il existe un risque de dépendance technologique, économique et financière des entreprises vis-à-vis des plateformes, qui rappelle, bien que dans une moindre mesure, la même relation déséquilibrée qu’elles entretiennent avec les travailleurs », a souligné le commissaire européen à l’emploi, aux affaires sociales et à l’égalité des chances. Président Sebastiano Fadda  -En ce qui concerne les systèmes d’évaluation commerciale, qui comportent des risques potentiels pour la réputation, 32 % des entreprises du secteur de la restauration et 19 % du secteur du tourisme ont perdu au moins une fois des clients en raison de l’inefficacité des plateformes avec lesquelles elles travaillent, jusqu’à des retards dans l’encaissement des paiements effectués par l’intermédiaire des plateformes.

Selon l’enquête, dans le secteur de la restauration, des clauses visant à retarder le transfert des recettes de la plateforme à l’entreprise sont présentes dans environ trois quarts des contrats (37 % dans le secteur du tourisme). Cette pratique représente un coût et un facteur de risque financier inhérent aux paiements par plateforme. Les conditions les moins avantageuses sont plus fréquemment appliquées dans le secteur de la restauration où, dans 92 % des cas, les recettes générées par les plateformes sont différées dans le temps. En Italie, plus de 57 000 entreprises utilisent des plateformes numériques : 42 % du nombre total d’entreprises touristiques et 13 % de celles du secteur de la restauration. Au cours de la période de deux ans 2020-2021, le chiffre d’affaires intermédié par les plateformes numériques représentera environ la moitié du chiffre d’affaires du tourisme et près d’un cinquième des recettes de la restauration. Au sein du tourisme, la répartition des entreprises utilisant les plateformes est très différenciée, avec une prédominance dans les activités hôtelières. En particulier, ce sont les locations de chambres ou les chambres d’hôtes et les hôtels qui représentent plus de 75%.

Lire aussi:  A contre-courant de la tendance. L'action de Tesla : réduire les prix pour soutenir les ventes

« S’il est vrai qu’une part importante des entreprises du tourisme utilisaient déjà des plateformes avant 2020 », commente la Fadda, « il est tout aussi vrai que pour les 45% d’entreprises de restauration qui ont commencé à utiliser des plateformes numériques pour la vente à emporter pendant la pandémie, un espace de marché autrement inconnu s’est ouvert, qui leur a également permis d’exercer une fonction sociale ». Toutefois, il conviendrait de rééquilibrer la relation entre les plateformes et les entreprises afin de ne pas imposer de charges excessives à ces dernières et aux consommateurs ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *