mer. Avr 24th, 2024

La 22e édition de la Rapport Aniasa,  l’association qui représente le secteur des services de mobilité au sein de la Confindustria. Au cours de la réunion, l’intéressante nouvelle étude menée par Bain &amp ; Company  Le vent de l’Est souffle sur l’automobile », l’enquête annuelle sur la mobilité des Italiens, qui semblent désorientés (également par les délais de livraison très retardés), ne s’achètent pas de voiture et finissent la plupart du temps par garder la leur. comme le confirme l’évolution drastique des l’effondrement de la ferraille  (-30% en 2022 par rapport à 2021), avec près d’un demi-million de voitures en moins à la casse. La conséquence naturelle de ces facteurs est une croissance continue du parc automobile , ainsi que son âge moyen,  qui a doublé depuis 20 ans pour atteindre plus de 12 ans par voiture.  Et lorsque les Italiens doivent vraiment changer de voiture, ils préfèrent de plus en plus la louer plutôt que de l’acheter.

De moins en moins petits.  L’électrification progressive conduit à un désengagement graduel des constructeurs traditionnels du segment des petites voitures : le segment A, historiquement très important en Italie avec une part d’un cinquième du marché, a commencé à se réduire à 15%, au profit des segments des voitures plus grandes (et plus chères). Selon Bain, le faux mythe de la petite citadine électrique s’effondre donc, du moins pour le moment : à ce jour, les véhicules électriques obtiennent la plus grande part dans les segments des voitures de taille moyenne à grande. La détresse du marché, qui se traduit par une baisse des immatriculations, est confirmée par le rapport de la Commission européenne sur l’évolution du marché de l’automobile. la plus faible propension à l’achat des Italiens.  En fait, près de 60 % de la population n’a pas envisagé d’acheter un bien coûteux comme une voiture l’année dernière, principalement pour des raisons liées à l’incertitude économique. Dans ce contexte, les incitations et les remises supplémentaires, si elles sont bien orchestrées, sont le seul élément susceptible d’inciter les gens à acheter une nouvelle voiture.

Le vent d’Est.  En réponse aux exigences des consommateurs en matière d’accessibilité financière, poursuit Bain, le marché italien devient donc de plus en plus la chasse gardée des constructeurs de l’Est, tant asiatiques qu’est-européens, capables de produire des voitures à des coûts plus compétitifs. Pour conquérir le marché du Vieux Continent, ces opérateurs exploitent de nouvelles chaînes d’approvisionnement, mais aussi des solutions créatives, se repositionnant entre-temps sur un segment plus haut de gamme, conformément à la demande du marché européen. De nouveaux acteurs natifs du secteur des véhicules électriques émergent de Chine, non seulement dans le segment grand public, mais aussi dans les segments supérieurs. Ce n’est pas une coïncidence si certaines marques asiatiques se sont déjà hissées à plusieurs des premières places des ventes mondiales de voitures électrifiées, dépassant même Tesla. Le classement des principaux constructeurs de voitures électrifiées est parsemé de marques chinoises, qui ont désormais ravi le podium aux acteurs historiques : BYD est le premier constructeur mondial de voitures électrifiées (Tesla conserve la première place pour les BEV). L’essentiel des ventes se fait en Chine, mais la part de l’Europe augmente progressivement. Le déplacement de l’attention vers l’Est est aussi particulièrement évident dans les parts de production, où l’Europe a cédé le sceptre de premier fabricant à la Chine, qui a déjà atteint la quatrième place dans le classement des pays ayant le plus de brevets en Europe, l’Italie n’étant qu’onzième. Les constructeurs de l’Est (européens et asiatiques) vont conquérir des parts de marché croissantes dans les années à venir (en Italie, 4 % d’ici 2030), au détriment des marques traditionnelles du Vieux Continent qui, depuis 2015, ont perdu la production sur leur propre territoire de 5,3 millions de voitures, désormais produites en grande partie en Chine.

La location en hausse . En regardant les chiffres du marché, Aniasa confirme que la location de véhicules continue de croître, atteignant une incidence de plus de 30% des immatriculations au niveau national, avec une part de plus en plus significative de nouvelles voitures hybrides (56% du total des voitures hybrides rechargeables immatriculées) et électriques (32%) ; une flotte de 1,2 million de véhicules, qui se confirme comme un levier stratégique pour la décarbonisation de la mobilité italienne, contre un chiffre d’affaires de 13 milliards d’euros. Dans un marché automobile en baisse en 2022 (-9,5%) et en reprise progressive en 2023, le secteur de la location de véhicules reprend sa marche en avant à grande vitesse, porté par une croissance significative de la LLD : 415 000 véhicules immatriculés en Italie, pour une valeur de 10,5 milliards d’euros, une clientèle de 250 000 personnes comprenant des entreprises de toutes tailles et de tous secteurs, des administrations publiques et des particuliers, plus de 31 millions de journées de location pour des voyages touristiques ou de courte durée, et plus de 5,6 millions de contrats d’autopartage dans les villes métropolitaines.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *