sam. Avr 13th, 2024

Les Grecs de l’Antiquité avaient un principe : il existait une correspondance directe entre ce qui est beau et ce qui est bon, et la sagesse, la justice, le courage s’exprimaient à travers des idées d’harmonie et de proportion. Ils définissaient cette identité des vertus par un terme précis : Kalos kai agathos.

En paraphrasant presque le « beau et bon » des anciens, un groupe d’excellents textiles italiens a lancé, le 8 mai, une campagne de sensibilisation à la protection de l’environnement. Slow Fiber, projet/réseau  qui vise à créer des produits « beaux, bons, sains, justes et durables » en s’opposant ouvertement à la fast fashion et à son modèle de production « intensive », où la quantité prime sur la qualité.Les effets néfastes de la « fast fashion » sur l’environnement sont d’ailleurs amplement démontrés. L’industrie textile est aujourd’hui le quatrième secteur le plus polluant en Europe, et son impact sur l’environnement est dévastateur en termes de perte de biodiversité, d’épuisement des ressources naturelles, de quantité de déchets produits (chaque i près de 6 millions de tonnes de textiles sont jetées chaque année sur le Vieux Continent, soit l’équivalent de 11 kilos par personne,  ). En outre, l’industrie textile est fortement impliquée dans la déforestation de l’Amazonie et, en émettant des gaz à effet de serre, elle est l’un des principaux responsables du changement climatique.

Née de la rencontre entre Slow Food Italie et seize entreprises textiles  vertueux, l’objectif de Slow Fiber est le changement positif du paradigme de la production et de la consommation textile, la diffusion de la conscience de la façon dont les produits sont fabriqués et, par conséquent, de leur valeur : il est donc en parfaite harmonie avec les stratégies mises en œuvre par l’UE (avec la récente campagne  » ReSet the Trend « , par exemple) dans le but de créer une nouvelle façon de faire et de comprendre la mode. Une manière plus propre et plus éthique, qui repose sur la production et l’utilisation de fibres et de vêtements durables, réparables, recyclables, exempts de substances dangereuses et respectueux des droits de l’homme et de l’environnement. La maturation de l’idée a été Dario Casalini, ancien professeur adjoint de droit public à l’université de Turin et depuis quelques années PDG de l’entreprise familiale historique, Oscalito, basée à Turin,  qui produit des vêtements en fibres 100 % naturelles, recyclables et biodégradables. Selon M. Casalini, il existe un parallélisme entre l’alimentation et le textile : tous deux proviennent en effet des ressources de la terre. « En commençant par les fibres, nous pouvons donc considérer que le textile est étroitement lié à l’agriculture et, à l’instar du secteur agroalimentaire, le monde de l’habillement (et de l’ameublement) devrait également œuvrer à la protection de la biodiversité.

Lire aussi:  Le choc. Une Tesla inculpée en Suède gagne la bataille des plaques d'immatriculation

Mais si pour une bouteille de bon vin, c’est la conviction de l’entrepreneur piémontais, nous sommes prêts à dépenser ne serait-ce que 25 euros, « pour un sous-vêtement fabriqué avec du fil certifié et zéro kilomètre, non ». Malheureusement, nous n’accordons pas l’importance qu’il convient au textile : s’il est vrai que nous mangeons trois fois par jour, il est également vrai que nous sommes en contact avec le textile 24 heures sur 24″. « Il y a deux ans, j’ai parlé de tout cela avec le fondateur et président de Slow Food, Carlo Petrini, à qui j’ai soumis l’idée de publier un livre que j’avais l’intention d’écrire. Avec son enthousiasme contagieux, il m’a répondu : « Je le publierai pour vous, mais vous devrez ensuite créer un mouvement au sein de Slow Food ». C’est ainsi qu’en 2021, Slow Food Editore a publié  » Vestire buono, pulito e giusto. Per tornare a una moda sostenibile’, et en 2022 est né le mouvement Slow Fiber, que nous avons présenté à Turin lors du Salone del gusto-Terra Madre’. M. Casalini admet qu’il existe de nombreuses initiatives dans le secteur textile sur le thème de la durabilité – « le sujet est une tendance » – mais reconnaît que pour atteindre l’objectif, le nouveau projet ne doit pas faire trop de choses, mais ces « quelques » choses, il doit les faire sérieusement. « Nous ne pouvons pas éliminer le consumérisme, mais nous pouvons en changer le cours, en combinant l’esthétique, l’éthique et la qualité de vie, grâce à une consommation plus consciente de produits sains, propres, équitables et durables. Comme nous l’avons écrit dans notre manifeste, seule une demande croissante pour de tels produits peut déclencher un changement dans les stratégies industrielles des fabricants, en appliquant les principes de l’économie circulaire ».

Lire aussi:  L'économie dans le marasme. Croissance sans élan, la Commission européenne revoit à la baisse ses estimations du PIB

Seize entreprises italiennes se sont engagées à ce jour (outre Oscalito, L’Opificio, Quagliotti, Remmert, Pettinatura Di Verrone, Tintoria 2000, Angelo Vasino Spa, Olcese Ferrari, Tintoria Felli, Manifattura Tessile Di Nole, Holding Moda, Lane Cardate, Italfil, Pattern, Maglificio Maggia, Vitale Barberis Canonico).  mais Dario Casalini espère que d’autres viendront bientôt s’ajouter : « Nous espérons collaborer avec toutes les entreprises qui adhèrent (ou ont l’intention d’adhérer) à notre philosophie ».Outre la vision et l’enthousiasme, la force de chaque projet repose également sur le réalisme. Et cela, le patron de Slow Fiber le sait bien. Bien sûr, je suis conscient que le chemin ne sera pas sans embûches – il faut du courage : nous allons à l’encontre d’intérêts établis – et que nous devrons faire face à des problèmes majeurs. L’un d’entre eux, et peut-être le plus important, concerne le prix de nos produits : nous devrons dépenser un peu plus pour les acheter. Nous ne voulons certainement pas faire partie de la chaîne du luxe, mais nous voulons viser un prix adapté à la manière dont le produit a été élaboré : je répète souvent qu’il y a le restaurant étoilé, mais il y a aussi l’osteria qui propose des aliments et des vins produits et transformés d’une certaine manière, c’est-à-dire en respectant l’écosystème, la santé, la beauté et la culture d’une région, en valorisant la chaîne d’approvisionnement ainsi que, bien sûr, la qualité du travail, la dignité et le savoir-faire de ceux qui l’accomplissent. Ici, pour rester dans cette métaphore, cette taverne, c’est nous ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *