sam. Mai 18th, 2024

Nombreuses initiatives visant à intégrer les réfugiés dans le marché du travail. Les flux migratoires provoqués par les conflits (ainsi que par la famine ou les cataclysmes) sont un phénomène croissant. Déjà  en 2013, nous avions dépassé les chiffres enregistrés pendant la Seconde Guerre mondiale : au cours de la dernière décennie, nous sommes passés de 50 millions à 80 millions de réfugiés dans le monde. C’est le résultat des nombreuses crises internationales. En Italie, ces entrées dépassent les celles des arrivées de populations étrangères pour des raisons de travail et sont légèrement inférieures à celles des regroupements familiaux. En 2021, il est L’évacuation des réfugiés afghans après l’attentat du 11 septembre 2001 a été d’une grande importance. Depuis l’année dernière, l’arrivée des réfugiés prévaut. Ukrainiens. Il s’agit donc de populations extrêmement diverses : Les premiers arrivants étaient principalement composés d’Africains et d’Asiatiques, en grande majorité des hommes jeunes (dont de nombreux mineurs non accompagnés), avec un faible niveau moyen de scolarisation et une présence significative de victimes de tortures ou de violences basées sur le genre. Le profil des quelque 5 000 réfugiés afghans, composés pour la plupart de familles avec des mineurs, est différent : environ 40 % d’entre eux ont un diplôme universitaire, sans distinction de sexe, plus de la moitié parlent un excellent anglais et font preuve d’une expérience professionnelle antérieure assez significative. Quant aux personnes arrivées jusqu’à présent d’Ukraine, sur plus de 102 000 réfugiés entrés en Italie entre la fin février et la fin avril, 52 % sont des femmes et 35 % des mineurs. La plupart d’entre eux sont hébergés par des parents ou des amis, avec une forte concentration dans certaines régions (Émilie-Romagne, Latium, Campanie, Lombardie et Vénétie) en raison de la présence historique d’Ukrainiens dans ces territoires. Olus de 600 000 Ukrainiens (ou plutôt Ukrainiennes) ont déjà trouvé du travail en Europe, principalement en Pologne, en Allemagne, en République tchèque et aux Pays-Bas. Si l’on considère ceux qui se sont inscrits sur les listes d’emploi, le taux d’emploi avoisine les 60 %. C’est ce qui ressort d’un rapport de la Commission européenne . Le taux d’emploi est impressionnant et semble confirmer les résultats d’une analyse de la situation de l’emploi en Europe.OCDE,  c’est-à-dire que « l’intégration des réfugiés ukrainiens sur le marché du travail a été plus rapide que celle d’autres groupes de réfugiés ». Aux Pays-Bas, par exemple, plus de la moitié des femmes ukrainiennes ont trouvé du travail moins d’un an après leur fuite. Il faut généralement dix ans aux réfugiées pour atteindre un tel taux d’emploi. Selon le document de la Commission européenne, à ce jour, quatre millions d’Ukrainiens ont eu accès au mécanisme de protection temporaire, un instrument que l’UE a mis en œuvre pour la première fois de son histoire et qui lui permet de fournir des permis de séjour et de travail valables trois ans en sautant les procédures bureaucratiques normales. Sauf dans quelques cas (Bruxelles cite les difficultés rencontrées par des familles ukrainiennes en Hongrie et dans certaines régions allemandes), ce mécanisme a fonctionné : l’Easo, l’agence européenne pour l’asile, a souligné dans un rapport que la protection temporaire des Ukrainiens a considérablement réduit la pression sur les systèmes d’accueil locaux, évitant ainsi le chaos. Près de la moitié des réfugiés ukrainiens se sont installés en Pologne (984 000) et en Allemagne (919 000). La troisième place revient à la République tchèque, avec 445 000 réfugiés, suivie de l’Italie (177 000) et de l’Espagne (165 000). Plusieurs raisons expliquent l’intégration réussie des Ukrainiens en Europe. D’une part, le niveau d’éducation élevé des réfugiés : environ deux tiers des demandeurs d’emploi ont un niveau d’éducation moyen à élevé, ce qui est supérieur à la moyenne de l’UE. D’autre part, il y a les réseaux d’Ukrainiens déjà installés dans divers pays européens, qui ont aidé leurs compatriotes à s’installer. D’autre part, la situation économique était également favorable : au lendemain de la pandémie, l’Europe a été confrontée à une pénurie exceptionnelle de main-d’œuvre, en particulier dans les secteurs de l’industrie manufacturière, de la restauration, de la logistique et des technologies de l’information : dans la zone euro, la proportion de demandes d’emploi restées sans réponse a atteint 3,1 %, soit deux fois plus qu’il y a dix-sept ans. Dans les pays de l’UE, la course à l’embauche des travailleurs ukrainiens a presque commencé. En Slovaquie, par exemple, les réfugiés ont permis au marché de la construction et au secteur de la logistique de redémarrer à plein régime après la pandémie, et les entreprises craignent maintenant que, compte tenu des qualifications élevées de ces travailleurs, il n’y ait une fuite vers d’autres pays de l’UE, qui commencent à rechercher des profils plus qualifiés, qu’ils ne peuvent pas couvrir avec l’offre nationale. Les Un partenariat pour les réfugiés un réseau mondial de plus de 300 grandes entreprises (dont Barilla, Ikea, Carrefour, mais aussi des banques et des géants du numérique comme Google), a réuni des chefs d’entreprise européens pour accélérer l’intégration économique des réfugiées ukrainiennes. La demande de main-d’œuvre ukrainienne reste donc élevée, mais il y a des problèmes à surmonter, comme la reconnaissance des qualifications. C’est précisément pour cette raison que la Commission européenne a publié, peu après le début du conflit, une recommandation sur la reconnaissance des qualifications académiques et professionnelles des personnes fuyant l’invasion russe de l’Ukraine, afin de permettre aux employeurs et aux établissements de formation de mieux comprendre les compétences des Ukrainiens arrivant dans l’UE. Parallèlement, la Fondation européenne pour la formation compare les cadres de qualifications ukrainien et européen afin de faciliter une reconnaissance plus automatique des qualifications ukrainiennes.

Initiatives visant à promouvoir l’inclusion 

Facilitation des parcours d’apprentissage de la langue italienne, incitations et outils pour la mobilité légère et partagée pour rejoindre le lieu de travail, possibilité de quitter temporairement le centre d’accueil pour une formation ou un travail occasionnel dans une autre région, bon d’achat de babysitting ou l’activation des relations de bon voisinage pour soutenir les parents isolés, l’aide à la recherche d’un logement à louer, comme la possibilité pour les entreprises de se porter garantes pour leurs travailleurs. Il s’agit là de quelques-unes des nombreuses actions identifiées par le monde associatif, les entreprises à but lucratif et les administrations publiques qui ont travaillé côte à côte dans le cadre du projet. Parmi nousvisant à l’inclusion économique et sociale des réfugiés politiques et des bénéficiaires d’une protection internationale. Un projet mis en œuvre par Consortium Communitas  à la tête de 25 organisations sociales et coopératives dans toute l’Italie, financé par Union européenne  e Ministère de l’Intérieur  avec le Fonds Fami pour l’asile, la migration et l’intégration. Un accord promu par  Assolavoro-Association nationale des agences pour l’emploi  – représentant plus de 85% du secteur – et signé avec les syndicats Nidil Cgil, Felsa Cisl, UilTemp  alloue des ressources aux titulaires d’une protection internationale (statut de réfugié et de protection subsidiaire). Plus précisément, l’accord prévoit une activité de bilan de compétences ciblé, utile pour identifier un parcours de formation visant l’intégration, une formation de base pour apprendre la langue italienne et les fondamentaux de la culture italienne et de l’éducation civique, ou un parcours de formation professionnelle, en fonction des compétences identifiées, et comprend une allocation de présence et le remboursement des frais de nourriture, d’hébergement et de transport. Depuis plus de dix ans, Le groupe Adecco  s’engage à soutenir les personnes réfugiées afin de les aider à intégrer le monde du travail. Parmi les projets menés ces derniers mois, on peut citer la récente allocation de 200 000 euros aux partenaires de la Fondation Adecco pour l’égalité des chances qui s’est engagée à offrir un soutien aux réfugiés ukrainiens, ainsi que la création d’un fonds de solidarité pour les réfugiés ukrainiens. Des emplois pour l’Ukraine un portail qui offre aux citoyens ukrainiens qui ont fui leur pays diverses opportunités professionnelles et des modules de formation gratuits. À ce jour, la plateforme a recueilli plus de 3 000 offres d’emploi, plus de 1 100 entreprises enregistrées – dont 65 italiennes – et plus de 3 200 candidatures. Les entreprises qui souhaitent obtenir plus d’informations peuvent contacter l’équipe du groupe Adecco qui suit les projets de formation et d’insertion professionnelle des réfugiés en remplissant le formulaire figurant sur ce lien : https://www.adecco.it/servizi-per-le-aziende/inclusion-at-work . Logement, vêtements, appareils technologiques, matériel scolaire, soutien scolaire et accessoires pour les enfants et les personnes âgées. L’Agence pour l’emploi Maw active son soutien aux réfugiés ukrainiens.  Elle a répondu à l’urgence en soumettant un premier questionnaire à ses travailleurs pour recueillir les besoins de ceux qui ont de la famille en Ukraine ou qui accueillent des réfugiés. En réponse à ces besoins, Maw a mis en place un réseau d’aide réparti dans tout le pays. Plus précisément, ont été distribués des bons d’achat d’une valeur de 200 euros chacun  aux travailleurs ukrainiens qui accueillent des réfugiés. Des dons ont également été faits, des appareils technologiques , vêtements, fournitures scolaires et accessoires pour enfants et adolescents  pour plus de 30 familles.  Parallèlement, en soutien au projet humanitaire Urgence Ukraineont également été donnés 80 paires de chaussures aux femmes et enfants réfugiés de la Fondation Francesca Rava – Nph Italia Onlus.  LL’Association italienne pour la gestion du personnel (Aidp) a signé un protocole d’accord avec l’Acnur, l’agence des Nations unies chargée de la protection de l’environnement.  droits et le bien-être  des réfugiés et des demandeurs d’asile dans le monde.  L’association, qui compte plus de 3 500 membres parmi les professionnels des ressources humaines, a décidé de s’associer au projet Bienvenue. Travailler pour l’intégration des réfugiés pour promouvoir l’inclusion sociale par le biais d’offres d’emploi, d’ateliers, de conférences, de cours de formation et de nombreuses autres activités. Le projet, mis en œuvre en coopération avec le Ministère du travail, Confindustria  et la Réseau du Pacte Mondial Italie vise à atteindre des parcours d’insertion partagés et participatifs. L’idée est de promouvoir l’emploi de rdemandeurs d’asile et réfugiés par le biais de diverses initiatives, telles que la diffusion de matériel et d’informations sur les réfugiés et les demandeurs d’asile. pour les entreprises qui souhaitent procéder à des recrutements, des formations ciblées pour les entreprises sur les questions de protection international et la diversité dans les entreprises et l’échange de bonnes pratiques sur leur inclusion dans le marché du travail. La Commission européenne  a mis en place une série de mesures pour continuer à soutenir les Ukrainiens fuyant l’agression russe. Il s’agit notamment des mesures suivantes La réserve de talents de l’UE , un nouvel outil de recherche d’emploi en ligne destiné à aider les personnes fuyant la guerre en Ukraine à trouver un emploi dans l’UE. Le projet, disponible en anglais, ukrainien et russeest mis en œuvre par le biais de Euresportail de recherche d’emploi géré par l’Autorité européenne pour l’emploi. Formation et emploi dans le secteur de la construction – Réfugiés et autres
migrants vulnérables, afin d’accompagner leur parcours vers l’autonomie et de soutenir la croissance tirée par le Super Bonus et le Pnrr
 c’est le double objectif important du protocole d’accord triennal  signé conjointement par le ministère du travail et de la politique sociale, Ministère de l’Intérieur, Ance, Fillea-CgilFilca Cisl et Feneal Uil.  Un document dans la rédaction duquel Acnur et Anci. La collaboration entre le gouvernement et les partenaires sociaux vise l’inclusion l’insertion socioprofessionnelle d’au moins 3 mille personnes entre les demandeurs et les les titulaires d’une protection internationale ou temporaire, les titulaires d’une
protection spéciale, mineurs étrangers non accompagnés en transition à l’âge adulte et les anciens mineurs étrangers non accompagnés. I Les bénéficiaires, identifiés dans les Centres d’accueil extraordinaires et les Centres d’accueil de l’Union européenne, sont des enfants de moins de 18 ans.
Système d’accueil et d’intégration seront inclus dans le formation des écoles de construction, coordonnée par l’organisme paritaire Formedil et Les élèves pourront acquérir de l’expérience sur le terrain grâce à des stages d’apprentissage à effectuer directement. dans des entreprises du secteur. ReadyForIT aussi,  est le programme promu par Fondation italienne Accenture Ets  dans le but de créer des opportunités d’emploi concrètes et ciblées sur le marché de l’emploi.
Il compétences, parmi les plus demandées par le marché du travail, en les rendant accessibles aux groupes économiquement et socialement plus fragiles tels que les jeunes réfugiés et les migrants (en plus de Neet). Pour plus d’informations : https://readyforit.it .
Promouvoir la rencontre entre les réfugiés et les communautés locales dans dix villes italiennes afin de créer des communautés plus inclusives et de favoriser les parcours d’intégration. Il s’agit du programme Community matching : les réfugiés et les communautés ensemble pour l’intégration réalisé par leA Agence des Nations Unies pour les réfugiés, Ciac et Réfugiés Bienvenue Italie.  Au 31 décembre 2022, 358 jumelages ont été initiés, impliquant des personnes de 41 nationalités. Le programme est actif dans les villes de Bari, Bergame, Bologne, Milan, Naples, Padoue, Palerme, Parme, Rome et Turin. Les données montrent que, six mois seulement après le début du programme, 50 % des réfugiés ont amélioré leur niveau de connaissance de la langue italienne. Une amélioration significative a également été constatée en termes de stabilité du logement et de l’emploi, avec une augmentation de 25 % du nombre de personnes ayant trouvé un emploi et de 17 % du nombre de personnes ayant enregistré un contrat de location. Enfin, 86 % des réfugiés ont fait état d’une amélioration de leur bien-être général grâce aux relations nouées dans le cadre du programme d’aide aux réfugiés. Rapprochement des communautés. Fondation Cdp  au lieu de activé Urgence UkraineLa Fondazione Cdp lance un appel à propositions visant à lutter contre la crise humanitaire provoquée par le conflit en Ukraine, en sélectionnant un ou plusieurs projets susceptibles de répondre aux besoins sociaux, sanitaires, éducatifs et logistiques de la population touchée. La Fondazione Cdp met 500 000 euros à la disposition d’organisations à but non lucratif et d’entreprises sociales qui pourront lancer ou développer des activités d’accueil et d’assistance aux réfugiés ukrainiens en Italie, notamment par la création d’opportunités de formation, de travail ou de loisirs. Des initiatives peuvent également être lancées en Ukraine et dans les zones frontalières, notamment en fournissant des produits de première nécessité tels que de la nourriture, des médicaments, des couvertures, etc. Entre-temps, pengagement de laUniversité de Bergame  dans l’accueil des des jeunes ayant le statut de réfugié . Renouvellement de l’adhésion Unicore, qui en est à sa cinquième édition, est le fruit d’un partenariat entre Acnur  Italie  avec Fondation Diakonia Onlus, un instrument opérationnel de Caritas diocesana bergamasca , Diaconie vaudoise  e Association « Maison des Maisons Aps ».  Dans le cadre du projet, l’Université de Bergame s’occupe de l’attribution de bourses d’études tandis que les institutions partenaires accueillent les étudiants en en famille d’accueil avec des éducateurs dévoués qui les aident à créer un réseau local dans lequel ils peuvent s’intégrer et des opportunités de loisirs, ainsi que à les soutenir économiquement et dans leur épanouissement  pour se construire un avenir solide. Une autre opportunité offerte par l’Université Orobic pour soutenir les réfugiés est l’appel à bourses de protection internationale-Crui. L’initiative, promue par le ministère de l’Intérieur et le Crui, avec la participation d’Andisu, vise à soutenir le droit à l’étude pour l’accès aux cours de licence, de master et de doctorat dans les universités italiennes pour 100 jeunes étudiants méritants, titulaires d’une protection internationale, qui sont contraints d’interrompre le cours d’études commencé dans leur pays d’origine. Enfin, à Milan, au BonelliErede  dans la via Marostica, est actif depuis près d’un an, le Centre d’aide au placement des réfugiés ukrainiens et a déjà contribué à la mise au travail de plusieurs réfugiés de guerre. Le centre est le résultat de l’effort conjoint de BonelliErede, un leader dans les services juridiques et fiscaux en Italie, de la Coopérative sociale Cometa Formazione qui s’occupe des mineurs et du placement professionnel, et ITA2030 L’ITA2030 est une association de professionnels de différents horizons qui fournit des réseaux et de l’expertise pour soutenir les initiatives du secteur tertiaire.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *