jeu. Juin 13th, 2024

Probablement ces jours-ci dans la maison du Pallacanestro Varese on pensera à profiter de la chance de la réduction de la pénalité (de -16 à -11) pour se concentrer sur l’objectif salvateur, en essayant d’abord de prendre les deux points en jeu avec Scafati le dimanche 30 avril (bal à 17:30 à Masnago) avant de recevoir, dans les premiers dix jours de mai, les motivations de la sentence de la Cour d’Appel et de décider quoi faire avec la paperasse.

A partir du salut acquis, il sera possible de faire beaucoup de raisonnement estival et peut-être que prendre les deux points, même difficiles, à Bologne le 7 mai pourrait rouvrir le discours de la coupe même sans les éliminatoires pour la saison prochaine. La FIBA dispose toujours d’une wild card, et son « ambassadeur » en Extrême-Orient a toutes les qualifications pour la mériter.

Certaines déclarations rapportées ce matin dans La Prealpina nous laissent plutôt perplexes, à tel point qu’elles méritent, à notre avis, d’être approfondies.

« Le groupe d’avocats composé d’Angelo Capellini, Daniele Bianchi, Giampiero Falasca et Sergio Terzaghi a exposé sa thèse de défense sur les actions de l’entreprise, en s’appuyant également sur les résultats de l’enquête interne qui a écarté la responsabilité de Luis Scola (présent à Rome avec les avocats) dans la gestion de l’affaire Tepic.. »

Luis Scola est le directeur général de Varese Basketball depuis septembre 2021. Milenko Tepic a déposé un arbitrage auprès du BAT le 14 mars 2022 pour une créance remontant à la saison 2019-20. Scola a payé le joueur au mois de novembre suivant, sans sourciller, suite à la décision du tribunal de Lausanne.

Si dans un procès, pour plaider la défense, on va jusqu’à dire que l’Argentin n’a aucune responsabilité, cela signifie que depuis qu’il est administrateur, quelqu’un a dû prendre soin de ne pas le mettre au courant de la dette, et de s’assurer systématiquement que toute communication à ce sujet de la part de la FIBA n’arrive pas sur son bureau.

Et en effet, dans le jugement du BAT, il est écrit que Pallacanestro Varese n’a jamais répondu à toutes les convocations qui lui ont été adressées. Et ce n’est pas la faute du PDG. Il ne fait aucun doute que quelqu’un a « poignardé » Luis Scola dans le dos, et nous pensons ne pas nous tromper en croyant qu’au retour du tirage au sort de Manille dans la maison de Varese, il sera temps de procéder à un nettoyage en profondeur.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *