mer. Mai 22nd, 2024

De toutes les confréries sévillanes, sans rien enlever aux particularités de chacune d’entre elles, il est vrai que celle du « Paso del Cristo de la Fundación » est la plus importante. Los Negritos a un caractère particulier. Des siècles derrière elle, plus de six pour être précis, et malgré l’infinité de changements culturels, sociaux et politiques, la confrérie a gardé ses racines intactes et les exhibe chaque jeudi saint.

Nous avons récemment fait la connaissance de, une photographie de la figure crucifiée de la Fondation. dans une esthétique quelque peu inhabituelle pour les générations actuelles de confréries. Grâce au travail de récupération photographique effectué par la corporation, nous pouvons remonter le temps et constater que tout n’est pas ce que nos yeux voient aujourd’hui. Dans l’instantané partagé, l’image du Christ crucifié peut être vue d’une manière totalement différente de celle que nous connaissons aujourd’hui. La photographie peut être datée, avec certitude, des premières années du 20e siècle, après 1915, date à laquelle l’image du Christ crucifié est apparue. la confrérie sortait déjà le jeudi saint après plus de trois siècles d’absence.



Outre l’inclusion des puissances, des candélabres et du paso lui-même, la présence d’une Madeleine au pied de la croix, accompagnant le Christ. Cette sculpture faisait partie du mystère, à la manière du Calvaire, avec la Vierge des Anges, jusqu’à ce que la Vierge des Anges reçoive son premier paso de palio en 1915. La Magdalena a continué à accompagner le Christ crucifié même après l’inauguration du paso actuel, mais ce n’est qu’en 1915 qu’elle a reçu son premier paso de palio. il a été supprimé par la suiteet on ne sait pas où il se trouve.

La photographie montre également la procession elle-même, les Nazaréens, qui portaient des tuniques entièrement blanches. Le scapulaire bleu n’a été ajouté que dans les années 1950, pour commémorer l’anniversaire de la proclamation de l’Immaculée Conception.

Le paso

Le paso représenté sur la photographie, de style néogothique, avec de gracieux candélabres, appartenait à la confrérie Hermandad de la Hiniesta. Il avait été acquis par Juan Manuel Rodríguez Ojeda à la fin du XIXe siècle et, pendant quelques années, le char allégorique de la Sainte Croix que la confrérie de San Julián avait l’habitude de promener dans les rues avait été porté en procession sur ce char. En 1912, La Hiniesta est sortie sans ce char allégorique, qui a été vendu à la Hermandad de los Negritos pour la procession du Cristo de la Fundación. Le crucifix d’Ocampo, lui aussi, avait déjà été porté en procession auparavant sur un autre paso néogothique ayant appartenu à San Bernardo, jusqu’à ce que les nouveaux courants stylistiques finissent par définir le prototype de l’actuel paso néobaroque, abandonnant le style du XIXe siècle qui prévalait à la fin de ce siècle.

Le Christ de la Fondation a été porté en procession sur ce paso néogothique jusqu’à l’année 1922, le paso actuel a été inauguré, L’œuvre du menuisier Francisco Domínguez, dont l’atelier se trouve dans la rue Alcaicería. Ces plates-formes continueront à porter des candélabres jusqu’à ce que, des années plus tard, on y ajoute les lanternes actuelles et emblématiques, qui constituent aujourd’hui l’une des images les plus identifiables du Jeudi saint à Séville et de toute la Semaine sainte.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *