ven. Juin 14th, 2024

En amont de la troisième mobilisation européenne « Des rues pour les enfants se tiendra le vendredi 5 mai et verra des milliers de garçons et de filles de toute l’Europe descendre dans la rue avec des ronds-points, des promenades à vélo et des jeux de rue pour réclamer plus de rues scolaires, Campagne des villes propres  présente les résultats de l’enquête Les routes scolaires : ce que pensent les enfants en Italie  (commandé auprès d’un échantillon de 1 017 enfants âgés de 6 à 17 ans) pour étudier la manière dont ils se déplacent, la manière dont ils aimeraient se déplacer et leur perception de l’espace devant leur école.

D’après les résultats, 88% des enfants interrogés souhaiteraient une rue de l’école, mais seulement 7% d’entre eux en ont une à ce jour . L’enquête a révélé que 47 % des enfants interrogés sont actuellement conduits à l’école en voiture ou en moto, un pourcentage qui s’élève à 66 % pour les enfants de l’école primaire. 50 % des personnes interrogées déclarent qu’elles aimeraient se rendre à l’école à pied, à vélo ou en scooter. 28 % des enfants disent qu’ils aimeraient aller à l’école à vélo ou en scooter, mais ils ne sont que 3 % à le faire actuellement. À la question de savoir pourquoi les enfants italiens ne se déplacent pas davantage à pied ou à vélo, 48 % des enfants ont répondu que c’était trop dangereux. Il convient également de noter qu’environ la moitié des enfants et des jeunes interrogés aimeraient qu’il y ait moins de voitures autour de leur école, quels que soient leur âge et leur région de résidence. La moitié des enfants et des jeunes interrogés aimeraient qu’il y ait plus d’arbres et d’espaces verts autour de leur école. Environ un tiers des enfants et des jeunes souhaiteraient davantage de voies et de pistes cyclables pour se rendre à l’école, avec des pics proches de 50 % pour ceux qui fréquentent les collèges et les lycées.

Les déplacements à pied et à vélo pour se rendre à l’école sont majoritairement le fait des garçons et des filles dans les écoles primaires et secondaires (entre un quart et la moitié de tous les déplacements). « L’enquête confirme que les enfants italiens réclament à cor et à cri des espaces de jeu sûrs, de l’air pur et des itinéraires domicile-école protégés où ils peuvent se rendre à pied ou à vélo. Il est temps que les administrations prennent leurs responsabilités et mettent immédiatement en place des rues scolaires devant toutes les écoles. C’est une urgence exprimée par les enfants, ceux qui sont directement concernés par leur avenir, mais aussi par les données2, les expériences et les tendances en Europe vers des villes avec moins de voitures et une mobilité plus durable « , commente Anna Becchi, coordinatrice de la campagne School Streets pour Clean Cities Italy.

Pourquoi des routes scolaires ?
 
Les routes scolaires, c’est-à-dire les routes sur lesquelles les écoles sont fermées à la circulation, sont un élément essentiel d’une mobilité durable et sans émissions, qui place l’espace pour les personnes au centre et réduit la centralité de la voiture dans nos villes. Outre la réduction de la pollution et la garantie de la santé et de la sécurité routières, elles favorisent le jeu libre et le sport et contribuent à l’autonomie et au développement de communautés nourricières autour de nos enfants. Les routes scolaires contribuent au processus de réalisation de la « ville 30 », un projet sur lequel le débat a enfin commencé en Italie également. Les routes scolaires sont un outil utile pour réduire la pollution de l’air à proximité immédiate des écoles. À Londres, par exemple, il a été démontré que les routes scolaires réduisent les niveaux de dioxyde d’azote jusqu’à 23 %.  et réduisent de manière significative le trafic automobile tout au long de la journée.

Les mobilisations en Italie le vendredi 5 mai 
Le vendredi 5 mai, les enfants de toute l’Europe descendront dans la rue pour la troisième mobilisation européenne « Streets for kids », pour jouer, faire du vélo et marcher afin d’exiger des espaces libres et sûrs devant les écoles. Plus de 80 manifestations seront organisées dans toute l’Italie, de Cagliari à Gênes, de San Benedetto Del Tronto à Vérone ; seules les villes de Rome et de Milan se joindront à l’événement, avec respectivement 35 et 20 actions. À Rome, des déclarations successives, sous l’administration précédente et actuelle, ont été faites sur la volonté de lancer de nouveaux itinéraires scolaires, y compris des expériences et des projets à mettre en œuvre. Cependant, à ce jour, seuls trois ou quatre sont actifs et il n’y a pas de calendrier précis pour la mise en œuvre des autres. Certaines municipalités sont toutefois plus avancées dans leur planification, en particulier les Première, Troisième et Douzième municipalités qui ont parrainé l’initiative du 5 mai.
Parmi les initiatives qui méritent d’être mentionnées, Via Monte Ruggero 30 à Rome, de 16h00 à 18h00, il y aura un après-midi de jeux et d’activités dans la rue. Intervenants : Claudia Pratelli, conseillère pour les écoles de la municipalité de Rome, Eugenio Patané, conseiller pour la mobilité de la municipalité de Rome, Paolo Marchionne, président de la troisième municipalité, Anna Becchi, coordinatrice de la campagne School Streets pour Clean Cities Italia. À Milan, la journée « Rues pour enfants » suivra la sélection des projets « Piazze Aperte per Ogni Scuola » (Places ouvertes pour chaque école), promus par le conseil municipal. Parmi les initiatives, Via Faravelli / Via Gattamelata, de 10 h à 17 h 30, la rue sera ouverte aux jeux, activités et ateliers pour enfants. Pour consulter tous les événements programmés, veuillez visiter le site web : https://italy.cleancitiescampaign.org/streets-for-kids-spring-2023/ 

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *