jeu. Fév 22nd, 2024

La Confrérie de la Saint Enterrement, présidée par Fermín Vázquez, a informé par le biais de ses profils officiels que les images de la Saint Jean l’Évangéliste et Marie Madeleine, qui accompagnent Marie la Très Sainte de Villaviciosa sur son autel, seront retirés du culte pendant quelques semaines afin de procéder à une intervention dans une église de la ville de Villaviciosa. problème détecté dans le mécanisme de la des articulations.

Ce problème, selon des sources au sein de l’entreprise, s’étend à toutes les images du paso del Duelo, mais des mesures seront prises en premier lieu pour ces deux saints, car ils restent continuellement à côté de l’image titulaire de la Vierge douloureuse. Le problème remonte à au moins trois ou quatre ans, lorsque le précédent Conseil de direction a introduit ce mécanisme d’articulations, qui était trop rigide et dont les mouvements ne pouvaient être exécutés.



La Confrérie a décidé d’entreprendre cette intervention, étant donné que les prêtres avaient alerté de l’impossibilité réelle d’habiller les images en raison de la rigidité des articulations. C’est pourquoi, récemment, José Joaquín Fijo, actuellement chargé de l’entretien et de la surveillance du patrimoine de la confrérie, a réalisé une étude pour analyser la situation et évaluer les dégâts et les possibilités d’intervention. Dans ce rapport il est indiqué que le mécanisme a été exécuté et appliqué au système précédent, ce qui a entraîné la rupture des attaches et d’autres pièces. Une mousse de polystyrène a été utilisée pour assembler les deux systèmes au lieu d’une colle adaptée.

Lire aussi:  Le vrai pouvoir des confréries de Séville

Ainsi, ce sera José Joaquín Fijo lui-même qui exécuta un nouveau système de fixation et de déplacement des articulations des saints afin de garantir leur stabilité et, surtout, la conservation artistique de cet ensemble, l’un des plus remarquables de toute la Semaine Sainte.

Les images secondaires

Toutes les images secondaires du paso de misterio del Duelo ont été réalisées en 1829 par le sculpteur de Malaga Juan de Astorga.pour remplacer les originaux perdus lors de l’invasion française. Ils portent des vêtements du XIXe siècle, brodés en 1880 par Teresa del Castillo d’après un dessin de son mari Antonio del Canto Torralbo. Ils présentent des motifs gothiques classiques, tels que des arcs brisés, des ogives, des fleurs trilobées et divers motifs végétaux. Elles sont considérées comme l’un des ensembles textiles les plus remarquables de la Semaine sainte sévillane.

Dans le cas de la Magdalena, sa tunique a été remplacée par du velours neuf dans l’atelier de Carrasquilla en 1948, puis restaurée par l’atelier de Santa Bárbara en 1997.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *