mar. Mai 28th, 2024

La Confrérie de La Soledad de San Lorenzo entreprend la restauration du manteau de sortie de sa Vierge douloureuse, une pièce extraordinaire de Josefa Antúnez, brodée au XIXe siècle, bien qu’elle ait subi de nombreuses modifications au cours de son histoire.

Pour cette tâche, l’entreprise CYRTA, spécialisée dans la conservation et la restauration de tissus anciens, sera chargée de redonner toute sa splendeur à cette pièce. Le Conseil de direction a récemment visité les ateliers de cette entreprise, dirigée par Pablo Portillo et Pablo Pérez, qui sont actuellement responsables du projet. Le coût de la restauration sera couvert par les subventions accordées par la Consejería de Cultura de la Junta de Andalucía. Dans la proposition d’intervention la conservation rigoureuse du manteau est établie comme critère, L’original serait donc préservé dans son intégralité sans qu’il soit possible d’exclure ou d’écarter l’une ou l’autre de ses parties ».



La pièce

A 1866 l’exécution commence à prendre forme d’un manteau brodé pour Notre-Dame de la Solitude. Son auteur était inconnu jusqu’à des recherches récentes, bien qu’il ait été attribué, sans aucun fondement, à Teresa del Castillo. Dès 1998, il a été suggéré qu’il pourrait être de Josefa Antúnez, comme l’a rapporté le journal El Porvenir du 28 mars 1867 mentionne l’auteur suivant « la Dame de Muñiz ». et la brodeuse susmentionnée signait parfois son nom en tant que « Josefa Antúnez de Muñiz ». L’apparition de documents à la Hermandad de la Columna y Azotes dans lesquels Antonio Muñiz signe en tant qu’époux de Josefa Antúnez des reçus pour des travaux effectués par l’artiste corrobore la théorie et certifie clairement que c’est l’aînée des sœurs Antúnez qui a peint l’œuvrequi mit huit ans à être achevée. En raison de difficultés financières, le vêtement n’a pas été achevé et sa première le vendredi saint 1867 n’a été que partielle. Les paiements se prolongèrent dans le temps jusqu’en 1872, et la broderie n’étant pas poursuivie, une souscription fut ouverte auprès des frères pour achever l’œuvre. Enfin, en 1875, le manteau fut achevé, sur lequel travaillèrent les ateliers de Guillermo Carrasquilla en 1954 et de Rosario Bernardino en 1988.

L’œuvre présente deux parties bien différenciées, ce qui pourrait être le résultat de l’exécution de l’œuvre à deux moments différents ou d’une conception initiale de l’œuvre. On distingue les vues frontales, avec des pièces plus grandes, surtout dans les coins et sur les côtés. décoration à base de petites fleurs et de feuilles. Ces éléments ornementaux suivent la style dominant de l’époque Les pièces brodées sont individualisées, avec peu de relief et une grande variété de fleurs. La partie centrale comporte cinq soleils, ou pièces circulaires formées par des rayons autour d’un cercle, et autour d’eux un motif plus simple basé sur des feuilles libres, tandis que le périmètre entrelace diverses grandes feuilles à travers de fines tiges entourées à leur tour par d’autres petites feuilles.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *