mer. Mai 29th, 2024

Malgré ses manifestations antérieures, et l’intuition qu’il éveille chez les plus sensibles et les plus aigus, le printemps lui-même se manifeste le plus souvent de manière fugace et insaisissable ; tous ses facteurs et ingrédients sont réunis de manière unitaire dans un laps de temps très court. Lumières, couleurs, atmosphères… Mars à l’agonie, avril encore embryonnaire… La saison est large et ramène les premières chaleurs et les nuits fraîches ; la ville transparaît différemment – généreuse et vivante – et… le rosier lumineux de la Semaine Sainte prend corps et chair.

Je me souviens, non sans une certaine et sincère nostalgie, que mes dimanches des Rameaux naissaient toujours sur cette frontière invisible du Parque de María Luisa en attendant la Fraternité de la Paix. Pour des raisons d’expérience indépendantes de toute influence personnelle, je finissais par porter une cape et un masque noirs et une tunique crème, mais j’ai essayé de garder cette flamme blanche de l’illusion au plus profond de moi. Cette coutume enfantine – un rite innocent – s’est estompée avec le temps. jusqu’à ce qu’elle soit déposée dans ce champ de la mémoire où l’on a beau creuser, on ne trouve que des traces ponctuelles et suggestives.



Le samedi saint dernier, la confraternité de la Paz a participé pour la première fois à un grand enterrement. Elle fut la première à descendre dans la rue en cet après-midi chaud et ensoleillé, à la grande surprise des siens, qui revenaient au Porvenir presque une semaine plus tard. Je me trouvais près des Jardins de Murillo et j’ai entendu les tambours de l’Encarnación, une source inconnue a été activée au plus profond de mes instincts fraternels. Je me suis approché pour voir le Seigneur de la Victoire, qui, dans le lointain des Jardins, comme un voilier à l’horizon de la mer, avançait inlassablement mais sereinement parmi les ficus, les célestins et les magnolias.

Le très bref cortège, propulsé par l’inertie presque génétique de la marche inconditionnelle, balayait les espaces sur son passage et en quelques secondes il dépassait, comme un soupir ou une bulle sur le point d’éclater, les mystère de Jesús de la Victoria, tempérant l’air avec ses mains et attirant tout le printemps entre ses yeux. Car le printemps lui-même s’était manifesté, pleinement et sans censure, dans le métronome ouvert de la corbeille.

Cela faisait des années, beaucoup d’années, que je n’avais pas vu Peace. Et dans la brièveté de ces retrouvailles, il n’y avait pas que moi, il y avait aussi le moi submergé et dissous, le moi enfantin qui, l’illusion pétillant au bout des doigts, caressait les jupes bordeaux de ce pas. J’ai obtenu ce que nous souhaitons toujours : le bonheur immaculé de se sentir enfant dans la Semaine Sainte de Séville. et au printemps de Dieu dans la ville.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *