jeu. Juin 13th, 2024

Les inégalités entre les hommes et les femmes s’aggravent au fil des ans et atteignent leur paroxysme au moment de la retraite. En Italie, les femmes continuent de travailler moins, de gagner moins, d’avoir des chèques de pension plus petits et moins d’opportunités de carrière. Les chiffres actualisés de cette disparité sont apparus aujourd’hui au cours du séminaire « Le scomode cifre dell’Italia delle donne » (Les chiffres inconfortables de l’Italie des femmes) organisé par le Conseil national des actuaires avec Noi Rete Donne, auquel ont participé, entre autres, l’ancienne ministre du travail Elsa Fornero et l’avocat spécialisé dans le droit du travail Giuliano Cazzola. En particulier, en 2021, la pension brute moyenne d’un retraité était de 1 321 euros : plus de 600 euros de moins que les 1 970 euros de l’allocation moyenne du retraité.  C’est au moment de la retraite que le « différentiel de genre » est le plus important : par rapport au total moyen des pensions de vieillesse, les hommes, au nombre de cinq millions, reçoivent 32,9 % de plus que les femmes titulaires d’une pension de vieillesse, qui ne sont que trois millions.

Derrière les chiffres des pensions se cachent ceux du travail : le taux d’emploi des femmes en Italie est de 55%, soit plus de 14 points de pourcentage de moins que la moyenne européenne et plus de 18 points de moins que les économies les plus avancées d’Europe. L’étude montre que malgré le changement de rythme des jeunes générations, les femmes italiennes continuent d’être employées principalement dans les services publics, en particulier dans l’éducation et la santé, et dans les services personnels en général. C’est l’une des causes des revenus moyens inférieurs à ceux des hommes, ainsi que d’une plus grande exposition aux emplois précaires. En 2021, le salaire hebdomadaire brut moyen était de 603,8 euros pour les hommes et de 468,12 euros pour les femmes. Par rapport au salaire moyen total, les hommes gagnent donc – en brut – 22,5 % de plus. La difficulté de concilier vie professionnelle et vie familiale joue également un rôle décisif, ce qui a une influence négative sur les carrières. Il suffit de dire que sur 100 femmes âgées de 25 à 49 ans, 73 ont des enfants en bas âge et que 27 d’entre elles ne travaillent pas.

Selon l’ancien ministre du travail, M. Fornero, en Italie, l’aide sociale est déséquilibrée en ce qui concerne la dernière partie du cycle de vie : les pensions : « c’est un réflexe conditionné, lorsque vous pensez à l’aide sociale, vous pensez aux pensions parce que, entre autres choses, c’est la partie la plus importante des dépenses sociales. En réalité, l’aide sociale concerne l’ensemble de la vie active. La mission de l’État-providence est de commencer à réduire les inégalités dès le début ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *