sam. Juil 20th, 2024

Près de deux ans après l’exploit du Kenya, nous revenons sur une légende africaine.

(par Davide Colotti). Depuis des années, la question de savoir si une femme devrait devenir entraîneur principal d’une franchise de la NBA fait l’objet d’un débat aux États-Unis. Même si ce n’est que pour un seul match, Becky Hammon a déjà réussi à remplacer l’entraîneur Popovich, expulsé, lors d’un match des Spurs contre les Lakers en 2020.

En dehors du monde doré de la NBA, il y a une femme qui est en train de construire une carrière réussie en tant qu’entraîneur principal d’équipes masculines : elle est Liz Mills, actuellement impliquée dans la BAL, la Ligue africaine de basket-ball.

Tout a commencé par un voyage de bénévolat. Ou plutôt, un retour : Liz Mills s’était déjà rendue en Zambie pour aider des enfants atteints du VIH. Mais en 2011, son troisième séjour en Afrique a coïncidé avec le début d’une aventure sportive pionnière.

Alors âgée de 24 ans, cette native de Sydney, principalement active en tant qu’entraîneuse de jeunes joueuses de basket-ball australiennes, assiste à un match de la ligue masculine zambienne. « Puis-je diriger un entraînement ? »

À la fin de la rencontre, la jeune fille pose cette question surprenante au président de Heroes Play United, qui lui répond par un oui tout aussi surprenant. Elle dispose d’une heure, qui se transformera en une session entière. Puis toute la saison, qui se terminera par l’obtention du titre national.

C’est le début d’une histoire fantastique et réussie pour Liz Mills qui, avant cet entraînement, n’avait jamais dirigé d’équipe masculine.
Elle a ensuite remporté un autre titre national zambien (cette fois avec le Matero Magic) et a été appelée comme adjointe de la sélection nationale masculine, un rôle qu’elle a également occupé plus tard pour la fédération camerounaise et l’équipe des Patriotes rwandais.

Puis c’est le tournant : dix ans après le début de l’aventure, en 2021, Liz Mills se voit confier le banc de l’équipe nationale masculine du Kenya, qui retrouve le Championnat d’Afrique de basket-ball après 28 ans d’absence. C’est la première fois qu’une femme s’assoit sur le banc d’une équipe nationale masculine dans l’histoire des compétitions continentales de la FIBA. Par ailleurs, Mills est la seule femme à diriger une équipe nationale masculine, tous sports confondus, dans le monde entier.

En tant qu’outsider absolu, le Kenya de la coach Mills a réussi à passer la phase de groupe, mais a dû capituler en huitième de finale devant le Sud-Soudan émergent, désormais qualifié pour la Coupe du monde et pour sa première participation à l’AfroBasket. Liz Mills ne baisse pas les bras et a déclaré que son nouvel objectif était de devenir la première femme à entraîner une sélection masculine à la Coupe du monde ou aux Jeux olympiques.

En attendant de relever de nouveaux défis avec les équipes nationales, la fin de son expérience sur le banc kenyan a coïncidé avec un nouveau chapitre sportif important, toujours en Afrique, mais avec des équipes de club. En 2022, en effet, le double champion de Zambie a été engagé par les Marocains de l’AS Salé, qu’il a menés en quarts de finale de la Coupe du Monde de la FIFA. Ligue africaine de basket-ball (BAL), la ligue continentale développée par la NBA sous le parrainage de la FIBA.

Nouvelle année et nouvelle expérience en BAL : après avoir été, avec l’AS Salé, la première femme entraîneur dans le monde arabe, Liz Mills a pris la tête des ABC Fighters d’Abidjan, menant les Ivoiriennes en quart de finale en tant que débutantes dans la meilleure ligue africaine de clubs, en attendant, au début du mois de mai, de connaître ses adversaires sur la route du titre.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *