lun. Mar 4th, 2024

Après avoir annoncé ces derniers mois qu’il cesserait de vendre son talc dans le monde entier à partir de cette année, le géant pharmaceutique américain Johnson &amp ; Johnson a l’intention de clore le jeu juridique constitué de milliers de procès dans lesquels il doit se défendre contre les accusations d’avoir provoqué des cancers avec ses produits de talc. Une intention qui passe, il va sans dire, par une sortie de fonds de 8,9 milliards de dollars, et qui vise à profiter d’une loi sur la faillite de l’État du Texas, à condition que les tribunaux ne s’opposent pas à la procédure. Pour la société basée dans le New Jersey, le règlement, qui doit encore être approuvé par un tribunal, « résoudra équitablement et efficacement tous les litiges ». Mais les plaignants ne sont pas forcément tous d’accord. Tout d’abord à cause du chiffre, encore jugé insatisfaisant par beaucoup.

Quelque 40 000 actions en justice ont été intentées contre J&J au sujet de son talc contenant des traces d’amiante qui, selon de nombreux clients, aurait provoqué un cancer de l’ovaire. L’entreprise n’a jamais reconnu ses torts, mais a cessé de vendre le produit pour enfants aux États-Unis et au Canada en mai 2020, avant d’annoncer en août dernier qu’elle cesserait de le vendre dans le monde entier à partir de cette année. Selon les consommateurs, le groupe aurait minimisé, voire délibérément dissimulé, les risques de cancer causés par le produit et exigé des dédommagements. L’entreprise, qui a annoncé la conception d’un nouveau talc entièrement basé sur l’amidon de maïs, « continue de croire que ces allégations sont spécieuses et sans fondement scientifique ».

Lire aussi:  Tendances. Les jouets ne souffrent pas de la crise : chiffre d'affaires en hausse et nouveaux méga-magasins

Néanmoins, la multinationale a créé une filiale, Ltl Management, pour traiter les actions en justice. Auparavant, J&J avait proposé un règlement de 2 milliards de dollars. Selon l’entreprise, le règlement proposé « ne constitue pas un aveu de faute, ni une indication que l’entreprise a changé de position et continue d’affirmer que ses produits à base de talc sont sûrs ». « Toutefois, la résolution de cette affaire aussi rapidement et efficacement que possible est dans le meilleur intérêt de l’entreprise et de toutes les parties », a déclaré le groupe. De nombreux plaignants ont condamné les manœuvres juridiques de J&J, les qualifiant d’abus des règles de la faillite par un conglomérat multinational dont la capitalisation boursière s’élève à plus de 400 milliards de dollars.

Selon l’avocat Andy Birchfield, les poursuites pourraient être facilement résolues « si seulement Johnson &Johnson cessait de jouer et d’abuser de la procédure de faillite ». J&J et sa filiale soutiennent que le recours à la procédure de faillite serait une meilleure solution pour toutes les parties, car elle garantirait des règlements pour tous les plaignants, contrairement à la « loterie » des affaires judiciaires, où certains plaignants obtiennent des règlements importants et d’autres rien du tout. En janvier, la troisième cour d’appel de Philadelphie a rejeté les manœuvres juridiques de J&J, arguant que sa filiale n’avait pas de droit légitime à la protection de la faillite parce qu’elle n’était pas en situation de détresse financière. La cour a pointé du doigt un accord de financement entre J&J et sa filiale, qui disposait de moyens financiers suffisants pour régler les litiges. La multinationale va maintenant réessayer au Texas, tout en essayant de facturer les plaignants avec 8,9 milliards d’euros. Il est encore difficile de dire si cela suffira ou non à clore une longue et douloureuse affaire pour tout le monde. REPRODUCTION RESTREINTE Un paquet de talc incriminé / Reuters

Lire aussi:  Fraude financière . Les crypto-monnaies condamnées Bankman-Fried, le fondateur de Ftx

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *