ven. Fév 23rd, 2024

Le contexte de crise socio-économique également provoqué par la pandémie a accéléré la propagation de conditions de pauvreté différentes de celles du passé. A l’heure où l’impact de l’inflation sur le porte-monnaie se fait de plus en plus lourd, il est cependant alarmant de savoir que seulement 19,8 % des travailleurs connaissent les instruments de protection sociale . Ce chiffre ressort de la VI Rapport Censis-Eudaimon plus de huit travailleurs sur dix ne connaissent pas les détails de ces dispositions. Mais dans quel domaine les Italiens souhaiteraient-ils être davantage soutenus par l’aide sociale ? Pour 79,2 % d’entre eux, les instruments devraient faciliter la conciliation de la famille et du travail, tandis que pour 68,1 %, ils devraient concerner le soutien psychologique. Mais ce n’est pas tout : pour 43 % des jeunes, l’aide sociale peut contribuer à améliorer l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Les mesures sociales elles-mêmes s’adaptent. D’une part, elles sont davantage orientées vers le social et, d’autre part, elles visent à attirer et à retenir les travailleurs. Aune recherche de Jour Debout  e Tecné  a comparé l’approbation des bons de dépenses sociales (Bss) et du revenu de citoyenneté (Rdc). Les BSS recueillent des évaluations positives plus élevées à la fois parmi la population adulte et les référents individuels. En particulier, parmi les gestionnaires de services sociaux, l’évaluation du Rdc est beaucoup plus élevée que la moyenne (63% contre 38%), mais plus faible que celle des chèques de dépenses sociales, qui sont considérés positivement par l’ensemble des personnes travaillant dans le secteur. L’analyse des données révèle des différences significatives d’un point de vue socio-économique. Tout d’abord, les bénéficiaires des BSS, c’est-à-dire les mesures dans leur ensemble, se répartissent davantage sur les grands ménages, tandis que les bénéficiaires du revenu de citoyenneté/de la pension voient leur centre de gravité déplacé davantage vers le bas. Parmi les bénéficiaires des BSS, en effet, les ménages à trois ou quatre composantes représentent 47 %, alors que parmi les bénéficiaires du revenu de citoyenneté/pension, ils représentent 43 %. Les positions sont inversées si l’on considère les ménages à une ou deux composantes. Dans ce cas, les bénéficiaires du Rdc représentent 41 %, tandis que les bénéficiaires du Bss s’arrêtent à 36 %. En particulier, les travailleurs pauvres représentent un phénomène pertinent d’un point de vue économique et social, car ils expriment une condition enracinée dans le travail lui-même qui n’est plus en mesure de garantir un revenu suffisant pour une vie sans difficultés. Alors que la condition de pauvreté ou de quasi-pauvreté touche environ une famille sur cinq (19 %), la zone de vulnérabilité concerne 11 % des familles. La pandémie de Covid-19 qui a explosé en 2020 a eu un impact sans précédent sur l’économie italienne, mais, face à une baisse du PIB de -9%, la pauvreté a diminué à 10,1% contre 11,4% en 2019. Les interventions visant à atténuer les impacts de la pandémie, à éviter que le blocage de certains secteurs productifs et le ralentissement économique n’aggravent encore la crise sociale, ainsi que l’entrée en vigueur du revenu de citoyenneté en 2019, ont contribué de manière décisive à cette baisse des indices de pauvreté. Les BSS font partie de ces interventions et ont été financées par le décret Sostegni bis, qui a introduit des aides pour les familles, les travailleurs et les entreprises endommagés par les effets des restrictions adoptées au niveau national pour contrer la propagation de l’épidémie de Covid. Parmi les mesures envisagées figurait l’allocation de 500 millions d’euros aux municipalités pour l’octroi d’aides aux familles en difficulté pour l’activation d’initiatives de solidarité alimentaire, par le biais du mécanisme BSS. La mesure a été financée en 2021 et renouvelée en 2022. Les bénéficiaires du BSS, pour chaque versement financé, étaient en moyenne 1,9 million (avec 900 000 ménages bénéficiaires) pour un montant « unique » moyen de 250 euros. Grâce au BSS, les personnes et les familles en difficulté ont eu accès à des contributions économiques pour acheter de la nourriture, des médicaments et des produits de première nécessité. Il est intéressant de noter la répartition géographique des bénéficiaires des deux mesures, en fonction du taux d’emploi et des valeurs moyennes de l’Isee des ménages qui ont présenté des déclarations uniques de remplacement : le Rdc est complémentaire du taux d’emploi, avec des taux d’incidence nettement plus élevés dans le Sud que dans le Centre-Nord. Les Bss, en revanche, se caractérisent par une plus grande homogénéité sur le territoire et une relation positive plus importante avec l’emploi et les valeurs de l’Isee déterminées par le revenu du travail. Par ailleurs, le Rdc s’adresse à un groupe principalement situé sous le seuil de pauvreté, tandis que les chèques sociaux constituent une mesure de soutien pour la zone de vulnérabilité et de pauvreté intermittente. En effet, alors que les chèques de dépenses sociales sont surtout utilisés pour l’achat de denrées alimentaires, le revenu de citoyenneté agit sur un éventail plus large et moins orienté vers la satisfaction d’un besoin spécifique.

L’aide sociale pour retenir les ressources humaines 

Selon laEnquête sur les tendances du marché du travail 2023 par InfoJobs ,  le thème de la hausse des prix et les situations socio-politico-économiques incite plus de la moitié des entreprises interrogées à envisager des stratégies de développement durable. pour soutenir leurs employés pour 27,8% il s’agit de prestations  16,5% envisagent une prime/contribution supplémentaire dans le paquet de salaire et 15,8% une politique d’augmentation ou d’ajustement des salaires. Si 13,5 % ne jugent aucune mesure nécessaire, 26,3 %, en revanche, souhaiteraient soutenir les employés, mais ne peuvent le faire pour des raisons économiques.« D’après les données qui ont émergé, explique Filippo Saini,  Head of Job at InfoJobs -. Les PME italiennes sont confrontées à un contexte socio-économique encore très difficile, combiné à de nouvelles façons d’aborder le travail qui ont radicalement changé depuis les années de la pandémie. Les entreprises reconnaissent qu’il est aujourd’hui indispensable d’être plus sensible aux besoins concrets des personnes, et c’est pourquoi elles activent des leviers de bien-être d’entreprise capables de satisfaire les personnes, de retenir et d’attirer les talents, et de garantir la stabilité des activités et des structures de l’entreprise ». Le travail dans la phase post-pandémique connaît des problèmes sans précédent, comme l’augmentation du nombre de démissions dans tous les secteurs économiques. Un phénomène qui voit de plus en plus de personnes démissionner de leur emploi et entamer un nouveau parcours. La recherche d’un meilleur salaire et de meilleures conditions de carrière est presque toujours associée à la poursuite d’une stratégie de vie qui exige un plus grand bien-être. Plus de temps libre, plus de formation et la possibilité de vivre dans un environnement professionnel qui garantisse une conciliation plus équitable entre les rythmes de la vie quotidienne et du travail sont les aspects les plus demandés aujourd’hui, comme le montre le tableau ci-dessous. Formazienda un fonds interprofessionnel qui a alloué plus de 200 millions d’euros depuis 2008 pour former 500 000 personnes. « La pandémie a radicalement changé la façon d’appréhender le travail », commente le directeur général de Formazienda Rossella Spada  -Lorsqu’il y a une reprise rapide, comme celle que nous connaissons dans plusieurs secteurs, il y a généralement une augmentation des démissions d’emplois antérieurs et l’activation d’autres voies. Les possibilités de changement sont plus nombreuses. Mais les chiffres d’aujourd’hui indiquent qu’un nouveau facteur est intervenu, étroitement lié au choc de l’urgence Covid. Pour ne pas se résigner à cet état de fait, au risque de générer des risques et des déséquilibres structurels, je crois qu’il est important de se concentrer de plus en plus sur le levier de la formation. Les entreprises qui favorisent la croissance des compétences sont identifiées comme des entreprises qui se préoccupent réellement des projets de vie et de travail de leurs salariés. La formation financée, dans cette perspective, représente une réponse concrète et immédiate qui peut pousser les entreprises à retenir les personnes et à ne pas perdre un précieux réservoir de connaissances. L’action des fonds interprofessionnels devient stratégique et est utile à la fois aux employeurs et aux salariés car elle identifie un point de synthèse pour répondre de manière complémentaire à des besoins différents ».

Lire aussi:  Découvrez pourquoi investir dans les actions Vinci est la meilleure prévision pour votre avenir financier ! Achetez dès maintenant pour des gains records !

Les bonnes pratiques du bien-être 

Nombreuses sont les entreprises qui investissent dans des projets de bien-être. Des petites et moyennes entreprises qui prêtent attention aux performances, mais aussi à l’impact qu’elles génèrent sur la société et le territoire. C’est le bilan de la 4ème édition de Entreprises gagnantesle programme de Intesa Sanpaolo  pour le développement des PME. « Les 140 entreprises qui, cette année encore, ont partagé avec Intesa Sanpaolo le chemin des entreprises gagnantes sont les suivantes témoignages de Fabriqué en Italie et la capacité exemplaire de saisir de nouveaux stimuli et de transformer sa vision, y compris dans la logique de l’Esg », déclare-t-il. Stefano Barrese chef de la division Banca dei Territori d’Intesa Sanpaolo. En octobre dernier a débuté un  » voyage  » en 14 étapes à travers l’Italie, donnant la parole à des réalités entrepreneuriales qui se sont montrées capables de réagir aux incertitudes du contexte macroéconomique en investissant dans des plans de relance et de transformation dans les secteurs clés indiqués par le Plan national de relance et de résilience : numérisation et compétitivité, durabilité et transition écologique, innovation, recherche et éducation, ou encore bien-être et santé. Les Les entreprises gagnantes investissent dans la formation, les services sociaux, les processus respectueux de l’environnement et les projets qui mettent l’accent sur l’impact social et la définition de la qualité du produit en vertu de la valorisation des ressources locales ou des relations de la chaîne d’approvisionnement avec d’autres entreprises apparentées. L’impact territorial – en termes d’emploi, mais aussi d’attractivité et de développement – est également l’une des clés de compréhension de cette édition du concours. Les entreprises gagnantesque chacune des 140 entreprises a raconté lors d’un roadshow qui a transmis le grand sens de la responsabilité de leur rôle social et pas seulement économique. Le roadshow montre en effet comment « le rôle de l’entrepreneur est en train de changer », explique Intesa, « capable de reconnaître comme une valeur la vocation sociale de l’entreprise qui répond aux nouveaux canons de l’attention à la durabilité, pas seulement environnementale, au capital humain et aux développements numériques au service de l’entreprise et des personnes. L’entreprise la plus performante est celle qui développe ses activités sans oublier le bien-être commun ». Pas seulement une prime de naissance uniquemais une véritable aide financière destinée à accompagner les nouveaux parents pendant les deux premières années de vie de leurs enfants, d’un montant de 6 000 euros : 3 000 euros versés à la naissance, puis 2 000 et 1 000 euros au cours de la première et de la deuxième année de vie. Il s’agit de la principale des nombreuses mesures extraordinaires prévues par le nouveau plan de durabilité sociale mis en place par la Commission européenne. Groupe San Marco leader dans le secteur des peintures et vernis pour le bâtiment. Le soutien à la gestion des dépenses familiales fait en effet partie d’un programme vaste et articulé destiné aux employés, qui déploie de nombreuses initiatives, pas seulement économiques, visant à promouvoir l’égalité des sexes dans le contexte professionnel, familial et social. Le Groupe, qui a son siège à Marcon (Venise) et qui promeut depuis dix ans un modèle social innovant et adapté aux besoins de chaque employé, a décidé de compléter de 20 % l’indemnité de maternité facultative prévue par l’Inps : les nouvelles mères peuvent ainsi compter sur une indemnité égale à 50 % de leur salaire. Afin de promouvoir une parentalité plus égalitaire, elle a également doublé le nombre de jours de congé légal de paternité pour le porter à 20 : les jours de congé supplémentaires mis à disposition par l’entreprise sont rémunérés à 100 % et peuvent être pris dans l’année qui suit la naissance d’un enfant, même de manière non consécutive. Alors que Tesisquare Tesisquare, une entreprise italienne leader dans la création de solutions numériques pour la chaîne d’approvisionnement, avec environ 500 employés répartis sur différents sites en Italie et à l’étranger, a annoncé une série d’initiatives visant à endiguer l’impact de l’inflation et de l’augmentation des prix de l’énergie sur les travailleurs de l’entreprise. En fait, l’entreprise a affecté, entre 2022 et le début de 2023, 1,7 million d’euros pour soutenir son personnel avec une série d’incitations économiques telles que : des bons de carburant, des bons de repas, des chèques, et des augmentations dans le paquet de salaire, s’élevant à un mois de salaire supplémentaire, « un quinzième », pour tous les employés. Ces initiatives ont été développées dans un contexte d’urgence, mais s’inscrivent dans une tradition de comportement vertueux à l’égard de son personnel. Afin de promouvoir la croissance des talents, par exemple, des formes de soutien sont prévues pour ceux qui choisissent d’entreprendre des études universitaires, avec des congés spéciaux pour étudier, des récompenses pour chaque examen et une reconnaissance spéciale lorsqu’ils obtiennent leur diplôme. Des cours de formation différenciés, une plateforme d’apprentissage en ligne permettant d’étudier jusqu’à 14 langues étrangères et une conception conjointe avec les employés des horaires et de l’organisation du travail sont également proposés pour répondre aux besoins du personnel. Tous les employés ont la possibilité de profiter du travail agile au moins un jour par semaine, et trois jours pour ceux qui habitent à plus d’une heure du siège. Pour promouvoir la mobilité durable, il existe également un accord avec une société de covoiturage pour l’utilisation professionnelle et personnelle des voitures, ainsi qu’un service de covoiturage gratuit avec des navettes électriques de Turin à Bra. Le projet Digital Innovation Gate 421, un grand pôle dédié à l’innovation ouverte, et la fondation du même nom, promue par Giuseppe Pacotto président de la Fondation DIG421, et Marcella Brizio,  vice-présidente de la Fondation DIG421. Grâce à la Fondation DIG421, un espace innovant de partage et de co-création a été créé, destiné à générer de nouvelles idées et conçu pour favoriser le développement du district industriel et le relier aux principaux nœuds d’innovation. Deux mille mètres carrés dédiés à la création de moments de confrontation et de partage d’idées et de projets, le Campus vise à devenir un point de référence pour le territoire et au-delà. Le Centre a été créé pour promouvoir l’innovation, l’échange de connaissances, les compétences numériques et les opportunités connexes, tant sur les nouveaux produits et services que sur les nouveaux modèles d’entreprise. L’un des derniers projets conçus pour les employés est Le jardin potager au bout des doigts pour la création d’un potager d’entreprise, alliant durabilité environnementale et économique et bien-être de l’entreprise. Le projet expérimental porte sur la création d’un potager d’entreprise pour les salariés. Afin de faire du lieu de travail un espace de plus en plus conçu pour favoriser la créativité, l’interaction sociale et la collaboration, « The Ring » a été inauguré au siège de Bra, un anneau de 1,3 km pour les promenades et les réunions de travail en plein air, une zone avec du sable et des chaises longues pour se détendre mais aussi pour travailler, et les chiens sont également autorisés dans le bureau un jour par semaine.

Lire aussi:  Istat. Les exportations vers les pays non membres de l'UE commencent en 2023

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *