mer. Mai 29th, 2024

Les Archives historiques provinciales de Sévillequi font partie du ministère régional du tourisme, de la culture et du sport, consacrent le Document du mois -activité visant à faire connaître les fonds documentaires de l’institution d’archives sévillane- correspondant au mois d’avril à Le Christ du Calvairequi fera partie de la procession du Santo Entierro Grande le samedi saint prochain.

Plus précisément, les objets suivants seront exposés l’acte de vente de l’image du Christ du Calvaire par les héritiers de Pérez de Torquemada à la Confrérie de la Présentation de Notre-Dame en 1636.un document récemment retrouvé dans l’Archivo Histórico Provincial par l’historien et chercheur Joaquín Rodríguez Mateoset qui stipule que le crucifix appartenait à la confraternité depuis le décès de son premier propriétaire.



Avec ce document, comme l’explique Rodríguez Mateos, « une lacune historique sur les vicissitudes de l’image et sa possession présumée par la confrérie est comblée ». Selon le chercheur, il prouve « non seulement que l’actuel Christ du Calvaire a été l’image titulaire de la Confrérie de la Présentation à partir de 1636, mais aussi que l’image lui est passée directement de l’oratoire privé pour lequel elle avait été commandée ».

Le Directeur général du Patrimoine documentaire et bibliographique a participé à la présentation, Juan Cristóbal Jurado; le frère aîné de Calvario, José María Carnero; le directeur de l’AHPS, Braulio Vázquez; Joaquín Rodríguezarchiviste et découvreur de l’acte ; et archiviste de l’institution sévillane, María Ángeles Luna.

L’accord entre Ocampo et Gaspar de Torquemada.

L’institution d’archives montrera l’acte d’accord entre Ocampo et Gaspar de Torquemada. Francisco de Ocampo -auteur de la sculpture- et Gaspar de Torquemada pour la sculpture d’un crucifix en bois de cèdre, daté du 5 novembre 1611. Dans ce document, l’écrivain s’engage auprès de Torquemada à lui livrer « parfaitement terminé et avec l’engagement que l’œuvre soit examinée par des maîtres imagiers, un Christ de deux tiges de haut, en bois de cèdre, avec la croix de quatre tiges en cyprès, à l’image de celui qu’avait l’archidiacre Mateo Vázquez », comme l’expliquent les Archives. Pour cette commande, Ocampo a reçu la somme de 1 600 réaux d’argent.

Dans le document, le souhait de Torquemada que l’image du Christ soit « aussi bonne que celle du Cristo de los Cálices », de Juan Martínez Montañés. Ocampo ne s’est pas contenté de réinterpréter l’œuvre, il a créé la sienne, démontrant sa connaissance de l’anatomie, caractérisée par une anatomie prononcée et des lignes dures qui lui confèrent l’austérité qui correspond à la représentation du Christ déjà mort.

Une autre différence par rapport au Cristo de los Cálices, selon l’institution, est que « le Christ d’Ocampo est attaché à trois clous, un pour les deux pieds, contrairement aux quatre utilisés par Montañés pour le Cristo de la Clemencia ». Malgré cela, Francisco de Ocampo conserve des caractéristiques typiques du sculpteur de Jaén, comme la sculpture des cheveux, la sérénité du visage et l’harmonie des traits.

Une paternité dévoilée en 1941

Cette lettre d’obligation, aujourd’hui exposée, confirme la paternité du Christ du Calvaire, révélée en 1941 lors du processus de restauration de la sculpture, réalisé par Agustín Sánchez Cid. Un parchemin l’identifiant comme l’œuvre d’Ocampo a été découvert à l’intérieur de cette propriété.

Avec ce document, deux photographies en noir et blanc de l’arrière-plan de ce document seront également exposées en avril à l’occasion de la célébration du Santo Entierro Grande de Séville, qui célèbre cette année le 775e anniversaire de la restitution du culte chrétien à Séville. Joaquín González Morenodans lequel on peut voir le passage de l’urne de la Seigneur couché de la Confrérie du Saint Enterrement sur la Plaza del Salvador, probablement dans les années 1960.

Le document du mois ou documés’ est une activité organisée chaque mois par les archives historiques provinciales de Séville. L’objectif est d’exposer des documents conservés dans ce centre, choisis pour leur caractère unique et leur contenu, qui sont pertinents pour illustrer un événement historique commémoré à ces dates. Sont également exposés des documents qui se distinguent par leurs caractéristiques graphiques particulières : plans, gravures, dessins et photographies. À cette occasion, le document s’articule autour de la célébration du Santo Entierro Grande à Séville.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *