sam. Juil 20th, 2024

Le règlement européen sur l’arrêt des moteurs à essence et diesel à partir de 2035 « ne sera pas rouvert » et, après l’accord annoncé samedi entre la Commission européenne et Berlin sur l’utilisation future des e-carburants, les carburants de synthèse, devraient obtenir aujourd’hui le feu vert des ambassadeurs des Vingt-sept…  (Coreper 1). Le règlement sera ensuite inscrit à l’ordre du jour de la réunion des ministres de l’énergie qui se tiendra demain à Bruxelles.. L’Italie a demandé plus de temps pour approfondir la déclaration sur les e-carburants  que la Commission joindra à l’arrêt sur les voitures polluantes. Des sources européennes, ce matin, tout en précisant que le texte sur les voitures ne sera pas rouvert, avaient souligné que les Etats membres seront libres d’intervenir demain et de faire des commentaires à la lumière de la déclaration sur les e-carburants jointe par la Commission. La partie italienne a toutefois souligné que les règles de procédure du Conseil prévoient un délai de 14 jours pour l’inclusion d’un (nouveau) point sans discussion à l’ordre du jour du Conseil.

Après le feu vert de la plénière du Parlement européen le 14 février à l’interdiction des voitures à essence et diesel à partir de 2035  samedi dernier, un petit revers est survenu qui permettra la vente de voitures à moteur à combustion alimentées exclusivement par des carburants synthétiques. Selon l’accord, annoncé sur Twitter par Frans Timmermans, commissaire chargé du climat et du marché vert, les voitures à moteur à combustion fonctionnant exclusivement aux carburants synthétiques pourront être vendues., la Commission européenne a accepté de présenter une proposition qui permettrait l’immatriculation de voitures alimentées exclusivement par des carburants neutres pour le climat (e-carburants). ) dans le cadre des normes de réception Euro 6. Ceci à condition que ces carburants synthétiques soient produits à partir d’énergie propre. L’Allemagne pousse dans cette direction, protégeant ainsi son industrie automobile. Les biocarburants, en revanche, pour lesquels l’Italie est à l’avant-garde, restent exclus du règlement. 

Le ministre de l’Environnement Gilberto Pichetto Fratin a expliqué ces derniers jours que le gouvernement « s’engage à fournir tous les éléments utiles pour faire comprendre à l’UE, d’une manière scientifiquement et rationnellement irréprochable, l’importance d’inclure les biocarburants parmi les carburants verts ». Jusqu’à présent, cependant, les arguments de l’Italie ont été ignorés et risquent de tomber dans l’oreille d’un sourd. « La décision européenne de donner un avenir aux moteurs endothermiques pour les voitures et les camionnettes, en prévoyant leur utilisation avec des carburants synthétiques au-delà de 2035, est un choix stratégique important et positif qui surmonte la logique erronée consistant à confier l’avenir de la mobilité uniquement aux véhicules électriques », a déclaré Massimo Artusi, vice-président de Federauto. Le Conseil de l’UE ne peut pas mettre de côté les biocarburants issus de sources renouvelables, qui, plus encore que les e-Fuels, garantissent une empreinte carbone totalement neutre ». Selon M. Artusi, « inclure les e-carburants, mais pas les biocarburants, serait un choix incompréhensible d’un point de vue technique, environnemental et fonctionnel, étant donné que le véritable objectif de la réglementation européenne sur la transition énergétique est la décarbonisation, quelle que soit la technologie utilisée, en plus d’avoir de graves répercussions économiques et sociales pour notre pays ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *