mar. Juin 18th, 2024

Il est peu connu que, parmi les excellences du « Made in Italy » dont nous sommes les leaders mondiaux, il y a aussi l’artichaut. Un produit dont l’Italie est le plus grand producteur au monde, avec environ 500 mille tonnes par an : les deux tiers de cette production sont concentrés dans les Pouilles et en Sicile, mais avec un remarquable 21% également en Sardaigne, suivie de la Campanie et du Latium. Et c’est précisément en plein centre de Rome, Via del Portico d’Ottavia, dans l’ancien ghetto juif, que se déroulera le Festival dédié à ce légume typique des zones méditerranéennes, le Romanesco en l’occurrence. Francesco LollobrigidaMinistre de l’agriculture et de la souveraineté alimentaire et présentateur de télévision Mara Venierqui a une maison dans le quartier depuis de nombreuses années) et se poursuivra jusqu’au vendredi 31. Il s’agit de la deuxième édition de cette fête entre tradition et histoire, basée sur des recettes transmises de génération en génération. La nouveauté de cette année est l’extension à d’autres quartiers et districts historiques tels que Campo de’ Fiori et Piazza Navona. Dix-huit restaurants participeront à l’initiative et proposeront aux Romains et aux touristes des menus à base d’artichauts, comprenant des recettes traditionnelles (à commencer par les célèbres variantes alla romana et alla giudìa) et des réinterprétations modernes, y compris dans les desserts proposés à base de glaces à l’artichaut revisitées. Les stands de Coldiretti et de Car – Centro Agroalimentare Romano accueilleront les visiteurs à l’entrée du Largo 16 ottobre. Les jours du Festival, en outre, dans la foulée de la Journée européenne de la glace (24 mars), une délégation de l’Association italienne de la glace, conduite par le champion du monde Eugenio Morrone, sera également présente pour offrir des dégustations personnalisées.

L’artichaut est identifié comme un point de repère du territoire romain. L’événement présente différentes significations liées à cet aliment pivot du régime méditerranéen, également adapté à un mode de vie correct pour préserver notre santé en commençant par la prévention. Ce qui distingue l’initiative des autres foires ou festivals, c’est précisément le lieu où elle débutera et où se déroulera la majeure partie de l’événement, l’ancien ghetto du centre de Rome, où l’artichaut a trouvé ses premières recettes. L’initiative est conçue par Confesercenti et promue par le ministère de l’agriculture et de la souveraineté alimentaire, ainsi que par le Centro Agroalimentare Roma, Azienda speciale Agro Camera (Chambre de commerce de Rome) et Ismea.

Lors de la conférence de presse de présentation, le président de Confesercenti Roma e Lazio, Valter Giammaria, a souligné que « le processus vertueux du tourisme ne peut être enclenché qu’en valorisant l’excellence du territoire, en offrant aux consommateurs des produits de qualité ainsi que le professionnalisme des opérateurs ». L’artichaut Romanesco est un produit qui fait partie de la culture culinaire de Rome et du Latium, et il est juste que nous, en tant qu’associations, à travers ces événements, sensibilisions nos concitoyens et les touristes aux matières premières que notre région offre, à leur importance au niveau nutritionnel, exaltée par les chefs et tous les opérateurs de la chaîne d’approvisionnement ».

« La redécouverte de nos traditions culinaires, de nos recettes et de nos produits locaux, voire leur reproposition sous une forme moderne et innovante, est une opportunité que les entrepreneurs doivent saisir pour relancer les activités de restauration, qui sont aussi une culture et une histoire vieilles de plusieurs générations, surtout après ce que l’on a vécu à cause de la pandémie », souligne le président de la Commission européenne. Claudio Pica, président de Fiepet, la fédération des établissements publics et touristiques -. Le Festival de l’Artichaut Romanesco veut donc réaffirmer l’importance des traditions et du territoire avec l’un des produits d’excellence de notre tradition gastronomique, qui marque le lien étroit qui existe entre l’alimentation et la culture identitaire d’un peuple ».

Cette fête se distingue des autres foires liées à ce légume car elle se déroule sous le signe de la dégustation des différentes variantes de l’artichaut », commentent les organisateurs. Angelo Di PortoLa valeur ajoutée de ce festival réside dans le lieu même où il se déroule, le quartier juif au cœur de Rome, où les recettes des artichauts à la romaine et à la giudia sont nées et sont conservées grâce à des traditions séculaires transmises de génération en génération. En particulier, dans les restaurants qui proposent une cuisine juive-romaine, un patrimoine historique et culturel est mis en valeur, qui trouve ses racines dans la cuisine pauvre des siècles du ghetto, lorsque les Juifs étaient contraints de faire de la nécessité une vertu et de tirer le meilleur parti de chaque situation, à commencer par la nourriture et la consommation de poissons et de légumes médiocres ».

Lors de la présentation, animée par le journaliste Daniel Della Setaintervient également, entre autres Angelo Rossi, conseiller du ministre de l’agriculture et de la souveraineté alimentaire ; Giancarlo Righini, nouvellement nommé conseiller régional pour l’agriculture de la région du Latium ; Alessandra Sermoneta, vice-présidente de l’I Municipio Roma Capitale ; Carlo Hausmann, directeur d’AgroCamera ; David Granieri, président Coldiretti Lazio ; Giovanni CannataRecteur de l’Université Mercatorum (qui a accueilli l’initiative) ; et Alessandro OnoratoConseiller de Rome pour les grands événements, le sport, le tourisme et la mode.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *