sam. Mai 18th, 2024

Une semaine pour profiter de la mauvaise version de la Semaine Sainte, celle qui est vécue ou subie dans les rues, celle qui nous a tant manqué pendant les deux années sans confréries, celle qui n’a pas de crieurs pour la chanter, celle qui provoque un sourire de compassion ou quelques instants de tension. Calmez-vous, la colère n’en vaut pas la peine. Le Malajismo est finalement l’une des parties substantielles de la plus belle fête de la ville. Toute rose a des épines. Mieux vaut respirer profondément et se dire : « C’est aussi la semaine sainte de Séville ». Sept jours de retrouvailles avec les sacristains, les porteurs, le public assis, les abonnés à la course officielle qui semblent avoir inscrit leur chaise à la course officielle, les assistants de sécurité avec commandement au carré, les gardes privés aux airs de ministres franquistes… Préparez-vous à vivre la Semana Santa dans sa version véritablement badass, dans laquelle vous entendrez certainement certaines des phrases suivantes.

1) « Vous ne pouvez pas entrer ici ».




Vous arrivez au temple pour votre visite matinale, mais les portes viennent de se fermer car il est midi pile. Vous entendez la foule à l’intérieur. Vous pensez pouvoir entrer par la maison de la fraternité. Vous vous retournez, vous arrivez à la porte où il y a une foule de frères et de sœurs, vous vous préparez à entrer, mais votre avancée est stoppée par un homme à la cravate nouée, au costume débraillé et qui a l’air de supporter jusqu’au cou les dirigeants de la confrérie parce qu’il reçoit les instructions des 17 membres du conseil d’administration et, bien sûr, de leurs épouses respectives. Il couvre l’entrée de son corps et dicte la phrase : « Vous ne pouvez pas passer par ici ». Cet homme devrait être placé aux frontières de Ceuta et Melilla. Vous lui dites que vous connaissez le grand frère qui lui a dit que s’il était en retard, il devait utiliser cet accès. « Le frère aîné aurait dû être ici et non dans le bar. On n’entre pas ici ». Et il lui claque la porte au nez. Plus tard, ils s’excuseront et vous diront que le type est épuisé, qu’il est sur le point de prendre sa retraite anticipée et que c’est pour cette raison qu’il s’est comporté de la sorte. Le fait est que vous avez été laissé pour compte. Tempus fugit.

2) « Vous ne pouvez pas être ici ».

Vous avez réussi à entrer dans le temple pour voir la sortie de l’intérieur. Le deuxième steward vous a donné un laissez-passer, mais ne vous a pas précisé l’endroit exact d’où vous pouvez voir la confrérie. Vous vous placez à côté du journaliste radio, qui est bien sûr au meilleur endroit. Arrive le frère qui porte sur sa veste un badge de la Dustin qui se lit comme suit : Sécurité. « Vous ne pouvez pas être ici ». Un vrai coup dur. À ce moment-là, je me souviens de la chanson cubaine. « La fête est finie, le commandant est arrivé et a ordonné de se taire. Vous vous sentez observé, vous dansez comme une bouée en haute mer. Jusqu’à ce que quelqu’un dise : « Entrez dans l’enclos des invités ». Et il est bloqué parce qu’il y a eu trop d’invitations.

3. « Il n’y a rien à voir ici. »

C’est la version ophtalmologique du cas précédent. Il incorpore un ton grossier en reprenant le mot que vous avez vous-même utilisé pour demander la clémence et justifier votre présence à l’intérieur de l’église déjà fermée. « Nous surveillions les marches », dites-vous naïvement lorsque vous êtes surpris par le sacristain, un fonctionnaire à moitié idiot du conseil d’administration, un assistant de la priostía ou un aspirant ministre de l’intérieur. Le type vous assène une gifle verbale : « Il n’y en a plus ». ná ná voir ». Dans la rue, mec !

4. « Ce n’est plus l’endroit où il faut être ».

Les Sévillans ont un sens patrimonial de la voie publique les jours de Semaine Sainte. Il y a des gens qui restent à un endroit pour voir passer toute une procession et qui défendent leur position comme un solide centre de basket-ball. Si seulement Gibraltar avait été défendu avec autant d’élan ! Vous avez l’air idiot alors que vous endurez une barrière vraiment infranchissable d’utilisateurs de buggys, généralement des mangeurs de pipes ruminants. Vous cherchez d’autres ouvertures possibles et il n’y a aucun moyen de trouver une fissure. On se croirait sur les murs d’un musée du Vatican.

5. « Arrête ça, mec, ou tout le monde va passer par là ? »

Celui qui les laisse passer se fait gronder par ses voisins improvisés. Le Sévillan en laisse passer deux ou trois, guère plus. D’ailleurs, quand on lui demande de passer, il jette un coup d’œil rapide dans le rétroviseur pour évaluer le nombre de personnes concernées. Le gars se tient simplement en position raccourcie pour ne pas faciliter son déplacement. Quand ça devient trop long, il se lance dans une grande bagarre. « Ça fait déjà vingt, tais-toi ! », lui reprochent les gens qui l’entourent.

6. « Il s’avère que tout le monde vit dans cette rue ! »

Une plainte très courante lorsque le défenseur de sa position a précédemment laissé passer deux personnes qui lui ont assuré qu’elles vivaient dans l’embrasure d’une porte située à vingt mètres de là. Mais les pétitionnaires ne cessent d’invoquer des raisons de résidence à proximité. Ils réagissent en remettant en cause le registre municipal. Tout le monde ne peut pas soudainement habiter dans la même rue. Bien sûr que non !

7. « Calmons-nous, c’est aussi beau de partout ! »

Il y a des moments où la tension monte d’un cran. Danger ! Quelqu’un déclenche une bagarre et tente de calmer le jeu en affirmant qu’il importe peu d’être au premier ou au quatrième rang. Lorsque le laissez-passer arrivera, il sera tout aussi beau, tous les points de vue comptent. Bien sûr que oui, sauf qu’il y a des hauts et des bas dans le monde. C’est une chose évidente que nous avons apprise dans la rue Sésame et qui mérite d’être rappelée. Ou peut-être vaut-il mieux se taire. Il n’y a rien de pire que de demander à une personne nerveuse de se détendre. Gardez ces critères à l’esprit pour Pâques.

8. « Je n’ai pas de verres en cristal !

Vous arrivez au bar après une bousculade obligatoire et vous arrivez à commander (presque à supplier) deux bières. Y a-t-il quelque chose de plus sévillan que de boire une bière entre confrères ? Le serveur fouille dans la pile de verres en plastique et, au moment de sortir les deux récipients (quand on les jette, on en récupère toujours quatre ou cinq), vous lui reprochez qu’ils ne sont pas en verre. Le barman vous refuse cette possibilité. « Le lave-vaisselle n’y arrive pas, c’est comme ça ! Ne vous inquiétez pas, ne luttez pas. Il vaut souvent mieux utiliser du plastique, qui est une garantie, que de risquer un verre mal lavé. Le pire, c’est quand quelqu’un dit tout haut : « Ils pourraient les laver à la main avec la Fairy de toute une vie ». Ça fait désordre. Parce qu’on a vu un serveur citer la mère dudit serveur comme possible collaboratrice pour la vaisselle. Taisez-vous, taisez-vous. Le gagnant est celui qui évite la bagarre. Et évitez d’être accompagné par des bavards à la voix tonitruante. Ils représentent un risque.

9. « Faites-le sortir du rang ! »

Cette phrase n’est généralement pas entendue en qualité sonore car elle est prononcée par un adjoint de section qui l’exhorte pour la deuxième fois à ne pas avancer à l’intérieur de la confrérie. Il y a des stewards qui surveillent de près ce genre d’intrus jusqu’à ce qu’ils soient sûrs que le type a quitté leur juridiction, au grand dam des spectateurs du premier rang qui ont dû avaler l’importun. Ils disent : « Ne le laissez pas là, ça fait deux heures qu’on attend la Vierge ». Certains députés lèvent leur bâton pour indiquer la sortie avec précision. Il est vrai que les confréries ne devraient pas revenir en arrière de cette manière. Et il est curieux de constater qu’elles attendent toujours « la Vierge » et que la référence est généralement un minimum de deux heures et un maximum de trois heures.

10. « Ce n’est pas une façon de marcher ! »

La marche a atteint le refrain joyeux et la démarche des costaleros s’est soudain accélérée, si bien que le procureur, les policiers, les gardes civils de l’escorte et les députés extérieurs en costume, toujours enjoués, poussent la marche vers l’extérieur. crabiers parce que « manifestement » le pas « ne peut pas avancer ». Nous savons tous qu’il s’agit d’une sorte de liturgie. Le problème, c’est quand quelqu’un sent que ses reins sont trop sollicités. Le problème, c’est quand quelqu’un sent que ses reins sont trop sollicités : « Ne me touchez plus, hein ? Et c’est la pagaille. Heureusement qu’il y a les tricornes. Et tant pis si l’une des tricornes gênantes crabiers ont un accent extérieur à Séville, ce qui déclenche le malajismo avec des références aux transports à grande vitesse : « Tu vas perdre l’AVE, mec ! Ou son côté beaucoup plus fermé, une attaque contre la vertébration de l’Andalousie et le rôle de la communauté que Blas Infante nous a confiée en Espagne et dans l’Humanité : « Il faut voir les dégâts que l’AVE a causés à la Semana Santa et à la Feria ! cagoenlamá !« .

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *