jeu. Avr 18th, 2024

Le début de la semaine de Pâques 2023 à Séville sera sec et chaud.. L’Agence météorologique de l’État (Aemet) confirme ce que les modèles météorologiques avaient prévu il y a quelques jours pour le début de la fête religieuse, qui se déroulera sans qu’il soit nécessaire de regarder vers le ciel. Une stabilité qui, en principe, sera maintenue pour le reste des jours, bien qu’il soit encore trop tôt pour savoir comment se déroulera la deuxième partie, où la nébulosité pourrait augmenter, sans que cela ne signifie un risque considérable de pluie.

Il n’est pas nécessaire de surveiller la météo du Vendredi des Douleurs au Dimanche des Rameauxsauf pour connaître la hauteur des thermomètres. Les confréries qui sortent ces jours-là pourront compter sur des conditions météorologiques stables, bien qu’avec des températures plus basses. des températures plus élevées que d’habitude.



Ceci a été confirmé par Juan de Dios del Pinodélégué de l’Aemet en Andalousie, Ceuta et Melilla, aux questions de Journal de Séville. Tout indique que les premiers jours, il n’y aura pas de pluie et qu’il fera plus chaud que d’habitude à cette époque de l’année », explique le météorologue, qui précise qu' »il fera plus chaud que d’habitude à cette époque de l’année ». « Le vendredi de Dolores, quelques gouttes pourraient tomber, mais seulement dans les montagnes »..

La stabilité des débuts

Ces possibles précipitations sont dues à l’entrée d’un grain du nord-ouest de l’Espagne, dont l’influence ne sera guère ressentie dans la province de Séville, sauf dans les municipalités situées à des latitudes élevées. En tout état de cause, les précipitations seront très faibles et éparses. Cette légère instabilité disparaîtra le samedi de la Passion et le dimanche des Rameaux, où le beau temps sera au rendez-vous. Cette tendance se poursuivra le lundi de Pâques.

Del Pino précise que pour le mardi et le mercredi saint, le risque de pluie sera minime, seulement 10 %.. Une prévision qui redonne espoir aux confréries du Mardi Saint, qui n’ont pas pu sortir depuis quatre ans à cause de la pandémie et des pluies de 2022.

Pour le Jeudi saint et le Vendredi saint, ce pourcentage passe à 25 %.Le délégué d’Aemet explique qu’il s’agit encore d’un chiffre très bas, qui se traduit par un ciel nuageux mais avec peu de chances d’avoir de l’eau. Néanmoins, les prévisions pour la deuxième partie de la semaine de Pâques sont encore très peu fiables. « Il est encore trop tôt », affirme le météorologue.

Sec et chaud

L’Aemet Andalucía a publié sur son profil Twitter les prévisions du modèle IFS (basé sur les paramètres de pression, précipitation, vent, nébulosité et température), selon lesquelles les prochains jours et Pâques seront marqués dans la communauté autonome par un comportement « plus sec et plus chaud que la normale pour cette période de l’année ». M. Del Pino précise que cela ne signifie pas qu’il ne pleuvra pas, mais qu’en cas de précipitations, « il ne tombera pas plus de 20 litres par mètre carré ».

Ce profil a également publié un (de 1951 à 2022). sur les relevés météorologiques en Andalousie entre le 2 et le 9 avril, qui coïncide cette année avec la semaine de Pâques. Dans 23 % des cas, il n’a plu aucun jour, dans 17,8 % des cas, il a plu un jour, dans 16,4 % des cas, il a plu deux jours et dans 15,1 % des cas, il a plu trois jours. Par conséquent, en plus de 70 ans, à cette période, il n’a plu que deux jours au maximum dans 57,5 % des cas, ce qui signifie que cette semaine peut être qualifiée de « sèche ». Tout porte à croire que ce chiffre ne changera guère en 2023.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *