jeu. Avr 18th, 2024

Ils ont plus de stabilité que beaucoup de mariages. Salazar et Bajuelo forment une société illimitée. Inséparables comme Daoiz et Velarde, Mauri et Maguregui ou Faemino et Cansado. Un tandem classique dans la Semaine de Pâques de la ville. On dirait qu’ils étaient prédestinés. Fernando Salazar et Ángel Bajuelo sont nés la même année, en 1952, l’année des Jeux olympiques d’Helsinki. Ils sont nés à la Puerta Real. Leurs mères, Rosario et Ascensión, étaient des amies de longue date. Ils sont allés à l’école ensemble, d’abord à la Miguilla de don Benjamín, puis à San Luis Gonzaga, en face de l’académie de danse Realito, école où ils ont rencontré la famille Marinelli, l’âme du groupe Alameda. Tous deux sont des frères du Musée et le Sept mots.

Salazar et Bajuelo ne sont pas une photo figée. Duo inédit dans la photographie de confrérie, ils ont leurs différences. Salazar est un Bético et Bajuelo un Sevillista. Salazar a fait son service militaire dans les avions, Bajuelo dans les trains, Unité ferroviaire de la Plaza de Armas, communément appelée gare de Cordoue.



Salazar a pris son congé comme nazaréen dans le Siete Palabras et Bajuelo dans le Silencio. Ils sont les concepteurs graphiques de la magazine Carême qui dirige Juan Salas Rubio.

Une idée née en Grande-Bretagne

« L’idée de la revue est née à Londres, où Juan et moi sommes allés en 2005 pour voir le Betis jouer contre Chelsea », raconte Fernando Salazar. La galerie graphique des couvertures de Carême est un itinéraire essentiel de la mémoire : le Gran Poder depuis la maison Trifón, le Nazareno del Silencio, la Virgen de las Aguas le long de la rue Zaragoza.

Tant pour la photographie que pour la Semaine Sainte, ils se considèrent comme des autodidactes, tout en reconnaissant que c’est grâce à la première qu’ils sont arrivés à la seconde. D’images en images : vocation ou profession ? Une vocation à laquelle ils ont consacré près d’un demi-siècle de travail en commun. Salazar a travaillé comme représentant en bijouterie et Bajuelo sur des scooters Vespa. Salazar est né dans la même maison de la rue Alfonso XII que sa mère. Bajuelo avait pour voisin le sculpteur Luis Álvarez Duarte. « Nous avons vu la restauration dans son atelier du Cristo de los Gitanos et du Cristo de las Tres Caídas de Triana. Ils sont complémentaires. « Bajuelo est un magnifique photographe et travaille comme personne sur ordinateur » (Salazar). « Fernando est le roi des relations publiques, il va dans la rue et connaît la moitié de Séville » (Bajuelo).

Nous avons parlé au Athenaeumune institution où ils ont exposé leurs œuvres et avec laquelle ils sont liés, plus directement Salazar que Bajuelo. « Je travaille pour l’Ateneo depuis plus de quarante ans, depuis que José Jesús García Díaz (Pepito Caramelo) en a été le président. Tout a commencé parce qu’il faisait partie d’une assemblée, El Cañonazo, dont il prenait des photos. Ils se réunissaient pour parler de la Semaine Sainte dans la rue Otumba. On les appelait ainsi parce que la réunion se terminait par une cartouche de poisson frit ». Il montre une photo de cette réunion, au cours de laquelle ses membres se sont rendus à San Juan de Dios pour complimenter Antoñito Procesiones. La photo montre Otto Moeckel, aujourd’hui avec une rue à côté du Baratillo.

Cette Expo-Sierpes

Le couple s’est consacré à la photographie de la confrérie après avoir signé ensemble la cinquième édition de l’Expo-Sierpes, une initiative de Ricardo Roldán, de la bijouterie Ruiz. Une exposition de photos de retables en céramique. Pedro Tabernero l’a vue et leur a demandé un livre pour la Fondation El Monte. À l’Expo, ils ont réalisé des œuvres sous le titre Los esplendores de Sevilla (Les splendeurs de Séville). Ils ont pris des photos dans presque tous les journaux de Séville (Bajuelo est le petit-neveu de Gil Gómez Bajuelo, un reporter local historique) et ont également travaillé pour la BBC (mariages, baptêmes, communions). Ils ont fait beaucoup de Semana Santa, à tous points de vue, « maintenant nous la dosons un peu », et pas de Feria. Beaucoup de football, mais pas de tauromachie. Ils ont couvert la Coupe du monde 82, celle qui a réuni Zico, Sócrates, Platini, Paolo Rossi et Maradona en Espagne. Salazar se souvient d’un voyage à Malaga pour prendre des photos d’un match Écosse-Nouvelle-Zélande. Bajuelo les a emmenés à Heliópolis pour le match Brésil-Écosse qui s’est terminé par une fête à San Laureano, à côté de la Puerta Real où ils sont nés.

Salazar est le grand-père d’un confrère que Salazar montre sur une photo portant la tunique des Siete Palabras. « Il s’appelle Sandokán. Il a quinze mois et va vivre sa première Semana Santa consciente. L’année dernière, il avait trois mois et les deux années précédentes, il n’y avait pas de pasos dans les rues ni de photographes aux coins des rues ou sur les balcons à cause de la pandémie.

Dans cette édition, les graphistes du magazine Cuaresma sont très enthousiastes à l’idée que le Cachorro passe par la Puerta Real. « La dernière fois que nous avons vu une image de Triana dans le quartier, c’était à San Gonzalo parce que le pont était en construction. Je me souviens qu’Ortega Bru la regardait ». Ils vivent et partagent le carême depuis un demi-siècle. Ils n’ont jamais quitté le quartier.

Toujours dans le même quartier

Fernando Salazar vit à Miguel Cid. Bajuelo est né dans la rue Aguiar (aujourd’hui Jesús Vida, nom d’un pédiatre qui y exerçait), a déménagé à Marqués de Paradas et vit aujourd’hui à Antonio Salado. Même l’imprimerie du magazine se trouve à proximité. Imprimerie Rojodans la rue Gravina. « Le propriétaire est Javier Mejías, un grand photographe.

Salazar et Bajuelo ont coïncidé avec les Arenas, Emilio Sáenz, Carlos Ortega et Cristina García Rodero. Ils ont vu comment les choses ont changé dans la Semaine Sainte et dans la photographie et comment, parfois, ces changements se sont croisés pour dénaturaliser les deux univers. « Lors d’une entrée de la Soledad de San Lorenzo, en développant la photographie sur l’ordinateur, raconte Bajuelo, j’ai compté 239 mobiles. Heureusement qu’aujourd’hui, avec les ordinateurs, on peut les enlever ».

Dans la rue, on les interroge sur le prochain numéro de Carêmea. Une idée née à Londres, dans le quartier de Chelsea où Blanco White, sévillan de Jamerdana Street, frère officieux de Santa Cruz, signait les avant-propos de ses Cartas de España (Lettres d’Espagne). Salazar collectionne les gravures de football et Bajuelo s’est remis à la lecture.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *