lun. Juil 22nd, 2024

Les bourses européennes ont été faibles à l’ouverture de la session dans le sillage de la décision de la Réserve fédérale sur les taux d’intérêt. Les projecteurs sont également braqués sur les banques centrales aujourd’hui alors qu’elles sont aux prises avec une inflation toujours élevée. Comme prévu, la Fed a augmenté le coût de l’argent hier de 25 points de base à 4,75-5%, le niveau le plus élevé depuis 2007.

Aujourd’hui, la Banque centrale suisse a également augmenté le coût de l’argent de 50 points de base à 1,5 %. . Il ne reste plus qu’à attendre laet les décisions de la Banque d’Angleterre  qui devrait relever ses taux de 25 points de base à 4,25 %, après des données sur l’inflation peu encourageantes. De plus, la banque centrale norvégienne  La banque centrale suisse (Snb) a augmenté ses taux lors de la réunion d’aujourd’hui afin de contrer les pressions sur l’inflation. Cette décision était attendue malgré le sauvetage de Credit Suisse par les autorités suisses en collaboration avec Ubs. Dans sa note, la banque centrale de la Confédération helvétique précise qu’elle « ne peut exclure de nouvelles hausses si cela est nécessaire pour assurer la stabilité des prix à moyen terme ». En février, l’inflation a augmenté de 3,4 %, « nettement au-dessus du niveau déterminé par la banque ». En ce qui concerne l’économie du pays, la banque note que le PIB a stagné au quatrième trimestre 2022. L’année 2022 s’est terminée avec une croissance de 2,1 % et même en 2023, la croissance « restera modeste ». L’annonce a entraîné un renforcement du franc par rapport à l’euro, tandis que la Bourse de Zurich reste faible (-1%). Toujours un signe négatif pour Credit Suisse (-1,5%), qui capitalise désormais 3,2 milliards de francs suisses après le sauvetage d’Ubs (-1,47%).

Les liquidités accordées par la banque centrale suisse dans le cadre du sauvetage de Credit Suisse « ne sont pas un cadeau », a déclaré le président de la Banque centrale suisse. Thomas Jordan, président de la BNS  lors de la conférence de presse qui a suivi la décision de relever les taux à 1,5 %. Jordan a souligné que « prendre le risque d’une faillite du Crédit Suisse aurait été irresponsable ». Les mesures prises en concertation avec le gouvernement fédéral et l’autorité financière Finma « ont mis un terme à la crise ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *