sam. Juil 20th, 2024

Il faut dire qu’en L’Italie est une affaire de famille. Surtout si l’on considère le monde de l’agroalimentaire. Les L’entreprise familiale mondiale  lieux notre pays à la septième place du classement mondial des 500 premières entreprises familiales tandis que leIstat  confirmation que « la grande majorité des entreprises sont caractérisées par la propriété et la gestion entre les mains de l’entrepreneur et/ou de sa famille » et que, dans le seul secteur agricolesur les 1,13 million d’exploitations 98 % d’entre elles emploient de la main-d’œuvre familiale . Et si les données Cerved  noter que ce schéma caractérise principalement les petites entreprises, surtout dans le sud de l’Italie et dans les îles, sselon l’étude de lObservatoire d’Aub-Aidaf  Les entreprises familiales italiennes dont les revenus sont supérieurs à 20 millions d’euros réalisent un chiffre d’affaires total de plus de 730 milliards d’euros et emploient 2,4 millions de travailleurs. Elles créent plus d’emplois que les autres types d’entreprises (+20,1% au cours des six dernières années), se développent davantage, enregistrent une rentabilité plus élevée et ont un taux d’endettement plus faible. Sans parler de la continuité des affaires : il suffit de penser que 15 des 100 entreprises les plus anciennes du monde sont locales.. Les entreprises familiales sont donc un atout – en primis humain – inestimable pour les Belpais à valoriser et à développer. Mais avant cela, à protéger . Une grande partie de ces réalités (plus de 20% au cours de la décennie 2013-2023, selon l’ISTAT), en fait, sont sur le point de faire face à la crise de l’emploi. transition générationnelle . Un moment critique : si le changement de génération peut favoriser l’innovation et le développement numérique, il comporte aussi une série de risques de différentes natures qui peuvent conduire l’entreprise à la faillite. Il est donc essentiel de comprendre les enjeux et d’exploiter toutes les opportunités possibles. Même les montrent, en fait, que les la bonne santé des entreprises familiales italiennes qui ont considérablement rebondi depuis la pandémie, en augmentant leur chiffre d’affaires, leur rentabilité et leur solidité. Le chiffre d’affaires de ces entreprises, en particulier, a augmenté de plus de 20 % en 2021 par rapport à l’année précédente, tandis que la rentabilité a plus que retrouvé ses niveaux de 2019, atteignant 10,5 %. Cette reprise s’est également traduite par une augmentation de l’emploi, qui a progressé de 3,8 % par rapport à la période précédant la pandémie (de 2,3 % dans les entreprises non familiales). La reprise des entreprises familiales après la pandémie est encore plus vigoureuse que celle qui a suivi la crise de 2008-2009 : le chiffre d’affaires a augmenté de 16,5 % en 2010 contre 20,1 % en 2021, tandis que la RdA en 2010 était de 10,5 % (contre 13,6 % en 2021). Alors que laet 344 entreprises familiales reflétant les quatre paramètres de diversité et d’inclusion ont connu une croissance moyenne de 9,8 %, soit environ 1,3 % de plus que les autres, et ont affiché une rentabilité nettement supérieure à la moyenne. 26,4 % des entreprises familiales italiennes dont le chiffre d’affaires est supérieur à 20 millions d’euros et qui ne sont pas dirigées par un administrateur unique comptent au moins un membre du conseil d’administration âgé de moins de 40 ans ; 37,6 % des entreprises comptent plus de 33 % de femmes, tandis que 60,1 % des entreprises comptent au moins un membre extérieur à la famille. Dans 91,9% des entreprises, il y a moins de deux administrateurs âgés de plus de 75 ans. En comparaison avec d’autres pays européens, l’Observatoire montre que plus de 30% des 1000 premiers groupes familiaux italiens comptent au moins un tiers (33%) d’administratrices, après la France (41%) mais avant l’Allemagne (15,7%). D’autre part, l’Italie a toujours la plus forte présence de membres du conseil d’administration âgés de plus de 75 ans (un sur dix en France, presque zéro en Allemagne).

Le tournant de la transmission générationnelle 

La transition générationnelle  est un processus crucial pour assurer la continuité et la prospérité des entreprises familiales, qui constituent l’épine dorsale de l’économie italienne. Certaines transitions peuvent être intrafamiliales, mais il est important que la nouvelle génération ait bénéficié d’un niveau de formation élevé et soit disposée à entrer dans l’entreprise familiale. Le Laboratoire d’entreprises familiales (Fabula) de l’Université Liuc – Cattaneo  et le Centre pour les jeunes entreprises et les entreprises familiales (Cyfe) de l’Université de Bergame  a mené une étude sur les intentions de succession des étudiants universitaires italiens appartenant à des familles d’entrepreneurs, qui sont sur le point d’entrer sur le marché du travail après avoir obtenu un diplôme d’au moins trois ans. La recherche est basée sur données collectées en 2021  au 19 universités italiennes qui ont rejoint le projet Enquête Guesss-Global University Entrepreneurial Spirit Students’ Survey 2021 (en anglais).  Guesss a été fondé en 2003 à l’initiative de l’associationUniversité de Saint-Gall  (Suisse). Depuis lors, généralement tous les deux ans, des données sont collectées sur les activités et les intentions entrepreneuriales des étudiants universitaires dans le monde entier, y compris en Italie, où la collecte des données est gérée par Cyfe. Environ 3 300 étudiants ont participé à l’enquête pour l’Italie, dont 16 % appartiennent à des familles d’entrepreneurs. L’étude révèle qu’environ seulement un étudiant sur dix a l’intention de rejoindre l’entreprise familiale dans les cinq ans suivant sa sortie de l’université.  En outre, l’enquête révèle également que, dans 92% des cas, les personnes intéressées par le processus de succession ont l’intention de faire l’expérience d’un processus de succession.  dans d’autres entreprises que l’entreprise familiale avant de la rejoindre . Plus d’un tiers des étudiants qui ont une famille d’entrepreneurs derrière eux ont l’intention de créer leur propre entreprise.

La situation dans l’agro-industrie 

Précisément pour répondre aux besoins des professionnels de l’agroalimentaire et leur donner toutes les compétences et tous les outils pour gérer des relations d’affaires saines, Université de Beer , un centre de formation professionnelle innovant promu par Heineken Italie   e Liuc Business School , référence nationale en matière d’enseignement universitaire en gestion d’entreprise et en ingénierie de gestion, a mis l’accent sur les entreprises familiales lors de la réunion. A tavola con… – Évolution de l’alimentation et des boissons en Italie le projet de formation qui, avec un un regard privilégié sur les thèmes les plus importants pour le secteur , analyses tendances émergentes,  scénarios et perspectives d’avenir la mise à disposition d’outils opérationnels d’analyse et d’action, de gestion et de traitement des problèmes. « Les entreprises familiales et celles où une ou plusieurs familles représentent un point de référence central pour la gestion sont largement présentes dans tous les pays du monde : on estime qu’elles représentent entre 65 et 80 % du nombre total d’entreprises dans le monde. Bien qu’il s’agisse d’un phénomène international, le lien entre l’entreprise et la famille semble toutefois plus intense dans notre pays, où la connotation familiale concerne non seulement la prédominance des petites entreprises, mais aussi la majorité des grandes entreprises privées. En d’autres termes, les entreprises familiales constituent l’épine dorsale de notre pays et un capital « patient » qui donne de la stabilité au système économique et maintient en vie les compétences transmises de génération en génération, en particulier le savoir-faire si typique de notre économie. Pourtant, rares sont les entreprises familiales qui se posent deux grandes questions : comment assurer la continuité et le développement ? Ce n’est pas un hasard si la succession des générations est considérée comme le problème le plus important auquel sont confrontées les entreprises familiales et qu’elle concerne tous les types d’entreprises, bien qu’à des degrés différents de complexité et de compétences de gestion. Souvent, les entreprises familiales ne parviennent pas à répondre à ces deux questions par manque d’approche, de compétences, de méthode et d’outils, mais le vrai problème est que la grande majorité d’entre elles ne se posent même pas ces questions, se heurtant ainsi à une transition générationnelle inachevée qui conduit chaque année à la perte d’une très grande partie de nos entreprises familiales. Selon une étude de Infocamere En effet, seules 31 % des entreprises familiales survivent au passage de la première à la deuxième génération et seulement 15 % à la troisième », explique le professeur Fernando Alberti . Non seulement nous abordons la question de savoir comment stimuler toutes les entreprises familiales, en particulier les petites et très petites, à s’interroger sur les questions de continuité et de développement, mais nous fournissons également certaines conditions essentielles pour que ces deux étapes soient franchies avec succès ». Nous disons souvent que « la formation est le premier ingrédient » : savoir faire, savoir lire le marché, les tendances, les personnes, savoir réagir à temps est indispensable, surtout dans cette phase de reprise menacée par les difficultés liées au cadre géopolitique et macroéconomique. Et pour savoir savoir et pouvoir faire, la formation continue est indispensable », dit Massimo Furlan, directeur de l’Université de Beer .

Modèles d’organisation dans les entreprises familiales 

Tenu à Villa Dionisi (Cerea) à Vérone l’événement Modèles d’organisation dans les entreprises familiales , organisé par le Comptable Massimo Gazzani de Vérone dans le but de proposer et d’indiquer quelques modèles d’organisation des entreprises familiales, en apportant des expériences et des points de vue. Pour ouvrir l’ouvrage Massimo Gazzani , comptable,  Studio Gazzani, qui aborde la question de l’accès à l’eau potable et à l’assainissement. des modèles d’organisation des entreprises familiales comme un outil nécessaire aux entreprises pour se doter d’un cadre administratif et comptable permettant de mesurer les performances, de prendre des décisions et de définir les responsabilités : « Nous voulions apporter des expériences et des points de vue parce que chaque entreprise et chaque famille ont des histoires différentes et quand on parle de ce type d’entreprises, il faut comprendre à la fois leur mentalité et leurs sentiments. Il est important de valoriser et de protéger les entreprises et leur avenir, sans oublier leur famille et leurs origines, car ce sont ces dernières qui sont à l’origine de la création de l’entreprise. entreprise familiale« . Pour Francesco Pinto , président et co-fondateur de  Yamamay Les entreprises familiales constituent une partie fondamentale du système économique italien, estimées à Aidaf  soit 65% du total des entreprises. L’efficacité des modèles organisationnels utilisés constitue donc un intérêt de grande importance pour l’Italie. Malheureusement, nous constatons souvent qu’il n’y a pas encore assez d’attention accordée à ce sujet, qui touche à des domaines vitaux tels que la gouvernance, la managérialisation, les conflits et la succession dans toute entreprise familiale. Une gouvernance mature, formalisée et surtout appliquée peut au contraire être un puissant moteur de développement économique. Le renforcement du rôle et de la place centrale des conseils d’administration et des assemblées peut faire émerger le mérite et contribuer, par la transparence et le dialogue avec les parties prenantes, à la gestion vertueuse de l’entreprise ». « L’expérience du dirigeant est fondamentale – affirme Francesco Zagarese,  directeur de Glaxo, Ferrari et Versalis  –. Les modèles organisationnels des entreprises familiales peuvent être plus efficaces et favoriser la croissance lorsque la PME emploie des gestionnaires externes, qui permettent une solution de vision d’entreprise différente, plus attentive aux chiffres, aux concurrents, aux stratégies et, surtout, aux procédures d’entreprise dédiées à la prise de décision et au contrôle des résultats ». Pour Mattia D’Amato,  membre du conseil d’administration de En.it  Spa Les modèles d’organisation des entreprises familiales s’imposent lorsqu’il y a plusieurs générations dans l’entreprise et lorsqu’il s’agit de gérer une activité telle que la production d’énergie, qui est devenue de plus en plus primaire et d’intérêt mondial. Selon Lorenzo Salvatore,  partenaire de la Studio Notarile Macchi Salvatore Les modèles d’organisation des entreprises familiales doivent également être protégés et valorisés sur le plan juridique, car il existe des outils que le notaire, avec son expérience et son professionnalisme, met en valeur en particulier dans les transitions générationnelles. Un sujet qui était difficile d’un point de vue civil et fiscal au début des années 2000 et qui est maintenant devenu facilement gérable d’un point de vue juridique et fiscal. Il y a beaucoup de nouvelles institutions disponibles, comme le Family Covenant ou le Trust, mais souvent la pierre d’achoppement est psychologique ». Mais pourquoi un investisseur international devrait-il se tourner vers l’Italie et ses entreprises familiales ? Cette question a été posée directement à Fabio Canè cofondateur et associé principal de Nb Renaissance qui a répondu : « En Italie, il y a encore 12 000 entreprises familiales, qui représentent un tiers de l’économie totale du pays et dont la croissance est supérieure à celle du PIB ». M. Canè a rappelé que, cette année encore, six fonds européens de capital-investissement sont entrés sur le marché italien, confirmant ainsi son attractivité : « Le niveau de concurrence est plus faible, même s’il augmente parce que le marché se rend compte qu’il y a des opportunités en Italie ». M. Canè a donné l’exemple des secteurs sur lesquels Nb Renaissance se concentre : « Les secteurs qui ont le vent en poupe, comme la numérisation, qui bénéficie également du PNR, la santé, la durabilité, et ensuite toutes les industries de niche, où l’on trouve toute l’excellence italienne, de la mécatronique aux tanneries haut de gamme et ainsi de suite ». M. Canè a également proposé d' »introduire des allègements fiscaux pour les entreprises familiales qui fusionnent et s’unissent afin de croître en taille et d’être en mesure de rivaliser avec succès sur les marchés internationaux ». En encourageant les fusions et les regroupements entre ces entreprises par des avantages fiscaux appropriés, on favoriserait l’émergence de groupes ou d’entreprises plus importants, capables de mieux faire face à la concurrence internationale.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *