mer. Mai 22nd, 2024

Chercher et plonger, une fois de plus, dans les archives audiovisuelles domestiques -intactes depuis près de trente ans- nous continuons à découvrir des instantanés qui sont vraiment valent leur pesant d’or pour tout ce qu’ils enseignent et recueillent. En numérisant l’une des cassettes de mon père, je suis tombé inopinément sur un plan qui, à première vue, n’est pas du tout habituel, totalement étranger à notre conception du mardi saint à Séville.

Nous sommes dans la chapelle de l’université, dans le Rectorat, rue San Fernando, juste à la porte par laquelle les pasos de Los Estudiantes entrent et sortent l’après-midi du lundi de Pâques et aux premières heures du mercredi matin, une fois la procession de pénitence terminée. Il n’y a pas de place pour une épingle. Nous sommes le 15 avril, dimanche de Pâques. Sur l’un des côtés de la chapelle se dresse, verdâtre et cliquetant, le paso de palio de la Vierge de la Candelaria, première surprise de l’enregistrement. En arrière-plan, le Christ de la Bonne Mort, qui continue dans la solitude de la croix, étant déjà monté au ciel de tous les temps.



La confrérie de la Candelaria retoursl’après-midi du dimanche de Pâques, à son église Saint-Nicolas. La nuit du Mardi gras, alors qu’il cherchait les Jardines de Murillo sur son chemin de retour et que la confrérie de Los Estudiantes était déjà réunie, un averse s’ensuivit à cet endroit de la ville. Antonio Gutiérrez de la Peña, ancien grand frère de la confrérie universitaire, explique que la décision a été prise d’offrir un refuge Le recteur de la chapelle et directeur spirituel de la Confrérie était « injoignable à ce moment-là », qui a exprimé son mécontentement au Cabildo de Oficiales le 4 mai pour ne pas avoir été informé de la décision…

Mais le caractère anecdotique de l’affaire ne s’arrête pas là. Il se trouve que le lundi de Pâques précédent, la confrérie de Santa Genoveva s’était également réfugiée dans la chapelleIls étaient encore là lorsque la confrérie de Tiro de Línea s’est réfugiée dans la chapelle, de sorte qu’en plus des deux chars de notre confrérie, ceux des deux autres confréries y ont convergé jusqu’à ce que Jesús Cautivo et la Virgen de las Mercedes retournent dans leur temple.

Au cours de l’histoire, d’autres confréries comme El Cerro se sont réfugiées dans cette chapelle, et San Benito et San Isidoro ont fait de même lorsque la confrérie de Los Estudiantes résidait encore à La Anunciación. Trente ans plus tard, ces images ont été mises en lumière avec une grande richesse de détails. Le son était Frères costaleros. Œillets et candélabres bas. Touché d’un air différent. Certainement, d’autres fois.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *