mar. Mai 28th, 2024

Les capitaux privés stimulent et accélèrent le processus d’internationalisation des entreprises. Les données présentées lors de la Conférence annuelle de l’AIFI, qui s’est tenue au siège d’Assolombarda avec la contribution de KPMG, montrent avant tout qu’en Italie la finance alternative joue un rôle de plus en plus important dans l’économie réelle : en 2022, 23,7 milliards d’euros ont été investis dans 848 transactions, soit 61% de plus qu’en 2021, ce qui constitue un record absolu. L’année dernière, 5,9 milliards d’euros ont été levés, en hausse de 3 % par rapport à l’année précédente ; le nombre de transactions supérieures à 150 millions d’euros est également en hausse, avec 24 transactions en 2022, tout comme les transactions d’infrastructures, 52 (+16 %) pour un montant investi de 10,7 milliards d’euros (+39 %). Le montant investi dans les rachats d’entreprises a doublé pour atteindre 11 milliards d’euros, avec 185 opérations réalisées (+16%). Alors que les transactions majoritaires ont augmenté, l’activité d’expansion a encore diminué pour atteindre 483 millions d’euros (-44%) investis dans 46 transactions (-23%).

Les opérateurs étrangers jouent également un rôle croissant : si l’on considère les membres de l’AIFI, 27% d’entre eux sont internationaux et ont levé plus de 130 milliards de dollars au cours des deux dernières années. En Italie, le poids des opérateurs internationaux sur le montant est de plus en plus important, à tel point que pour la période 2021-2022, ils ont investi 27 milliards dans des entreprises italiennes sur un total de 57 milliards engagés sur dix ans, signe que leur contribution à l’économie réelle devient de plus en plus prépondérante.

« Le rôle des fonds internationaux de private equity s’accroît – souligne Innocenzo Cipolletta, président de l’Aifi – et en 2022, sur les 24 milliards investis en Italie, 15 milliards d’euros proviendront d’opérateurs non nationaux. Si d’un côté nous voyons la croissance des investissements principalement par ces opérateurs, de l’autre nous ne pouvons pas manquer de noter qu’une action systémique des institutions est nécessaire pour pousser la croissance des fonds italiens en termes de nombre et de taille, permettant ainsi l’émergence de nouveaux acteurs qui peuvent également investir dans des participations minoritaires, et dans des activités de redressement qui en 2022 n’ont vu que neuf opérations conclues ».

« Le capital privé a dans son portefeuille 2 000 entreprises avec un chiffre d’affaires total de 200 milliards d’euros et 550 000 employés – observe Anna Gervasoni, directrice générale de l’Aifi -. Ce marché est fondamental pour la croissance du pays et dispose de grandes marges de développement. C’est pourquoi il est nécessaire de renforcer la levée de capitaux. Au cours des cinq dernières années, le capital investissement français a levé 9,9 milliards d’euros auprès des fonds et fonds de fonds contre 3,4 milliards d’euros en Italie, 18,3 milliards d’euros auprès des compagnies d’assurance contre 2,1 milliards d’euros chez nous, et 14,4 milliards d’euros auprès des investisseurs individuels et des family offices contre 2,2 milliards d’euros en Italie. Avec plus de ressources, nous pouvons faire plus ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *