jeu. Avr 18th, 2024

Il n’est pas surprenant que les fraternités et les confréries soient soumises à des tentations. Même le Fils de Dieu a été tenté par Satan dans le désert. Cela a été rappelé le premier dimanche de Carême, dans la lecture de l’Évangile, dans les 20 principales fonctions de l’institut célébrées par les confréries de Séville ce jour-là. Bien affronter les tentations (parfois présentées sous forme d’attraits) est l’obligation du membre de la fraternité. En ce moment, autour des confréries, il y a un frikismo exacerbé, étranger à ce qui est propre à la religiosité populaire, qui se déguise et camoufle ses intérêts pour déformer ce qui est vraiment important.

Le folklore n’est pas la même chose que le frikismo. Les confréries ont toujours eu leur propre folklore (dans le bon sens du terme, comme l’explique Antonio Burgos dans un livre de référence), qu’il ne faut pas confondre avec le frikismo qui profite de la Semaine Sainte pour la pervertir et la dénaturer. Parfois même avec des intérêts économiques, qui ne sont ni altruistes ni solidaires, et qui sont cachés, et qui en réalité profitent du marketing de la confrérie pour atteindre une clientèle potentielle de milliers de frères et sœurs. Il s’agit d’affaires étrangères aux sentiments religieux et aux coutumes des confréries, qui doivent être examinées de près. Surtout lorsqu’elles ne sont pas comprises ou qu’elles nuisent à d’autres objectifs plus nobles.



Mais le folklore de la Semaine Sainte peut aussi dériver vers le frikisme. C’est le cas lorsqu’il est déformé et basé sur l’accessoire, sans approfondir ce qui sous-tend les dévotions. Cependant, ce frikismo ne doit pas nous conduire au pessimisme ou au catastrophisme. Les confréries savent à quoi s’en tenir et attirent les gens vers l’Église catholique, avec une capacité bien supérieure à celle des autres institutions laïques présentes à Séville. L’archevêque, José Ángel Saiz, qui est devenu leur meilleur avocat, le sait. Ce n’est pas que tout compte, bien sûr.

La Semaine Sainte et la religiosité populaire sont toujours vivantes et résistent bien aux tentations. Ce Carême s’est manifesté dans les offices. Il est absurde que se multiplient les critiques sur le chemin de croix extérieur, qui a été exemplaire, avec de beaux moments, parfois dans des lieux insolites. Il serait injuste de citer les meilleurs, car nous avons vu pas moins d’une douzaine de chemins de croix inoubliables. Ce qui se passe, c’est que certains de ceux qui les critiquent ne les ont pas vus, ou ne les ont pas vus eux-mêmes, et critiquent donc par ouï-dire, ou pour des raisons inconnues. En général, nous avons vu des processions sérieuses. Et il est positif que la foi de ces frères et sœurs soit visible dans les rues.

Et pas seulement dans les rues, mais aussi à l’intérieur des églises. Les cultes sont devenus de plus en plus solennels. De nombreux frères qui n’y assistaient pas pendant les années de pandémie sont revenus aux protestations de foi (et ce sont des protestations de foi !). La partie formelle des services (y compris la musique) est excellente et sert à renforcer l’amour pour les titulaires sacrés. Bien que nous ne puissions rester que curieux, ou anecdotiques, derrière ce qui a été vu, il y a cette foi, pas facile, qui surmonte les tentations.

Les monstres attirent l’attention, parfois ils dérangent, mais n’oublions pas que la majorité des confrères savent ce qu’ils font.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *