mar. Avr 16th, 2024

Fils nombreuses sont les histoires et les légendes qui circulent à Séville. sur des apparitions et des habitations paranormales. Au sein des confréries, il existe également des récits de ce type qui établissent un lien entre des personnes qui ne sont plus dans le monde des vivants et des événements « étranges » qui se produisent de nos jours.

L’une de ces histoires est celle de Tomasín, toujours d’actualité. Les apparitions de ce garçon se poursuivent encore aujourd’hui. et elles se produisent toujours dans les jours qui entourent la semaine de Pâques. Tomasín était un jeune garçon, orphelin de mère. Son père travaillait dans une usine de chemin de fer dans le quartier de San Jerónimo et, comme il travaillait presque toute la journée, il décida que Tomasín irait à l’école. Il est pris en charge par les religieuses du couvent de Santa Isabel.



Le rêve du petit garçon était de sortir de la comme nazaréen avec sa confrérie de Los Gitanos.Les religieuses lui ont confectionné la tunique pour que son père puisse le mettre dans les rangs des Nazaréens le matin du Vendredi saint. Tomasín comptait les jours pour s’habiller en Nazaréen, mais il eut la malchance de tomber malade quelques mois avant la Semaine Sainte.

À l’époque, la médecine n’avait ni la technologie ni les progrès qui existent aujourd’hui, et le jeune homme mourut après de nombreux jours d’alitement. La triste nouvelle se répandit dans tout le quartier de San Marcos, et tout le monde s’y retrouva. les voisins voulaient accompagner Tomasín au cimetière..

Lire aussi:  Posters

La veillée a été multiple et en même temps choquante, il a été très douloureux de voir Tomasín enveloppé dans sa tunique nazaréenne. Celle qu’il ne porterait jamais.

Cette année-là, la nuit du jeudi saint fut différente. Sa maison (anciennement un immeuble de rapport, situé au numéro 9 de la rue Vergara), où des années auparavant il y avait eu une émeute de nazaréens de Montesión, de Macarena, de gitans et de quelques « armao », ne ressemblait pas à ce qu’elle avait été les autres années. Le jeune défunt leur manquait à tous.

À deux heures du matin, quatre frères de la Confrérie des Gitans traversent la froide Plaza de Santa Isabel pour se diriger vers la Calle Enladrillada. Ils entendent le bruit d’une porte en bois qui s’ouvre.et devant leurs yeux ébahis, ils virent la silhouette d’un petit garçon, portant son masque, sortir du couvent, sa baguette à la main.

Ces frères ne purent même pas faire un pas, ils restèrent pétrifiés de voir comment la silhouette du petit Nazaréen se perdait dans la rue. Ils décidèrent de le suivre, mais il était trop tard, Tomasín avait disparu, ils ne trouvèrent qu’une petite baguette qui traînait par terre, ils la ramassèrent et la donnèrent aux religieuses du couvent le lendemain.

À la surprise de la sœur supérieure, elle se demanda comment la baguette avait pu sortir du couvent alors qu’elle l’avait bien gardée dans ses appartements. Bien que de nombreuses années se soient écoulées depuis, il y a encore des gens qui ont vu en à l’une ou l’autre occasion, un petit Nazaréen sortir aux premières heures du matin du Vendredi saint. quittant le couvent et se perdant dans la rue.

Lire aussi:  La Hiniesta de hebrea et les retablos en céramique d'Antonio Kiernan pour la Semaine Sainte

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *