ven. Mai 24th, 2024

Football et confréries. José Joaquín León a souligné à juste titre les croisements qui s’opèrent entre ces deux univers. Avant que le football ne devienne fou avec le magnat Jaume RouresLe football était un précepte dominical. Et les PâquesLa Semaine Sainte, comme son nom l’indique, est un espace de temps sacré entre deux dimanches, le dimanche des Rameaux et le dimanche de Pâques, point de départ de la saison taurine. Mais ne remplaçons pas le rectangle d’herbe par le cercle de sable.

Avec les footballeurs qui fêtent leur anniversaire à Pâques, du 2 au 9 avril, une bonne équipe pourrait être constituée.. Dommage que le Bosniaque Pjanic ait quitté Barcelone. Il fêtera son anniversaire le dimanche des Rameaux dans sa nouvelle destination, les Emirats Arabes Unis. Le lundi de Pâques, ce sera l’anniversaire de Pablo Torre, un Cantabre signé par Barcelone, fils d’Esteban Torre, un footballeur pundonore dont la carte est toujours portée dans son portefeuille par le professeur de littérature et d’obstétrique Esteban Torre, traducteur de Pessoa et éditeur de magnifiques recueils de sonnets.



Cette cuadrilla de costaleros regorge de guardametas. Le mardi saint, David Soria, qui est passé du centre de formation de Séville à Getafe, et le mercredi saint, l’anniversaire de Bono, vainqueur de la Coupe du monde de Séville avec l’équipe nationale du Maroc, bien qu’il soit né au Canada. Trois continents avec des gants. Borja Mayoral, un attaquant de Getafe qui a fait partie de l’usine de football de Madrid, souffle également ses bougies ce jour-là. Il y a même un champion du monde dans cette sélection : Nahuel Molina, titulaire dans l’équipe d’Argentine de Leo Scaloni, qui fête son anniversaire le jeudi saint. Le gardien de Séville est rejoint par William Carballo, joueur de la Coupe du monde avec le Portugal, né à Luanda (Angola) et fêté le vendredi saint. Le samedi de Pâques, ils féliciteront Lodi, un Brésilien de l’Atlético de Madrid, et Ryan, un gardien australien qui a joué pour Valence et la Real Sociedad. Le dimanche de Pâques, 9 avril, ce sera l’anniversaire de Pedraza, un footballeur de Cordoba qui joue pour Villarreal.

Un souk phénicien

S’il est un lieu où cette cohabitation entre football et confréries est mise en scène tous les dimanches, c’est bien le souk phénicien. la Plaza del Cabildo. L’espace traditionnellement utilisé pour l’achat et la vente d’articles philatéliques et numismatiques, l’épicentre des antiquaires, est devenu un lieu de rencontre et d’échange. un souk phénicien pour l’échange d’autocollants de joueurs de football et d’images de Pâques.. Les parents et surtout les grands-parents accompagnent leurs enfants et petits-enfants dans une frénésie commerciale.

Est-ce que Messi l’a, demande le client. « Huit euros », répond le vendeur. Il a moins cher Mbappé ou Cristiano Ronaldo. Le petit-fils demande au grand-père de lui demander Iago Aspas. Et le Panda ? C’est le surnom de Borja Iglesias, originaire de Compostelle. « Ici, il y a beaucoup de football et peu de Pâques », dit une mère. Une dame montre des croix sur une feuille de papier avec 543 numéros, chacun correspondant à des photos de palios, de Christs ou de mystères de la Semaine Sainte à Séville. On lui dit un numéro et il connaît par cœur l’équivalence de la confrérie : Soledad de San Lorenzo, las Penas, la Exaltación. « Je n’ai pas Esperanza de Triana ».

Dans son livre Sauvages et Sentimentalistes (Lettres de football), Javier Marías a raconté comment, enfant, il jouait avec son frère Fernando, historien de l’art, aux matchs de football Madrid-Barça avec les autocollants des footballeurs collés sur des feuilles de papier. Le futur romancier, bien que fan de Madrid, jouait pour l’équipe blaugrana. Il cite tous les joueurs du club, de Kubala à Rexach, et lorsqu’il parle du Mozambicain Mendonça, il raconte que lorsqu’il jouait pour l’Atleti, son autocollant était si difficile à trouver que « j’ai un jour donné une photo de ma jeune tante Tina en échange ».

Un « classique » du mercredi saint

Ce mercredi saint, il y a un vrai Barcelone-Madrid, pas un jeu de cartes. C’est déjà un classique. Le mercredi saint 2012, le but décisif de Cristiano Ronaldo a été chanté dans le bar Guadiana juste après la fermeture des portes de l’Omnium Sanctórum à l’entrée du Carmen Doloroso. Le mercredi saint 2014, Madrid a de nouveau gagné grâce à une course spectaculaire de Gareth Bale. Un jour plus tard, le jeudi saint, Gabriel García Márquez est décédé.

Football et confréries. Le dimanche des Rameaux 2003, l’Amargura n’est pas sortie à cause de la pluie. Fernando, qui tenait alors le bar La Plazuela à San Juan de la Palma (un an plus tard, Rafael de Cózar m’a offert dans ce bar mon livre Ballade des médiocres) disait que ce que l’amertume ne lui donnait pas, Celtic Gasgow le lui donnait. L’équipe écossaise s’est inclinée en finale de la Coupe de l’UEFA face au FC Porto de Mourinho au stade de la Cartuja. Les fans de la ville où Cernuda a écrit Ocnos ont pris la défaite très sportivement et sont restés plusieurs jours à Séville, laissant de nombreux bars sans bière. Pluie blonde contre pluie battante.

Le dimanche 26 mars est le dimanche de la proclamation. À Séville, il est donné par Enrique Casellas. Nous avons partagé un voyage en train lorsque je me suis rendu à Ciudad Real pour voir le Manchego-Calvo Sotelo. À Cadix (11:45, Gran Teatro Falla), il est prononcé par le journaliste Fernando Pérez. Quatre décennies après le centenaire Carlos Edmundo de Ory a proclamé le Carnaval de Cadix. Le crieur public du 23, centenaire d’Arza et de Pahíño, qui ont accueilli pendant 12 saisons le Carnaval de Cadix. magazine Canal Sur football magazine Le grand jeu. Le dimanche de la proclamation, il n’y a pas de championnat. Le précepte est avancé au samedi, car l’Espagne joue à Malaga contre la Norvège. Las Penas ou l’Exaltation. Précepte dominical que les Betis ont pris jeudi dernier à Manchester et que les Sevillistas accomplissent aujourd’hui à Istanbul.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *