mar. Avr 23rd, 2024

Un bon ami à moi a écrit il y a quelque tempssur son profil de réseau social malheureusement inactif, un réflexion hilarante sur la Semaine Sainte et l’inquiétude qu’elle suscite chez les confrères : « Il est certain qu’au XVIe siècle, il y avait déjà trois messieurs assis dans des fauteuils de la Cruz del Campo qui commentaient et disaient : ‘ce n’est plus ce que c’était’… ».

En fin de compte, la confrérie, nous-mêmes, accordons une transcendance superlative à des questions qui parfois, dans la sphère civile majoritairen’a guère de conséquences car elles se limitent à un microcosme restreint et très localisé. Cependant, de manière indéfectible, La Semaine Sainte a toujours été liée à l’histoire de la ville : elle l’a structurée socialement, économiquement et politiquement, et les pouvoirs en place ont toujours essayé de la contrôler comme un outil de surveillance de la population.



Heureusement, La Semaine Sainte a évolué, à son grand regret, et même au regret de certains groupes de confréries qui, protégés par le dogme de « toute leur vie », ont entravé ou bloqué l’adaptation naturelle de la fête à leurs besoins. Il y a des rites dans le monde des confréries, bien sûr (peut-être les plus essentiels et les plus élémentaires), qui ont été maintenues depuis des siècles parce qu’ils ont été ainsi « toute leur vie » : le fonctionnement quotidien des confréries, leur gestion interne, leur organisation et leur logistique, le culte, la formation, les relations directes avec les frères et sœurs…

D’autre part autres questionsque nous qualifierons d' »esthétiques » ou de « visuelles » – mais qui façonnent résolument une manière d’être et d’être – se sont nécessairement transformées au fil du temps pour donner au festival la splendeur, et non la massification, dont il jouit aujourd’hui. Le « lifelong » n’est pas lifelong, il est le lifelong de celui qui le promulgue et le proclame.. Je suis sûr que certaines confréries, au XVIIe siècle, ont refusé catégoriquement l’inclusion de chars et d’images processionnelles après le Concile de Trente parce que cela n’avait pas été le cas « toute leur vie », parce que les processions n’étaient composées que d’une douzaine de frères et d’un prêtre portant un crucifix.

Je suis sûr que certaines confréries ont rejeté le fait de faire une procession pénitentielle à la cathédrale en 1604 après les dispositions de Niño de Guevara parce que, comme on le sait, « nous étions toujours allés à la Cruz del Campo ou au couvent de San Agustín ». Nous parions que certains secteurs ont rejeté l’élimination des flagellants. au XVIIIe siècle « parce que les confrères s’étaient toujours fouettés dans les rues en laissant une traînée de sang et de blessures ». Nous ne doutons pas que, ponctuellement, Rodríguez Ojeda s’est vu refuser la visite en bas roses aux « armaos » parce que « la couleur de la Macarena a toujours été le noir : les Nazaréens, les canopy…. Vert ? pas question ! », ou parce qu’Antonio Amián a mis des diadèmes et des bijoux sur la Piedad de Santa Marina.

Et nous affirmons pleinement que il y a eu des gens qui ont crié vers le cielou lorsqu’un certain López Farfán introduisit des clairons dans les marches processionnelles ou lorsque Castillo Lastrucci organisa des scénographies vraiment impressionnantes autour de ses chars mystérieux. Des projets patrimoniaux prometteurs, comme le Cirineo de Pasión ou les mains entrelacées de la Virgen de las Aguas, sont laissés à l’abandon par crainte de modifier la conception « à vie ». Y ce n’est pas de la démagogie: bien sûr et la souveraineté des frères est primordiale dans les conseils municipaux, car elle est absolument sacrée.

Mais si tout était comme cela a été « toute ma vie ». nous continuerions à allercomme le disait mon bon ami, à la Cruz del Campo avec des cordes autour de la taille, nous serions au milieu de la confrérie voisine – nous n’avons pas besoin non plus de revenir aux gravures ou au noir et blanc – et rien de ce que nous connaissons aujourd’hui n’existerait. Ce n’est pas toute la vie, c’est toute la vie.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *