dim. Avr 21st, 2024

La banque californienne Banque de la Silicon Valley  (Svb) est la première grande victime de la hausse des taux d’intérêt, qui sont passés de zéro à 4,75 % en moins d’un an aux États-Unis. Au bout de trois jours critiques, le Fonds américain de protection des dépôts a annoncé le renflouement de la banque.

C’est un groupe qui a près de quarante ans d’histoire et qui travaille avec des start-ups et les fonds d’investissement qui les soutiennent. Son cœur de métier consiste essentiellement à gérer les milliards de dollars que les start-ups reçoivent de leurs bailleurs de fonds : les entreprises innovantes ont l’habitude de collecter des sommes importantes lors de « tours » de financement et de les dépenser plus ou moins progressivement pour se développer.

Quinze ans de politiques monétaires accommodantes de la part de la Réserve fédérale  a largement favorisé les activités de la Svb : les fonds de capital-risque n’ont eu aucun mal à lever des fonds et ont été plus généreux que jamais avec les start-up. Les effets sur les comptes de la Svb ont été puissants : les dépôts des clients qui s’élevaient à 28 milliards de dollars en 2010 ont plus que doublé en quatre ans, puis ont dépassé les 100 milliards de dollars en 2018 et se sont envolés pendant les mois de pandémie, pour atteindre 375 milliards de dollars fin 2022. Une croissance aussi puissante risquait de gonfler une bulle dangereuse. Greg Becker le directeur de la Svb, le savait et s’est arrangé pour gérer les liquidités de la banque de manière extrêmement prudente : il a investi dans des bons du Trésor américain, c’est-à-dire des titres les moins risqués possible, qui se vendent très facilement.

Mais c’était sans compter sur la Fed. Le resserrement des taux a eu deux effets différents sur la Svb. D’une part, il a réduit de manière drastique les investissements en capital-risque, les start-ups se sont retrouvées à court de liquidités et ont commencé à retirer de l’argent à un rythme imprévu à partir du début de l’année 2022. Ces retraits ont affaibli les ratios de capital de la banque et, pour les rééquilibrer, elle a été contrainte de lever des capitaux en vendant les obligations qu’elle avait achetées. C’est là qu’est apparue la deuxième effet Fed : Les obligations du Trésor d’il y a un an ou deux payaient des intérêts à taux zéro, celles d’aujourd’hui « intègrent » l’augmentation des taux. Les taux des T-bonds à dix ans, par exemple, sont passés d’environ 1,5 % à près de 4 % en un an. Pour vendre les anciennes obligations, moins généreuses, il faut donc les décoter. C’est ce qu’a fait la Svb : mercredi, elle a annoncé qu’elle avait vendu des obligations pour une valeur de 21 milliards d’USD, perdant ainsi 1,8 milliard d’USD.

Il s’agit d’une perte nette qui doit être couverte. Le même jour, la banque a donc annoncé un plan de recapitalisation de 2,25 milliards. La réaction des investisseurs est brutale : l’action Svb, qui valait un peu moins de 270 USD, chute à 106 USD (en janvier 2022, elle valait 733 USD…) et hier, elle n’a pas pu faire de prix. La recapitalisation est devenue impossible et la Federal Société d’assurance-dépôts  (l’équivalent de notre fonds interbancaire) est intervenu pour reprendre la banque. Il s’agit de sa deuxième intervention majeure de ce type, après le sauvetage en 2008 de Washington Mutual .

La chute effrayante de Svb a effrayé Wall Street et aussi l’Europe, où les valeurs bancaires ont connu un vendredi noir. Milan a perdu 1,5 %, Francfort et Paris 1,3 %, l’indice du secteur bancaire a perdu 4 %.

C’est compréhensible : la Svb n’est pas une petite banque, sa croissance ces dernières années en a fait la 16e banque des États-Unis en termes d’actifs (et la 20e meilleure d’Amérique, selon le classement publié en février par la Forbes ), tandis que la nouvelle de ses difficultés accélérera la fuite des clients, augmentant le risque de faillite.

Le risque de contagion n’est peut-être pas très élevé mais il existe car la Svb a certainement été trop déséquilibrée dans ses investissements dans la dette américaine, mais elle n’est pas la seule banque à avoir investi dans des obligations qui rapportent très peu d’intérêts, par rapport aux obligations émises ces derniers mois. Si ces obligations sont conservées jusqu’à leur échéance, il n’y a pas de problème, mais si, comme la banque californienne, d’autres institutions sont obligées de vendre, des pertes énormes risquent d’apparaître. Précisément 620 milliards de dollars, selon les estimations publiées lundi par Martin Gruenberg, président du Fonds américain de protection des dépôts, dans un discours devant l’association bancaire américaine que beaucoup relisent aujourd’hui avec inquiétude.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *