jeu. Avr 18th, 2024

Il n’en a rien été. La réunion qui s’est tenue ce lundi à la Confrérie du Musée a manqué de 13 voix pour obtenir que le Vierge des eaux Les mains originales, sculptées par Cristóbal Ramos dans une forme entrelacée et dans une attitude de prière, devaient être restaurées pour le lundi de Pâques. L’appel établissait que la proposition présentée par le conseil d’administration devait être approuvée par les deux tiers des personnes présentes. Le nombre de voix a été nettement supérieur à celui des refus (145 contre 90), mais insuffisant pour atteindre les 158 voix requises. En résumé, une question purement numérique empêchera de voir cette image après de nombreuses années dans le cortège extraordinaire de 2022.

Ce qui s’est passé au Musée s’ajoute à une liste importante de propositions de récupération ou d’amélioration artistique qui sont restées lettre morte. Dans de nombreux cas, cet échec survient après avoir soumis à l’assemblée des frères de telles questions – la plupart du temps approuvées par des experts en la matière – qui finissent généralement par provoquer une fracture dans la confrérie et l’érosion conséquente du conseil d’administration qui est à la tête de la corporation à ce moment-là.



L’un des cas les plus notables a été la proposition présentée le 1er décembre 2009 selon laquelle le Seigneur de la Passion récupère l’image du Cyrénéen, sculptée en 1970 par Sebastián Santos, dans le paso.qui est également l’auteur de la Vierge douloureuse. Selon les experts, il s’agit de l’une des meilleures images secondaires du XXe siècle. Elle a été retirée des processions après qu’un rapport de Peláez del Espino eut mis en garde contre les dommages qu’elle causait à l’image du Nazaréen, la croix rebondissant contre la sculpture. En 1992, une nouvelle tentative de récupération a eu lieu, mais le conseil municipal l’a rejetée. Le même résultat s’est produit 17 ans plus tard, lorsque 70 votes ont été enregistrés en faveur du retour du Cirineo au char, contre 150 en faveur du maintien de Pasión. L’image fut restaurée par Gutiérrez Carrasquilla, qui garantissait qu’une telle incorporation ne porterait pas préjudice au Nazareno de Martínez Montañés. Par ailleurs, lors de cette réunion, il a été convenu que la Vierge de la Merced retrouverait son accompagnement musical le jeudi saint.

Cette tentative ratée à El Porvenir

Une autre tentative ratée a été le nouveau dais de la Vierge de la Paix qui a été proposé en 2015. Il s’agissait d’un projet du brodeur Manuel Solano qui n’a même pas été voté lors de l’assemblée du 29 juin de cette année-là, en raison du grand débat que la proposition a suscité lors de cette réunion. La confrérie était alors à la veille du couronnement canonique de sa douloureuse Vierge (qui eut lieu en septembre 2016) et pour lequel elle souhaitait avoir cette nouvelle pièce dans son patrimoine, en raison de l’usure et des nombreuses interventions subies par ce qui est encore son dais actuel, dessiné par Francisco Maireles et brodé par Leopoldo Padilla entre 1947 et 1949. L’une des raisons de ce refus était la crainte que le nouveau toit du baldaquin ne permette pas à la lumière du dimanche des Rameaux d’entrer, comme c’est le cas avec l’actuel baldaquin. Finalement, en octobre de l’année dernière, les frères et sœurs ont donné leur soutien massif au nouveau baldaquin. ; la construction d’un nouveau baldaquin  conçu par Gonzalo Navarro et exécuté par l’atelier de broderie de Morón de la Frontera. Il conserve la transparence, la maille argentée et le style gothique qui caractérisent le flotteur de la Virgen de la Paz.

Il n’a pas réussi non plus le nouveau mystère pour le Señor de las Penas, de la Confrérie de l’Estrellaconçu par José Antonio Navarro Arteaga, qui impliquait la sculpture de nouvelles figures secondaires et une composition très différente de l’actuelle. Le 11 juin 2007, la corporation Triana a soumis ce projet à l’assemblée des frères, avec un résultat très serré : 192 voix contre et 181 pour. Au vu de ces chiffres, le conseil d’administration a proposé une nouvelle réunion 15 jours plus tard pour rediscuter de la question. Finalement, devant la certitude qu’un consensus minimum ne serait pas atteint, le nouveau vote a été annulé. Ces dernières années, des améliorations ont été apportées à ce mystère, comme les vêtements dont les images secondaires ont été revêtues en 2022.

Deux fois dans les sept mots

Un cas à ne pas négliger ici est celui de. le remplacement de la Vierge de la Cabeza, patronne des Sept Motsqui a causé de véritables maux de tête aux différents conseils d’administration qui se sont succédés à la tête de la confrérie. Un changement qui a été tenté à deux reprises et avec la même proposition : remplacer l’image actuelle, œuvre de Manuel Escamilla en 1956 (basée sur la figure d’un ange), par la Virgen del Amor de Juan Manuel Miñarro, qui a été vénérée pendant des années dans l’église paroissiale de San Isidoro. Ni en 2002, ni en 2021, il n’y a eu de soutien suffisant pour réaliser ce changement. ; Lors de la dernière convocation   158 voix ont été comptabilisées contre et 136 pour, ce qui montre, 19 ans plus tard, l’absence d’accord sur l’image titulaire actuelle de la confrérie. La dernière réunion a été précédée d’une campagne ardue sur les réseaux sociaux en faveur et contre la substitution.

La paroisse de San Lorenzo a également été le théâtre de propositions frustrées de changements dans la configuration des deux confréries qui y ont leur siège. Dans la Bofetá, par exemple, en février 2009, le conseil d’administration a rejeté les propositions de changement de configuration des deux confréries qui y ont leur siège. ; l’incorporation du Cristo del Mayor Dolor   à la procession pénitentielle du mardi saint. Il a été proposé que le Christ, qui est également le patron de la corporation, participe à la procession du patron de Burguillos, San Cristóbal. Et dans la ; Soledad  En novembre 2015, les frères ont opposé un non retentissant à l’incorporation d’un groupe de musique derrière l’unique paso de la confrérie : 270 voix contre et 127 pour. Cela a mis fin à un débat qui couvait depuis un certain temps au sein de la confrérie du Samedi Saint.

À toutes ces propositions avortées s’ajoute maintenant la tentative infructueuse de récupérer les mains originales de la Vierge de las Aguas, la majorité requise n’ayant pas été atteinte lors de l’assemblée de lundi. La Vierge continuera d’être présentée le lundi de Pâques avec les mains qu’Antonio Infantes Reina lui a sculptées en 1922, ouvertes et conformes à celles de la majorité des douleurs sévillanes.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *