mar. Avr 23rd, 2024

Ne vous laissez pas appeler maîtres, car vous n’avez qu’un seul maître, le Messie ». C’est ce que dit l’Évangile de saint Matthieu dans sa sévère diatribe contre les scribes et les pharisiens qui occupaient le siège de Moïse. Avec un titre de Haendel et des échos de l’Évangile de Matthieu, dont Pier Paolo Pasolini a fait un film, la Les chanteurs d’Hyspahles lis font un bond en avant dans leur art oratoire Le Messieune idée originale de José Enrique de la Vegaqui accompagne le piano, et quelques textes littéraires rigoureux de les frères Francisco et Antonio Martínez Bizcocho. Nés en France, fils de l’émigration, ils font partie de la riche carrière artistique de La Puebla del Río. La patrie d’Antoñita Moreno, qui a chanté des saetas inoubliables lors de la Semaine Sainte de Cuenca dans le film d’Orson Welles. M. Arkadin.

L’oratorio Le Messie a été créé par les Cantores de Hispalis le 25 février à Ayamonte. L’épreuve de vérité a été la double session, matin et soir, le 28 février, dans la salle de concert de la Centre de la Cartuja à Séville. Nul n’est prophète en son pays, disent aussi les Évangiles, mais dans ce cas, l’affirmation ne s’est pas vérifiée. Ceux qui s’attendaient à une explosion folklorique à la date du lancement, à une théologie de l’andalou, ont été cruellement déçus.



Le Messie est une proposition très nouvelle dans la carrière de ce quatuor. Juan Luis Calceteiro, Juaniun survivant du groupe fondateur, qui coordonne également la production, a levé les yeux à la fin du spectacle et l’a dédié à Pascual González, l’âme des Cantores, qui approuvera cette révolution esthétique dans l’œuvre de ses collègues et disciples, un mot bien adapté à ce qui s’y passe.

La guerre, le Covid et les pateras (petites embarcations)

La conception créative et la scénographie numérique par Fran M. Roncero et Tamar Menesesatteint une véracité qui n’est pas du tout gadget, mais très efficace. Les premières images sont choquantes : la guerre en Ukraine, la mort dans les hôpitaux à cause de la pandémie, la tragédie des bateaux qui remplissent la Mer Vivante de morts. C’est comme une déclaration d’intention pour faire comprendre au spectateur qu’il ne s’agit pas d’une affiche pour les fêtes de printemps, l’encens et le travail. Bien qu’il s’agisse de l’argument central de la Semaine Sainte.

Sans résurrection, rien n’a de sens, disait saint Pierre. 9 avril, Dimanche de PâquesLe premier cycle de spectacles sous contrat s’achève. Ils le feront dans la ville d’Ubrique à Cadix. D’ici là, ils parcourront les huit provinces andalouses, la plupart de leurs capitales, avec des sorties hors de la communauté jusqu’à Murcie, la patrie de Salzillo, le 26 mars, jour de la proclamation de Pâques. Enrique Casellas au Teatro de la Maestranza, et à Ferrol le 1er avril, samedi de la Passion. La veille du Pregón, ils seront à Málaga et le samedi saint dans la ville cordouane de Baena.

Lorsque l’oratorio s’est achevé sur la passion, la mort et la résurrection de Jésus-Christ, tous les membres de notre rangée ont dû se joindre à nous pour que les frères Martínez Bizcocho puissent descendre sur la scène. Leur curriculum vitae comprend des Sevillanas, des pregones, des cofrades, mais tout ce bagage n’est pas aussi important que le soin avec lequel ils ont entrelacé les histoires du Messie. Trois ans de vie publique et 30 ans de mystère.

Pas une seule référence locale

Tout ce qui est substantiel est dans l’œuvre : le massacre des Innocents, la leçon d’étonnement devant les docteurs, la fuite en Egypte, les tentations, le dernier repas, le procès. Une capacité de synthèse louable pour que les paroles chantées par les interprètes ne deviennent pas des encycliques. Le bon, s’il est bref, est aussi bon pour le meilleur. Le Messie. Pas de référence locale, pas de clin d’œil à la popularité ou à la complaisance. Des pentes raides à gravir Mont Thabor, Mont Carmel, Mont Sinaï, chaînes de montagnes de la foi, prix de la montagne sans sermons.

Rien de la terre de Marie Très Sainte, des saetas au balcon, des levantás dédiés ou des querencias confessionnelles. En Le Messie il n’y a pas de revendication de Séville comme Nouvelle Jérusalem, analogie de la Nova Roma par laquelle la ville était connue à la Renaissance et que Vicente Lleó appelait ainsi dans un ouvrage désormais indispensable. La recherche des frères Martínez Bizcocho, synthétiques comme les frères Quintero, profonds comme les Machados, a abouti à un grand tableau d’interprétation. Quatre hommes sur scène : Juan Luis Calceteirodont la voix devrait être encapsulée ; Carlos Ruiz, Alex Hernandez et Diego Benjumea. Avec le solo de la Vierge Marie, auquel il donne vie avec sa voix Antonia Ferráqui est également membre de la chorale et joue de plusieurs instruments.

Les dix violons, les trois altos et deux des violoncelles sont joués par des femmes dans un orchestre qui coordonne les instruments de musique. Lucía de la Vega. La semaine dernière, ils se sont produits à Huércal-Overa (Almería), Huelva et Paterna del Campo. Après-demain, 11 mars, ils seront à Grenade et un jour plus tard à Alcalá de Guadaíra. Les jours précédant les dates du calendrier de la Passion, ils passeront par Dos Hermanas (16 mars) et Linares (18). Le mois de mars se terminera à Cordoue (30) et à Jerez (31), d’où, le lendemain matin, ils traverseront toute la péninsule pour se rendre à Ferrol, la ville d’origine des Gonzalo Torrente Ballesterauteur de Les joies et les ombres. Les joies du Pregón de Antonio BurgosLes ombres des personnages qui apparaissent : Hérode, Caïphe, Judas, Pilate, Barabbas. L’inutile encerclement des qui était plus que Jonas et Salomon.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *