mar. Avr 23rd, 2024

J’ai toujours aimé le Señor de la Salud y Buen Viaje. Peut-être parce qu’il est aussi humain que nous. Il est assis, il apparaît derrière une fenêtre et pleure. Ses larmes sont évidentes. Il est comme tout le monde. Et cela n’enlève rien à sa divinité. C’est un privilège de pouvoir le prier après les heures, de déposer le lys d’une prière, de le regarder quelques instants en rentrant dans sa rue à des heures où l’on n’entend que le ronronnement du camion de nettoyage ou la fermeture prématurée d’un volet. Le Señor de la Salud y Buen Viaje a toujours été un San Onofre très particulier. Sur la Plaza Nueva, Jesús Sacramentado. Et à San Esteban, le visage avec des larmes qui demandent le mouchoir de notre compagnie, le bisbiseo d’une prière ou d’un arrêt peut-être marqué par la cohue quotidienne. Il attend toujours avec sa tendre humanité. Il est comme nous.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *