mar. Avr 16th, 2024

Les entreprises italiennes peinent à trouver du personnel à embaucher. C’est ce qui ressort du dernier rapport Excelsior : le bulletin qui nous informe mensuellement sur les besoins professionnels des entreprises. Le chiffre parle de plus de 230 mille profils (personnes) qui sont difficiles à trouver. Le « manque de candidats » est la raison la plus fréquemment citée par les entreprises (27,8%), suivie par « une préparation inadéquate » (13,5%) et d’autres raisons. Les plus grandes difficultés à trouver de la main-d’œuvre sont rencontrées dans la construction, dans les entreprises et industries du bois et de l’ameublement, dans les entreprises et industries du métal et des produits métalliques, dans les industries mécatroniques et dans les services informatiques et de télécommunications. À ces précieuses informations s’ajoute un autre chiffre issu de la très récente enquête Inapp, qui indique que quatre millions d’élèves ont interrompu leurs études secondaires et que cinq millions de diplômés n’ont pas terminé le cursus universitaire qu’ils ont entrepris. Ce sont des éléments qui nous aident à réfléchir sur le type de formation et d’orientation à fournir aux étudiants italiens, qui doivent faire face à une période historique caractérisée par de profondes transformations et par une vitesse souvent contre nature qui ne permet pas aux apprentissages et aux expériences de s’installer. C’est sur la base de ces données que le projet démarre, Mardi 7 mars la tournée nationale d’orientation dans les écoles, organisée par la Fondation « Italia Education », qui en est à sa dixième édition et qui promeut les projets d’information et d’orientation dans le pays. La première étape de l’édition 2023 se déroulera à Naples, à l’Istituto Sacro Cuore, avant de se poursuivre à Caserta (8 mars), Salerne (9 mars) et Avellino (10 mars). La tournée se déplacera ensuite dans le Latium, où elle devrait s’arrêter à Rome (14 mars), à Frosinone (15 mars) et à Latina (16 mars), pour toucher un total de 30 villes tout au long de l’année. L’objectif du projet est de contribuer à réduire les niveaux de désorientation et de dispersion, en augmentant la capacité des jeunes à faire des choix autonomes et surtout conscients. Les outils utilisés par les enseignants de la Fondation sont les suivants : laboratoires, ateliers, entretiens et tests d’aptitude. Le thème central choisi cette année est celui des compétences transversales requises par les entreprises, précisément pour répondre aux difficultés du tissu productif à trouver des ressources humaines à inclure dans ses effectifs. « Nous devons renforcer l’orientation dans notre pays en en faisant un parcours structuré qui dure des années, ainsi que des politiques actives. Nous devons fournir à nos jeunes les outils pour aborder de manière adéquate la complexité croissante de notre société et les clés pour comprendre un processus de transformation rapide qui affecte l’économie, l’environnement et les entreprises. Tout cela en utilisant un langage positif qui sait les encourager et leur redonner la confiance qui leur fait souvent défaut », conclut-il.  Mariano Berriola président de la Fondation « Italia Education ».

Lire aussi:  Syndicat. La CISL compte plus de 4 millions de membres

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *